Gateaux

Gateau aux poires vraiment vraiment très bon

DSCF7829DSCF7827

Parfois on se casse la tête à faire des gâteaux compliqué, des entremets, du chocolat, du vegan etc etc. Et parfois, on a la famille bretonne qui vient, on veut juste un bon gâteau pas compliqué, facile, faisable avec ce qu’il y a dans le frigo… Et il se révèle bien meilleur que tous les autres.

J’ai trouvé ce gâteau chez Clothilde, c’est la recette de son gâteau d’enfance, celui de sa grand mère. Mes gâteaux d’enfance à moi, c’était plutôt aux fruits rouges, vu que ma grand-mère en a plein dans son potager (il faut croire que les gâteaux d’enfance, on les fait surtout avec les grand-mères), c’est le clafoutis aux cerises et le fabuleux gâteau aux framboises et aux amandes… Ce gâteau aux poires, avec juste un peu d’amandes, est vraiment délicieux, les fruits sont cuits sous la pâte, le tout est fondant, un peu compliqué à découper en parts mais il a disparu tout de suite chez moi et a été tués très apprécié (heureusement parce que j’ai complètement raté mes deux derniers gâteaux donc je commençais à avoir peur).

Continue reading “Gateau aux poires vraiment vraiment très bon” »

Angel Food Cake, enfin !

Je vous en parlais déjà, 6 mois à récolter des blancs d’oeufs au congélo pour enfin atteindre le nombre fatidique : 13 ! A moi le gateau des anges !

Donc pour ceux qui n’ont pas encore vu ce concept traîner sur la blogosphére, ou plutôt ceux à qui je n’en ai pas encore parlé, l’idée est de faire un gateau trés aérien, sans beurre ni huile, grâce aux blancs d’oeufs. J’ai profité de l’anniversaire d’une jeune fille au nom trés adapté (Coucou Angélique) pour me lancer dans le défi, et franchement il est top, la texture est vachement bin ! Ma version était un peu trop sucrée, ce que je corrige donc ici.

Continue reading “Angel Food Cake, enfin !” »

Entremet v 2.0 : Le fraicheur chocolat de Pierre Hermé

Et oui, je récidive dans l’entremet, pour l’anniversaire de notre squatteur (préféré) du dimanche ! (Joyeux anniv !) Je suis pas trés branchée entremet, mais à la demande de Jaune j’avais tenté un premier entremet, aussi au chocolat (mais plus simple que celui là) qui m’avait finalement bien plu. Enfin j’aimais surtout le challenge de faire un gateau compliqué, « comme chez le patissier ». Parce que autant être honnête, celui là est plus long, il doit se commencer la veille, il est plus galère, mais il a un peu plus la classe que le premier (surtout que là j’ai mis la dose donc il est plus haut et plus beau). ne couche de brownie/biscuit, un crémeux chocolat et un glaçage de fou… Niveau goût, il est bien sûr trés chocolaté, mais je trouve que la dose de brownie (la base) est un peu épaisse par rapport au crémeux, alors que j’ai augmenté les doses de crémeux ! En tout cas, il a vraiment bien plu, même si c’était pas mal de travail…

J’ai trouvé la recette sur C’est ma fournée, qui est une vraie mine de recettes de grand patissiers, comme celle là de Pierre Hermé. Sa présentation est impecable, elle a une thermosonde, bref autant te dire que c’est pas le même délire ici. C’est un peu plus je m’arrange avec ce que j’ai sous la main, mais je suis persuadée qu’il est aussi bon, même s’il n’est pas aussi beau. Le seul truc vraiment indispensable, c’est un moule style à entremet, de environ 22 cm de diamètre, assez haut, s’il est à charnière c’est mieux, et du rhodoïd, remplaçable par des bandes découpées dans tes vieilles pochettes plastiques du collège (Le DIY du dimanche).

Continue reading “Entremet v 2.0 : Le fraicheur chocolat de Pierre Hermé” »

Framboises en crème d’amandes : Le meilleur gateau au monde

L’été dernier, quand je suis allée à Paris, lors d’un changement épique (non) à Montparnasse, j’en ai profité pour passer chez Kayser et goûter le fameux financier aux framboises dont j’avais tant entendu parler quand je faisais mon stage à Paris il y a deux ans (« une tuerie calorique trop trop TROP bon », en gros). C’était effectivement une tuerie calorique et effectivement trop bon. Mais en fait… ça avait exactement le même goût que le gateau de chez ma grand-mère (Dézo).

Du coup je me suis dit que si ma grand-mère faisait des gateaux aussi bon que chez Kayser, ça valait plus le coup. Et aussi que je devais absolument récupérer la recette ; du coup, quand Marron m’a réclamé un gateau aux framboises, j’ai sauté sur l’occasion de le refaire. Chez ma grand-mère, on allait directement ceuillir les framboises dans le jardin (et on mangeait la moitié au passage), ici j’ai dû me contenter de carrefour city et de framboises surgelées mais il était quand même super bon, il faut juste mettre un peu plus de sucre du coup.

Pour faire simple, et pour balancer encore plus de fleurs métaphoriques sur moi-même et sur ce gateau, c’est mon gateau préféré, je le demandais à tous mes anniversaires. Framboises + amandes c’est un mélange gagnant classique, mais là le gateau est moelleux, fondant, tout en restant pas trop dense parce que peu épais…

Continue reading “Framboises en crème d’amandes : Le meilleur gateau au monde” »

Galette des rois à la frangipane, classique et efficace

Lorsque les filles ont vu mes galettes (parce que je suis une fifolle, j’en ai fait 2 d’un coup), elles ont eu un petit moment de crainte ; « euh elles sont à quoi tes galettes… normales hein, frangipane ? » Mais même si j’adore les tests chelous dans plein d’autres plats, les galettes des rois, c’est sacré, c’est frangipane, rien au chocolat, à la vanille, au speculoos ou autre.

Du coup, cette recette n’a rien d’original sur la blogosphére, mais elle est super bonne, et coûte beaucoup moins cher que chez le boulanger. Au final, c’est pas trop long (il sufffit jusqte de s’y prendre en avance pour la frangipane) et si comme moi tu es une flemasse et que tu ne fais pas ta pâte feuilletée, elle est plutôt facile ! Elle a été testée par de multiples audiences, et toutes ont beaucoup aimé, donc c’est pré-validé.

Merci à Marron pour sa fabuleuse couronne, même si t’as oublié de prendre les photos de la galette découpée, je t’aime quand même <3

Pour la crème patissière :

  • 15 cl de lait
  • Une gousse de vanille ou 1 c à c d’extrait de vanille
  • 1 jaune d’oeuf
  • 20 g de farine
  • 20 g de sucre blanc

Pour la crème d’amandes :

  • 75 g de sucre glace
  • 75 g d’amandes en poudre
  • 60 g de beurre pommade
  • 1 oeuf
  • 1 cà c de rhum (optionnel)
  • Une pincée de sel

Pour le montage :

  • 2 pâtes feuilletées
  • 1 jaune d’oeuf (j’en profite pour rappeler que les blancs se congélent, jusqu’à en avoir assez pour faire des gateaux super exigeants style gateau des anges. Perso j’en suis à 9 blancs d’oeufs. Bientôt)
  • Un peu de lait
  • Sucre glace
  • 1 fêve (Alors attention attention, petite astuce de pauvre qui n’a pas de fève : j’ai un ami dont la mère met toujours une pièce de 2€ comme fève pour la première galette de l’année. Moi j’ai mis une pièce de 2c. Bon. En gros, tu stérilise ta pièce et c’est tout bon)

Préparer d’abord la crème patissière : Mettre le lait dans une casserole avec la gousse de vanille ouverte en deux. Faire chauffer à feu doux.

Dans un saladier, blanchir le jaune d’oeuf avec le sucre. Ajouter la farine au fouet. Retirer la gousse de vanille du lait chaud et le verser en filet dans le saladier sans cesser de mélanger.

Remettre le tout dans la casserole et faire chauffer à feu doux en mélangeant sans cesse au fouet : le mélange va peu à peu épaissir.

Une fois que la texture est bonne, mettre dans un bol, filmer et laisser refroidir complètement au frigo (la crème patissière et la crème d’amandes doivent être vraiment froides).

La crème d’amandes donc :  Le beurre pommade doit vraiment être complètement mou, sans morceaux, et pouvoir se fouetter. Ajouter le sucre glace au beurre (plutôt à la spatule maintenant, pour éviter de mettre trop d’air dans la crème), puis la poudre d’amandes et la pincée de sel (ça change tout). La crème doit être homogène. Incorporer l’oeuf, et le rhum si vous en mettez (on avait que du gin dans les restes du nouvel an, du coup j’ai passé cette étape).

Mettre dans un bol, filmer et laisser 1-2h au frigo.

Le montage : Préchauffer le four à 180)c.

En gros la frangipane c’est pas compliqué. 250 g de crème d’amandes et 100 g de crème patissière à mélanger : normalement tu as tout pile ça avec cette recette (bon à 10g près ça va). Bien mélanger.

Etaler une pâte feuilletée sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé. Remplir de frangipane en laissant 2-3 centimétres vides au bord, soit à la poche à douille, soit à la cuillière si comme moi tu n’as pas de matos. Placer la fève, plutôt loin du centre pour minimiser les chances de tomber dessus en découpant.

Badigeonner les bords avec de l’eau.

Etaler la deuxième pâte, la badigeonner entièrement d’eau et la placer sur la première avec le coté moullié à l’intérieur. Bien souder les bords. Dessiner des motifs avec un petit couteau, en faisant attention de ne pas percer la pâte. Mélanger le jaune d’oeuf avec un peu de lait et badigeonner la galette. Saupoudrer de sucre glace.

Enfourner pour 35-40 min, en protégeant la galette d’une feuille de papier alu si elle commence à trop dorer.

Servir tiède, et faire gaffe à ne pas manger la pièce de 2c. Si vous faites la galette avec des enfants de 5 et 8 ans, ce qui était mon cas avec les gamins que je garde le mercredi, n’oubliez pas de rappeler à celui qui n’a pas eu la fève (c’est dramatique ces choses là), qu’il a encore 80 ans de galettes, multiplié par au moins 3 galettes par an (avec papi, mamie, maman, papa, l’école…) pour se rattraper. Ca sauve une aprés-midi.

Bon ap’ !

La cookies pie, ou le concept de fou trop fat

Pour nouvel an, j’ai beaucoup hésité et j’ai finalement décidé de faire une merveille de gras et de décadence. La tarte cookie, ce qui, comme le cake de croques monsieur, ne sonne pas forcément comme une bonne idée, mais est vraiment trop bon. Fondant, croustillant, le goût des cookies en un truc super fat génial.

J’ai trouvé ça, comme la gateau de la semaine dernière, sur Royal Chill, mais je l’ai fait avec des noisettes et du chocolat normal au lieu de chocolat au lait et noix de pécan, mais aprés toi tu fais comme tu veux.

Continue reading “La cookies pie, ou le concept de fou trop fat” »

Gateau à la crème au chocolat glacé au café

Ce gateau est absolument (pas) ce dont on a besoin aprés les fêtes. Mais je voulais un gros gateau, avec du glaçage pour une soirée, un truc à la fois fat et beau. Et il est fat. Et beau.

J’avais noté la recette sur Royal Chill et la recette est vraiment top, un gateau bien dense, une crème onctueuse, et un glaçage pas trop lourd (on peut le faire au chocolat mais franchement, on sent pas beaucoup le café et ça ferait un peu tout much chocolat).

Continue reading “Gateau à la crème au chocolat glacé au café” »

Encore des anniversaires ; petit frère n°2 et N° 3, sablés apéros aux noisettes et pudding crémeux de Bourgogne

Les gamins sont plutôt doués, ils sont nés le même jour à 7 ans d’intervalle. Du coup ça fait un double anniversaire, plein de grands-parents, un gros apéro et un double gateau. Et plein de testeurs pour moi…

Sauf que lorsque j’arrive le jour même pour faire la cuisine, je découvre un véritable carnage, des oeufs, de la farine partout, du caramel cramé et du lait plein le plan de travail : petit frère n°1 avait insisté pour faire le gateau. On a eu trés peur, surtout quand il m’a décrit comment il avait battu le oeufs en neige à la barbare.

Et bah résultat, c’était plutôt pas mal. Et j’ai quand même fait l’apéro. Et puis si tu veux tout savoir, je sais déà plus ce qu’ils ont eu comme cadeaux. Et les photos sont pas top-top parce que ma mère les as prises avec son appareil.

Sablés au poivre et noisettes

J’ai récupéré cette recette chez Clothilde, mais ils étaient plus sucrés que biscuits apéros, et en diminuant le sucre, ça marche pour tout, ils sont vraiment délicieux ! Ils ont disparus à toute vitesse.

  • 100g de noisettes entières
  • 200 g de farine semi-complète
  • 70 g de flocons d’épautre ou d’avoine
  • 90 g de vergeoise ou de sucre de canne
  • 1 c à c de bicarbonate de sodium
  • 1 pincée de sel
  • 1/4 c à c de poivre
  • 130 g de beurre froid en morceaux
  • 2 c à s d’eau

Dans une poêle sans matiére grasse, faire revenir les noisettes entiéres. Si elles ont encore leur peau, elle va se retirer facilement avec un torchon pendant qu’elles sont encore chaudes. Les hâcher.

Mélanger les noisettes avec la farine, les flocons, le sucre, le bicarbonate, le sel et le poivre. Ajouter l’eau et le beurre en morceaux, et mélanger avec les mains jusqu’à former une boule, à mettre au frigo pendant une heure.

Préchauffer le four à 150°c.

Sortir la pâte et former des boules un peu plus grosses qu’une noix, à déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Mettre au four 25 minutes jusqu’à ce
que les sablés soient blonds.

Pudding crémeux de Bourgogne

Ma mère n’est pas une grande cuisinière, mais parmi les choses qu’elle nous a appris, il y a (évidemment) son gateau préféré ; le pudding crémeux de Bourgogne, une sorte de créme brulée avec du caramel en gateau… J’admet, c’est pas top comme description, mais c’est vraiment bon, et ça change des gateaux au chocolat habituels.

  • 4 oeufs
  • 80 g de sucre + 50 g de sucre pour le caramel
  • 80 g de beurre
  • 80 g de farine
  • 1/2 L de lait
  • 1 gousse de vanille
  • 2 c à s d’eau

Préchauffer le four à 180°c.

Dans une casserole, faire bouillir le lait, les 80 g de sucre et la gousse de vanille fendue. Attention, le lait c’est piégeux, ça frémit et 5s plus tard tu en as partout. Donc dés que ça bout, tu l’éloignes du feu et tu retires la gousse de vanille.

Séparer les blancs des jaunes et battre les blancs en neige.

Dans une autre casseole, faire fondre le beurre. Ajouter la farine et retirer du feu en mélangeant trés vite pour faire un roux (c’est comme pour la pâte à choux). La pâte doit se détacher des bords en formant une boule. Remettre à feu trés doux et incorporer peu à peu le lait jusqu’à ce que la pâte soit homogéne.

Verser la pâte sur les jaunes d’oeufs : il faut incorporer trés lentement pour éviter que les jaunes cuisent et fassent des bouts d’omelette. Incorporer ensuite les blancs en neige.

Faire le caramel : dans une petite casserole, mettre l’eau et les 50 g de sucre et faire chauffer à feu doux en remuant jusqu’à ce que le caramel se forme. (izi)

Beurrer un plat et verser le caramel au fond. Recouvrir de la pâte.

Faire cuire 1h. Bon ap !

Enregistrer

Crumble aux pommes, classique et délicieux

DSCF0088

Aprés avoir essayé de réaliser un crumble aux pommes au caramel beurre salé (encore une commande de ma très chère coloc qu’aprés délibération nous allons appeler Jaune (merci pour les photos)), et une grosse déception, j’ai décidée que désormais je me contenterai de ma recette de base de crumble. Elle est simple, délicieuse et pas trop sucrée, et comme pour ce crumble à la rhubarbe, on peut remplacer une partie des miettes par des galettes de St Michel écrasées…

Continue reading “Crumble aux pommes, classique et délicieux” »

Entremet chocolaté super simple

DSCF3701DSCF3708
J’avais promis à mes colocs (et à mes amis en passant) que si elles me faisaient une commande, je la ferait. Je l’ai bien regretté quand l’une d’entre elles est venue avec un grand sourire me présenter un entremet au chocolat.
Je n’aime pas les entremets, surtout au chocolat, cela me fait penser à ces gateaux avec des couches, de la crème etc. Mais j’aime le défi qu’ils représentent, et comme je suis parfaite (<3), je me suis lancée.
Verdict : c’était pas très long, pas trop de vaisselle et surtout hyper classe ! Je l’ai trouvé bon (très chocolaté et un peu lourd mais c’est un entremet) mais sans plus, mais tou les goûteurs ont adoré, comme quoi je suis la seule à avoir un problème avec les entremets…
Edit : j’ai refait cette recette pour le pot de départ d’une collégue, en modifiant les doses : il a été adoré et je crois avoir vraiment trouvé l’équilibre entre les différentes couches ! Je l’ai décoré avec des noisettes mais j’aurais pu le faire avec des framboises, à méditer.

Continue reading “Entremet chocolaté super simple” »