Gateaux

La cookies pie, ou le concept de fou trop fat

Pour nouvel an, j’ai beaucoup hésité et j’ai finalement décidé de faire une merveille de gras et de décadence. La tarte cookie, ce qui, comme le cake de croques monsieur, ne sonne pas forcément comme une bonne idée, mais est vraiment trop bon. Fondant, croustillant, le goût des cookies en un truc super fat génial.

J’ai trouvé ça, comme la gateau de la semaine dernière, sur Royal Chill, mais je l’ai fait avec des noisettes et du chocolat normal au lieu de chocolat au lait et noix de pécan, mais aprés toi tu fais comme tu veux.

Continue reading “La cookies pie, ou le concept de fou trop fat” »

Gateau à la crème au chocolat glacé au café

Ce gateau est absolument (pas) ce dont on a besoin aprés les fêtes. Mais je voulais un gros gateau, avec du glaçage pour une soirée, un truc à la fois fat et beau. Et il est fat. Et beau.

J’avais noté la recette sur Royal Chill et la recette est vraiment top, un gateau bien dense, une crème onctueuse, et un glaçage pas trop lourd (on peut le faire au chocolat mais franchement, on sent pas beaucoup le café et ça ferait un peu tout much chocolat).

Continue reading “Gateau à la crème au chocolat glacé au café” »

Encore des anniversaires ; petit frère n°2 et N° 3, sablés apéros aux noisettes et pudding crémeux de Bourgogne

Les gamins sont plutôt doués, ils sont nés le même jour à 7 ans d’intervalle. Du coup ça fait un double anniversaire, plein de grands-parents, un gros apéro et un double gateau. Et plein de testeurs pour moi…

Sauf que lorsque j’arrive le jour même pour faire la cuisine, je découvre un véritable carnage, des oeufs, de la farine partout, du caramel cramé et du lait plein le plan de travail : petit frère n°1 avait insisté pour faire le gateau. On a eu trés peur, surtout quand il m’a décrit comment il avait battu le oeufs en neige à la barbare.

Et bah résultat, c’était plutôt pas mal. Et j’ai quand même fait l’apéro. Et puis si tu veux tout savoir, je sais déà plus ce qu’ils ont eu comme cadeaux. Et les photos sont pas top-top parce que ma mère les as prises avec son appareil.

Sablés au poivre et noisettes

J’ai récupéré cette recette chez Clothilde, mais ils étaient plus sucrés que biscuits apéros, et en diminuant le sucre, ça marche pour tout, ils sont vraiment délicieux ! Ils ont disparus à toute vitesse.

  • 100g de noisettes entières
  • 200 g de farine semi-complète
  • 70 g de flocons d’épautre ou d’avoine
  • 90 g de vergeoise ou de sucre de canne
  • 1 c à c de bicarbonate de sodium
  • 1 pincée de sel
  • 1/4 c à c de poivre
  • 130 g de beurre froid en morceaux
  • 2 c à s d’eau

Dans une poêle sans matiére grasse, faire revenir les noisettes entiéres. Si elles ont encore leur peau, elle va se retirer facilement avec un torchon pendant qu’elles sont encore chaudes. Les hâcher.

Mélanger les noisettes avec la farine, les flocons, le sucre, le bicarbonate, le sel et le poivre. Ajouter l’eau et le beurre en morceaux, et mélanger avec les mains jusqu’à former une boule, à mettre au frigo pendant une heure.

Préchauffer le four à 150°c.

Sortir la pâte et former des boules un peu plus grosses qu’une noix, à déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Mettre au four 25 minutes jusqu’à ce
que les sablés soient blonds.

Pudding crémeux de Bourgogne

Ma mère n’est pas une grande cuisinière, mais parmi les choses qu’elle nous a appris, il y a (évidemment) son gateau préféré ; le pudding crémeux de Bourgogne, une sorte de créme brulée avec du caramel en gateau… J’admet, c’est pas top comme description, mais c’est vraiment bon, et ça change des gateaux au chocolat habituels.

  • 4 oeufs
  • 80 g de sucre + 50 g de sucre pour le caramel
  • 80 g de beurre
  • 80 g de farine
  • 1/2 L de lait
  • 1 gousse de vanille
  • 2 c à s d’eau

Préchauffer le four à 180°c.

Dans une casserole, faire bouillir le lait, les 80 g de sucre et la gousse de vanille fendue. Attention, le lait c’est piégeux, ça frémit et 5s plus tard tu en as partout. Donc dés que ça bout, tu l’éloignes du feu et tu retires la gousse de vanille.

Séparer les blancs des jaunes et battre les blancs en neige.

Dans une autre casseole, faire fondre le beurre. Ajouter la farine et retirer du feu en mélangeant trés vite pour faire un roux (c’est comme pour la pâte à choux). La pâte doit se détacher des bords en formant une boule. Remettre à feu trés doux et incorporer peu à peu le lait jusqu’à ce que la pâte soit homogéne.

Verser la pâte sur les jaunes d’oeufs : il faut incorporer trés lentement pour éviter que les jaunes cuisent et fassent des bouts d’omelette. Incorporer ensuite les blancs en neige.

Faire le caramel : dans une petite casserole, mettre l’eau et les 50 g de sucre et faire chauffer à feu doux en remuant jusqu’à ce que le caramel se forme. (izi)

Beurrer un plat et verser le caramel au fond. Recouvrir de la pâte.

Faire cuire 1h. Bon ap !

Enregistrer

Crumble aux pommes, classique et délicieux

Aprés avoir essayé de réaliser un crumble aux pommes en ajoutant du caramel au beurre salé (encore une commande de ma très chère coloc qu’aprés délibération nous allons appeler Jaune), et une grosse déception, j’ai décidée que désormais je me contenterai de ma recette de base de crumble. Plus on rajoute de choses, plus on perd le goût unique, un peu caramélisé mais pas trop, du crumble, et qui fait que ce dessert plaît à tout le monde, bec sucré ou non, difficile ou non. Cette base réadaptable est donc simple, délicieuse et pas trop sucrée, et on peut même remplacer une partie des miettes par des galettes de St Michel écrasées…

À servir avec une boule de glace à la vanille.

Si tu cherches d’autres recettes de crumbles sucrés, il y a sur le blog de la rhubarbe, de la mûre et un banane-chocolat

Continue reading “Crumble aux pommes, classique et délicieux” »

Entremet chocolaté super simple

DSCF3701DSCF3708
J’avais promis à mes colocs (et à mes amis en passant) que si elles me faisaient une commande, je la ferait. Je l’ai bien regretté quand l’une d’entre elles est venue avec un grand sourire me présenter un entremet au chocolat.
Je n’aime pas les entremets, surtout au chocolat, cela me fait penser à ces gateaux avec des couches, de la crème etc. Mais j’aime le défi qu’ils représentent, et comme je suis parfaite (<3), je me suis lancée.
Verdict : c’était pas très long, pas trop de vaisselle et surtout hyper classe ! Je l’ai trouvé bon (très chocolaté et un peu lourd mais c’est un entremet) mais sans plus, mais tou les goûteurs ont adoré, comme quoi je suis la seule à avoir un problème avec les entremets…
Edit : j’ai refait cette recette pour le pot de départ d’une collégue, en modifiant les doses : il a été adoré et je crois avoir vraiment trouvé l’équilibre entre les différentes couches ! Je l’ai décoré avec des noisettes mais j’aurais pu le faire avec des framboises, à méditer.

Continue reading “Entremet chocolaté super simple” »

Brownie collant à la poudre d’amandes

 

(Crédits photos : Maxou <3)

Ce week end, il y a 4 anniversaires, mais pas assez de sous / temps pour faire 4 gateaux… J’ai donc fait au mieux, en respectant les demandes des principaux intéressés… Et on a bouffé des gateaux et des pates toute la semaine.

Mais au final, une seule de ces recettes était (de mon avis) assez bien pour être publiée… Car oui, je fais un tri dans tout ce que je cuisine, même si on dirait pas ! (par exemple le potiron au reblochon de cette semaine… Bof). J’ai donc fouillé dans mes recettes pour trouver « du chocolat« .

Continue reading “Brownie collant à la poudre d’amandes” »

Tarte amandine aux coings

 

Depuis qu’avec les copains on habite dans le même quartier, on essaye de profiter du marché du dimanche pour manger un bon poulet ensemble. Et de temps en temps, comme 3 poulets, 1 kg de patates et 2 baguettes ne suffisent pas aux gros tas que nous sommes, on ajoute un dessert fait par moi (comme toujours, ils commencent à s’y habituer) avec les fruits achetés le matin. Genre des coings (coin) (j’adore), le fruit que tu ne sais jamais comment cuisiner.

La recette est vachement bonne, enfin surtout pour moi qui suis une grande fan de tartes amandines, faut avouer qu’elle n’est pas révolutionnaire mais c’est une bonne façon d’accomoder les coings (coin) (non je ne m’en lasse pas). Le nappage de miel à la fin est indispensable pour moi (sinon, c’était assez peu sucré au final), mais mes testeurs n’étaient pas tous d’accord, et ma coloc réclame à grand cri de la sauce au chocolat pour aller avec. A voir.

Continue reading “Tarte amandine aux coings” »

Tarte aux kakis (et chaussons aux kakis)

Pour notre traditionnelle soirée sushis, mon père m’a demandé de ramener le dessert, quelque chose « aux fruits ». Moi j’avais envie d’un truc un peu original et bizarre (comme dirait ma coloc (merci pour les photos d’ailleurs)), et comme c’était un repas japonais, j’ai regardé sur cuisine en bandouillère. Les kakis en plus c’est des fruits d’automne donc c’est parfait, et la tarte est trés peu sucrée car c’est un fruit vachement sucré à la base…

Et puis j’ai congelé le reste de crème et en le décongelant un peu plus tard, j’ai découvert que c’était parfait pour faire des chaussons (juste mis dans une pâte feuilletée, doré au jaune d’oeuf) !

Continue reading “Tarte aux kakis (et chaussons aux kakis)” »

La gâteau invisible pommes-poires : C’est même pas gras

J’ai enfin décidé de tester le gateau invisible ; invisible parce que les fruits sont imbibés de pâte et que le tout est hyper léger avec presque pas de pâte ! J’ai testé la version de base, pommes poires (parce qu’il y avait ça chez moi en vrai) et c’est top ! Mon gateau était un peu plat, donc je vous conseille d’utiliser un moule pas trop large pour que le tout soit plus épais.

Continue reading “La gâteau invisible pommes-poires : C’est même pas gras” »

La fabuleuse vraie recette du far breton

Les fars bretons c’est top, mais il m’a fallu des années pour récupérer la recette de ma famille, simple et juste parfaite.

  • 6 oeufs
  • 1 L de lait
  • 250 g de farine
  • 250 g de sucre
  • 250 g de pruneaux

Préchauffer le four à 210°c. 

Mélanger le sucre et la farine : former un puit et ajouter les oeufs et le lait. Mélanger le tout jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de grumeaux.

Beurrer un moule rectangulaire et mettre les pruneaux dénoyautés au fond. Recouvrir de la pâte.

Le far doit cuire assez longtemps, presque 1h selon les fours, ce n’est pas grave s’il devient un peu noir au dessus, le centre doit être bien cuit. Il faut le laisser entièrement refroidir avant de le manger.

Mangez bien !