Pour épater

Pâte à tartiner chocolat sésame

Cette recette, trouvée sur Gastelovore, c’est celle de la pâte à tartiner utilisée pour finir mes placards avant de quitter mon appart’ parisien… Alors si tu cherches un substitut de Nutella (recette actuellement en cours de recherche pour éviter l’huile de palme), c’est pas ça, mais c’est délicieux quand même ! Le goût ici est plus fort, avec un chocolat plus noir et un final où on sent bien le sésame…

À NY, je commence à recevoir des visites et à faire tous les trucs touristiques… je cuisine toujours autant, mais bientôt j’arriverais à bout de mes photos prises en France et je vais retomber dans l’époque où j’écrivais pour le blog en Espagne, avec une vaisselle super moche, aucune lumière et aucun moyen de faire des photos potables ! En bref, je m’en excuse d’avance…

Continue reading “Pâte à tartiner chocolat sésame” »

Nice cream à la banane (sans sorbetière)

La Nice cream, c’est la glace végane, et celle ci est la plus facile du monde car elle ne contient qu’un ingrédient… une banane trop mûre.

Dit comme ça, c’est pas très engageant, mais c’est délicieux, pas cher et plutôt sain ! Pas de sorbetière, donc, mais un bon mixeur, et pas un mixeur plongeant. À part ça, zéro complexité.

Continue reading “Nice cream à la banane (sans sorbetière)” »

Chirashi à la mangue et à l’avocat

Après mon chirashi au saumon et à l’avocat, assez classique, j’ai décidé de twister les choses sur les conseils de mon ancienne collégue au nom de fleur. J’ai voulu réitérer l’exploit des roses et j’ai foiré celle d’avocat mais c’est pas grave ! Le twist d’utiliser la mangue au lieu d’un poisson permet de véganiser le plat sans effort, et la mangue dans les plats salés fait toujours son ptit effet.

Je t’ai souvent raconté comment mes tupperwares à midi attiraient les regards et les questions ; ici, à NY, c’est bien pire. Je suis souvent la seule à avoir mon tupperware au boulot ou à l’université, et mes colocs me regardent préparer mes repas pour la semaine, impressionnés mais en même temps très étonnés que je n’aille pas tout simplement prendre un truc à emporter. En effet, j’ai l’impression que tous les midis, les new-yorkais vont acheter leur salade, leur bagel ou autre, et je ne peux pas m’empêcher de me dire que ça doit représenter un budget énorme, surtout associé au latte du matin (bu dans le métro ou sur la route vers le travail) et au take-out du soir (je ne compte même plus le nombre de tupperwares de take-out stockés dans les placards de la maison (j’en profite pour préciser que si tes colocs ont tendance à commander du riz simple quand ils commandent du take-out japonais qu’ils ne finissent jamais, c’est l’occasion parfaite pour faire ce plat (ou un Tamago-Kake gohan))). En même temps, il y a une si grande variété de plats que ça donne envie de tout goûter… Bref, j’ai envie de finir par « à méditer », mais après on va croire que c’est un blog sérieux et que la question du chirashi dans les tupperwares est une question de société…

Continue reading “Chirashi à la mangue et à l’avocat” »

Bibimbap végétarien tout vert

Mais si, tu sais, le Bibimbap, ce truc coréen super joli avec plein d’ingrédients différents rassemblés dans un bol sur un lit de riz et avec un oeuf au milieu ! Comment ça ça ressemble au Buddha Bowl et autre Poke Bowl ? Peut-être, mais pour le coup, c’est un plat traditionnel coréen ; cette version est végétarienne, mais l’originale contient en général du boeuf. En Corée, je n’avais malheureusement pas eu l’occasion d’y goûter, et cela reste un de mes grands regrets, mais je me rattrape à New York, car inutile de te dire que Koreatown et Chinatown font partie de mes endroits préférés ici !

Est-ce que c’est bon ? Évidemment sinon je ne le publierai pas. Est-ce que c’est long ? Oui, un peu, parce qu’il faut faire cuire tous les ingrédients séparément (et en plus après tu mélanges tout donc ça n’a servi à rien). Est-ce que ça en jette ? Grave. Est-ce que je dois publier cette recette depuis des années mais je ne l’ai pas fait parce que c’est vachement long à écrire ? Grave.

Continue reading “Bibimbap végétarien tout vert” »

Un Victoria-sponge cake pas comme les autres (mais plutôt comme Jamie Oliver)

J’adore répondre aux commandes. On me demande toujours des choses auxquelles je ne m’attends pas, que je n’aurais jamais pensé faire spontanément parce que ce n’est pas dans mes goûts, et ça me pousse à réinventer des recettes et à me torturer la tête pour faire ce qu’on me demande tout en mettant mon petit grain de sel. Ce gâteau en est l’illustration parfaite : cela faisait longtemps que je n’avais pas fait de gâteau pour I., et je me suis dit que sa soirée jeux de société (durant laquelle mon équipe a gagné, précision essentielle) était l’occasion parfaite. Or, cette chère I., qui a vécu en deux ans en Angleterre me demande… un Victoria-sponge cake. Comme je suis sympa, je m’exécute. Et puis je vois la recette : deux génoises basiques (sous forme de quatre-quart), de la confiture industrielle et de la crème au beurre.

Beurk.

Hors de question que je fasse cela ; qu’à cela ne tienne, je me balade sur le Internet mondial (ou « Je surfe sur la toile », comme disaient nos parents dans les années 2000) et je découvre la version de Jamie Oliver. Aussitôt vue, aussitôt faite, avec quelques arrangements (notamment parce que sa version à lui est également parfumée à la rose, mais je n’aime pas trop les gâteaux avec des parfums de fleurs (ironique pour ceux qui me connaissent)). On arrive donc à deux génoises parfumées avec l’utilisation du sucre muscovado (qui leur donne cette couleur un peu brune) et du beurre salé, une crème fouettée aérienne à la vanille, un peu de confiture quand même et surtout des fruits frais.

Le transport dans le métro en pleine canicule aurait pu le réduire à néant, mais il n’en fut rien, et le gâteau a eu un franc succès !

Pour l’info historique, j’ai checké pour toi et oui, le nom vient bien de la Reine Victoria (comme le poulet). You’re welcome, comme ils disent.

Continue reading “Un Victoria-sponge cake pas comme les autres (mais plutôt comme Jamie Oliver)” »

Houmous à la betterave et houmous à la patate douce

J’ai été un peu absente dernièrement, et je m’en excuse… C’est que je suis allée en vacances en Bretagne, regarder la mer pendant des heures des falaises de Kerleloup, faire beaucoup à manger (je t’en reparlerai), boire l’apéro en famille, jouer au tarot et me dire que décidément, j’adore la Bretagne. Après, je suis allée à Nantes visiter cette belle ville avec mes copines et manger dans des restos chics avec mon père. Et puis j’ai fait de nouveau ma valise, mais pour une destination plus lointaine : New York.

Eh oui, j’écris de mon petit palace (non) à Brooklyn, avec le bruit constant du ventilo (typiquement américain), les voix de mes colocs et le soleil qui tombe sur les brownstones. Je ne sais pas si j’arriverai à publier aussi souvent d’ici, car le matériel à ma disposition est beaucoup plus limité, mais j’ai pas mal de photos d’avance, donc tu vas d’abord voir défiler les photos d’été. Qui dit été, dit apéro. Qui dit apéro dit houmous. Après la recette classique et la version cacahuètes, voilà deux autres versions plus végétales, on y retrouve la texture avec un goût moins écoeurant : recette testée lors de mon anniversaire et validée !

Continue reading “Houmous à la betterave et houmous à la patate douce” »

Mes gâteaux d’anniversaire : banane-pécan-sirop d’érable, pistache-framboise et citron-framboise…

Toute occasion est bonne pour faire des gâteaux, et mon anniversaire n’est pas une exception. Parce que oui, paraît-il qu’on ne doit pas faire son propre gâteau, mais comme c’est un de mes plaisirs, on ne va pas m’en priver… et je me suis lâchée. Avec l’aide de mes marmitons/éditrices, on a cuisiné toute l’après-midi, pour une soirée qui s’est terminée à l’aube, comme toutes les bonnes soirées.

Regarder le soleil se lever du jardin, repousser l’idée (stupide) de faire un molky à cette heure-ci, et aller se coucher en repoussant l’idée du ménage qui nous attend le lendemain. Et puis, après le rangement, faire un poulet du dimanche dans le jardin, bronzer au soleil, jouer aux cartes et prendre le dernier train pour Paris.

Je suis donc officiellement vieille.

Continue reading “Mes gâteaux d’anniversaire : banane-pécan-sirop d’érable, pistache-framboise et citron-framboise…” »

Feuillantine comtoise

En ces temps de chaleurs intenses et d’apéros dans les parcs ou sur les quais, ramener une feuillantine découpée en petits cubes pourrait bien faire de toi un héros moderne (rien que ça). La feuillantine, c’est une sorte de gros chausson rempli de fromage, de jambon et de béchamel : une tuerie (calorique notamment). Pas compliqué, un peu long, d’autant que la recette doit se préparer la veille, mais quel délice ! Elle a remporté un très gros succès à mon anniversaire, plusieurs personnes m’ont demandé la recette (ce à quoi je réponds toujours « bientôt sur jaimetropmanger.fr », parce que le placement de produit, il n’y a que ça de vrai).

Continue reading “Feuillantine comtoise” »

Tempura de fleurs d’ail des ours

J’ai bien profité des longs week-end de mai, en rentrant quasiment à chaque fois à Lille, pour le plaisir de travailler au soleil dans le jardin de mes parents, avec un bon café et le chat qui dort à côté de moi, de faire des barbecues avec moult viandes, salades, cheesecakes, bières et copains, de jouer au molkky et aux cartes dans les parcs… Bref, de retrouver mon chez moi.

Un autre avantage d’être à Lille, c’est de pouvoir récolter la production massive d’ail des ours du jardin de mes parents (ainsi que du romarin et du pavot, je t’en reparlerai plus tard) ; j’ai profité de la profusion de testeurs ce week-end là pour me lancer dans des tempuras de fleurs d’ail des ours et des gnocchis à l’ail des ours. J’ai passé des heures à façonner, cuire et faire sauter chaque gnocchi, dans l’idée d’en faire un gratin le soir chez Marron, mon ex-coloc. Finalement, on s’est retrouvés au parc avant avec un groupe d’amis, et 5h plus tard, on était toujours là et on avait super faim. Boire ou manger, le dilemme était ardu ; il y avait toute cette nourriture chez mes parents, mais on ne pouvait pas y rester… Prise de décision : on va chez Y., je pars avant en vélo, je passe chercher les gnocchis et les tempuras, les autres vont acheter à boire et on finira de les préparer chez lui. J’ai donc dû improviser le fameux gratin de gnocchis dans un plat à tarte, avec un reste de fromage et un tout petit pot de sauce tomate, et évidemment, sans aucun appareil photo. Ce plat restera donc absent de ces pages, à mon grand désespoir parce que c’était délicieux et qu’on a tout dévoré, à 10 avec 4 pauvres fourchettes.

Quant aux tempuras (après tout c’est le sujet de cet article), on les a mangées à l’apéro, et c’était super bon, en plus d’étonner tout le monde. Rien de très difficile, il faut juste une toute petite casserole si on ne veut pas utiliser trop d’huile dans la friture, et surtout les manger chaudes, avec une petite sauce type sauce au yaourt avec un peu d’ail.

Continue reading “Tempura de fleurs d’ail des ours” »

Beaucoup de kimchis : Kimchi de carottes et Oï sobagi (kimchi de concombres)

Je t’ai déjà fait un speech sur ma recette de kimchi : une recette un peu longue mais super facile, et surtout, autant l’avouer, qui te permet de te la pêter en mode « exactement, c’est moi qui l’ai fait ». Bref, tout ce qu’on aime. Et bien j’ai voulu tenter des variantes : une très traditionnelle, avec du concombre, l’Oï sobagi, et une très moi, avec des carottes, à laquelle je ne vais pas essayer de donner un nom coréen parce que je ne parle pas coréen.

En ce moment, j’ai beaucoup de boulot pour les cours, alors pour les soirs où je n’ai pas faim (parce que j’ai mangé trop de pizzas à midi, en général) ou que j’ai pas trop le temps, je me sers une dose de kimchi avec quelques carottes et un oeuf mollet, et j’ai

Continue reading “Beaucoup de kimchis : Kimchi de carottes et Oï sobagi (kimchi de concombres)” »