pates

Pâtes aux sardines : la recette surprenament délicieuse

dscf1576dscf1575

Chaque répet de théâtre (nous jouons très bientôt, le stress commence à monter) a lieu de 19 à 21h : je ne sais pas comment font les gens mais moi j’ai faim dès 17h, c’est complètement impossible pour moi d’attendre jusqu’à 21h pour manger. Du coup je me prépare toujours un tupperware pour le midi et pour le soir, je le fais réchauffer juste avant la répet et je mange pendant l’acte 1 (je n’interviens qu’à l’acte 2, heureusement !). Du coup, chacun de mes repas est disséqué par les autres acteurs, qui me regardent en général avec des yeux ronds pendant que j’explique ce que je mange, description en général suivie de « c’est incroyable » « mais ou est-ce que tu trouves le temps de cuisiner tout ça ? ». (C’est une question d’organisation ! En général je prépare 3-4 repas en même temps, ça me prend 2-3h et après je suis tranquille pour le gros de la semaine.). Mais quand j’ai apporté ce tupperware là en répet, j’ai eu des regards plus dubitatifs que d’habitude. Sans raison ! En vrai, cette recette de Beau à la louche ferait aimer les sardines en boîte à tout le monde : la sauce est très parfumée, elle n’est pas liquide et ça te révolutionne un plat de pâtes, en plus c’est faisable avec des ingrédients du placard et cela ne prend pas plus longtemps que le temps de cuisson des pâtes. Aller vazi.

Continue reading “Pâtes aux sardines : la recette surprenament délicieuse” »

Lasagnes de légumes fondants

dscf1403

Dans la perspective de plus en plus proche de mon déménagement, j’essaie de finir mes placards. Je décongèle des blancs d’oeufs, je finis les fruits rouges congelés dans des smoothies, je liquide toutes les noix qui me restent… J’ai même fini mon dernier paquet de pâtes et je ne compte pas en racheter ! Bref, il me restait 5-6 feuilles de lasagnes, donc je me suis lancée dans un plat de lasagnes qui n’aurait pas vraiment besoin de pâtes.

Eh oui, tu m’as bien entendu : j’ai fait des couches de légumes et de sauces qui respectent donc le principe des lasagnes, dans lesquelles j’ai mis les dernières lasagnes qui me restaient, mais sans qu’elles soient à la base du plat (j’ai fait deux couches avec et j’ai abandonné ha ha). J’ai trouvé cette recette chez Clea, dont j’ai également acheté le livre il y a quelques mois (mais j’ai toujours plus de mal à aller chercher des idées dans les livres de cuisine, même si j’adore ça) : Les légumes sont râpés, relevés avec une sauce tomate toute douce, ça donne un plat plutôt sain, parfumé, fondant, délicieux !

Autre chose : je te déconseille cette recette si tu n’as pas de robot qui râpe. Parce que ça va te prendre des heures.

Continue reading “Lasagnes de légumes fondants” »

Spaghettis aux boulettes de boeuf fourrées au fromage

DSCF8395

Avec L., on avait un exposé à faire sur : les cultures et sociabilités numériques : de la sphère amateur à la sphère marketing. Tout un programme. Bon, on l’a bâclé. Mais on s’est quand même retrouvées chez moi pour faire un petit power point, et se faire un film après (c’est le prix France Culture Cinéma des étudiants !). Qui dit travail, dit repas conséquent. Du coup, je me suis lâchée, et j’ai fait des boulettes de viandes fourrées au fromage avec une sauce chili, d’après une recette de Jamie Olivier, à ce qui paraît, (ça va, j’ai réussi à l’impressionner) avant de goûter la bûche

la-belle-et-le-clochard-spaghettis

Alors tu vas me dire, des recettes de boulettes de viande, il y en a 10 000 sur la blogosphère. Oui mais ! Celles là ont une sauce absolument délicieuse ; sucrée-salée, caramélisée, qui enrobe les pâtes et les boulettes, on a vraiment été conquises !

Continue reading “Spaghettis aux boulettes de boeuf fourrées au fromage” »

Mac & Cheese à la bière

Mac and cheese bière

Cela faisait longtemps que je voulais tenter le Mac & Cheese (même si je suis plus Team pesto de base), mais la recette filée par ma pote à son retour des Etats-Unis ne me convainquait que moyennement… Ca manquait de quelque chose… Quelque chose trouvé peu de temps aprés en scrollant sans but faisant des recherches pour mon mémoire sur internet. La bière.

Etant nordiste (Hauts de France sisi), tout ce qui contient de la bière (Welsh, Carbonade…) me parle, et là, j’étais plutôt convaincue. Le goût de la bière n’est pas trop fort, le tout est bien gras ; le seul truc c’est de le manger à la sortie du four plutôt que dans les tupperwares du lendemain, le fromage ne coule plus et c’est bien dommage…

Continue reading “Mac & Cheese à la bière” »

Gnocchis de carottes

DSCF7668

Aprés mes gnocchis de potimarron et mes gnudis (qui sont un peu dans le même style quand même), je récidive en faisant des gnocchis de carottes, d’aprés une recette trouvée sur Emi’s cooking ; Ici on est des grandes fanes (tu l’as ?) de carottes, on achète 1kg5 par semaine (vraiment). En ce moment, je ne sais pas si tu as remarqué, je poste un peu moins, je commence à avoir pas mal de cours, en plus du mémoire et du théatre, ça commence à faire beaucoup, alors il faudrait que je fasse des recettes faciles et rapides… Mais non. Les gnocchis, notamment, c’est super, super long. Le temps de faire la pâte de former les gnocchis, de les cuire, de les faire revenir à la poêle, tout le monde est déjà mort de faim… Mais ça permet de faire des trucs un peu plus sains que ceux de pommes de terre, et c’est un peu la classe quoi.

Continue reading “Gnocchis de carottes” »

Pestos divers et variés

Si certains sont des inconditionnels des pâte carbos, chez moi, la clé du succès, c’était les pâtes au pesto. Mes frères et moi sommes des grands fans, et parfois je peux passer des heures à faire un délicieux petit plat sophistiqué… et finalement craquer sur des pâtes au pesto.

Seulement, ce truc ça coute cher, du coup je me suis mise à le faire maison, et de plus en plus tester des variantes un peu bizarres, style avec des épinards, de la roquette, des trucs moins chers que le basilic…

Et puis le pesto, c’est super comme base de tarte, comme dans mes tartes tatins chévre pesto courgettes,
ou dans les salades, et puis ça se congéle bien, donc tu peux le faire
en grande quantité et le décongeler en dernière minute parce qu’il ne te
reste plus rien dans le frigo et qu’il est 23h…

Voilà donc mes versions préférées, à décliner comme tu veux.

La recette de base du pesto

  • Un bouquet de basilic
  • 1 poignée de pignons de pin
  • 2 c à s de parmesan rapé
  • 1 c à s d’eau
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • 1 gousse d’ail
  • Sel, poivre

Bah. Tu mixes tout, et tu rectifie l’assaisonnement si nécessaire. Si la sauce n’est pas assez crémeuse, la clé c’est de rajouter de l’eau et pas de l’huile ! Voilà.

Pesto de fanes de radis

  • Les fanes d’une botte de radis
  • 1 poignée de noix de cajou non salées
  • 2 c à s de parmesan rapé
  • 1 c à s d’eau
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • 1 gousse d’ail
  • Sel, poivre

Mettre tout dans le mixer.

You’re welcome.

Pesto d’amandes

  • 1 poignée d’amandes
  • 1 c à s de parmesan rapé
  • 1 c à s d’eau
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • 1 gousse d’ail
  • Sel, poivre

Tu mixes le tout ! Cette recette est particulièrement pratique parce qu’elle ne nécessite
rien de frais, tu peux donc vraiment t’en sortir avec les fins de frigo.

Pesto de petits pois à la feta

  • 150 g de petits pois cuits
  • 40 g de feta
  • 20 g de pignons de pin
  • 1 c à c de parmesan rapé
  • 1 c à s d’eau
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • 1 gousse d’ail
  • Sel, poivre

Je t’explique même plus, t’as compris le principe. Ce pesto là est particuliéremnt doux, et parfait pour des tartines ou des fonds de tartes.

Et puis pesto d’épinards ou de roquette, de pistaches…

Enregistrer

DSCF6947

One-pot Pasta gorgonzola, oignons et champignons : enfin le test.

 
Depuis le temps qu’on parle des One-pot Pasta, j’avais envie de le tester mais je suis tellement attachée à mes banales pâtes au pesto que quand on mange des pâtes, je n’ai jamais envie de me lancer dans autre chose. Mais là, avec l’appui ultra motivé de Marron, on a passé le cap.

Donc le concept, si tu ne connais pas encore : tu fais cuire tes pâtes et l’accompagnement tout en même temps, dans une même casserole. Du coup les pâtes absorbent la sauce avec l’eau, mais elles sont pas parfaitement al dente…

Bref, j’ai décidée, pour changer des classiques tomates basilic oignon sur la toile, de faire ça avec du gorgonzola et des champignons. Et ben c’était trop trop top. On sentait juste assez le gorgonzola, qui était trés léger, et on s’est servi deux fois (oupsi).

Pour quatre personnes :

  • 400 g de pâtes courtes
  • 1 petit oignon
  • 150 g de gorgonzola
  • 1 c à s de crème fraiche
  • 6-7 champignons
  • 1 bouillon cube de légumes

L’idée, c’est que c’est hyper facile : dans une casserole, tu mets les pâtes, l’oignon épluché et émincé, les champignons lavés et en morceaux, le gorgonzola en morceaux, la crème et le bouillon cube. Remplir d’eau pour qu’elle dépasse juste les pâtes

Mettre à cuire à feu moyen, en remuant régulièrement. Au bout de 15-20 min (selon tes pâtes), l’eau est absorbée et une sorte de sauce s’est formée. Pas besoin d’égoutter, tu sers direct !

Tu peux faire ça avec ce que tu veux, du saumon, des épinards, des tomates, du fromage… Et c’est TROP BON, en plus d’être trop rapide.

DSCF6889

Lasagnes végétariennes aux courgettes, à la ricotta et aux petits pois

Alors si, comme mes colocs, tu as eu un instant de déception en voyant que c’était des lasagnes végétariennes, et non pas la version habituelle dégoulinante de viande et de sauce tomate, ne désespére pas.

Parce que déjà, c’est pas parce que c’est végétarien que c’est pas fat (et là y’a du fromage en veux tu en voilà) (comme dans ces lasagnes d’ailleurs) et parce que surtout c’est tellement moins cher que ton porte monnaie post-fêtes va te remercier. Et puis franchement, c’est super bon.

La recette a l’air un peu longue, elle l’est comme toutes les recettes de lasagnes, mais par contre c’est franchement pas compliqué et t’auras de quoi manger pendant un bon moment (ça se congéle au pire).

  • La moitié d’un paquet de feuilles de lasagnes (je n’en suis pas encore au point de les faire moi même namého)
  • 3 grosses courgettes
  • 250 g de ricotta
  • 2 poignées de pignons
  • 1 botte de basilic
  • 1 l de lait
  • 1 oignon
  • 2 gousses d’ail
  • 250 g de petits-pois cuits
  • 40 g de maïzena
  • Parmesan (+ si tu préféres pour gratiner le dessus : de la mozza ou de l’emmental rapé)
  • Sel, poivre, muscade, curry.

Préchauffer le four à 200°c.

Eplucher les courgettes une bande sur deux (ou tout si tu préféres, mais franchement c’est plus rapide) et les couper en gros morceaux. Réserver.

Eplucher et émincer l’oignon, le faire revenir dans une poele avec un peu d’huile d’olive à feu doux. Une fois l’oignon transparent, ajouter les courgettes. Eplucher et écraser les gousses d’ail, ajouter. Faire revenir le tout une dizaine de minutes, les courgettes doivent être cuites.

Pendant ce temps, faire la béchamel allégée (sinon tu peux en faire une normale, mais le bonus c’est que celle-là elle est sans gluten) : mettre le lait à chauffer dans une casserole avec la maïzena délayée. Comme pour une béchamel normale, remuer à feu moyen jusqu’à ce que le tout épaississe suffisement. Ajouter sel, poivre, muscade rapée.

Mixer ensemble la ricotta, le mélange courgettes/oignon/ail, le basilic lavé, sel, poivre et un peu curry (sinon je trouve ça vite fade). Faire revenir les pignons dans une poele sans matière grasse et les ajouter au mélange.

Garnir le fond d’un plat d’un peu de béchamel, recouvrir de lasagnes. Ajouter une couche de crème de courgettes, de petits pois puis de parmesan. Pour les couches suivants, alterner comme ça :

Lasagnes
Béchamel
Crème de courgettes
Petits-pois
Parmesan

Jusqu’à épuisement des couches (ou du plat, si comme nous tu as pas de vrai plat à gratin). Finir par une couche de lasagnes, béchamel et le fromage à gratiner de ton choix (parmesan, emmental, ou pour nous mozza, parce que c’est trop bon et il paraît même que c’est moins fat (on est pas à ça prés mais bon)).

Faire cuire 45 min au four.

Bon ap’ les lapins, et bons exams pour tous ceux qui souffrent (pas moi pour une fois) !

Gnocchis de potimarron

Comme souvent dans mes expériences culinaires, il y avait des restes, et j’ai bidouillé. Aprés mes pancakes au potimarron, j’ai congelé ce qui me restait de purée et aprés les gnudis, j’avais bien envie de gnocchis… Enfin en vrai, j’ai pas eu l’idée tout de suite, mais comme toute nordiste qui se respecte, j’écoute les radios belges, et Classic 21 a une rubrique cuisine. J’avais noté vite fait leur idée de faire des gnocchis au potimarron avec quelques amaretti dans la pâte, et me voilà partie.

Autant te prévenir, les gnocchis, c’est un peu long, voire même trés long, mais c’est franchement coule et ça change des gnocchis habituels !

Continue reading “Gnocchis de potimarron” »

DSCF6535

Gnudi, ou les raviolis sans pâte

Rassure toi, comme toi, je n’avais aucune idée de ce qu’étaient les gnudis jusqu’à ce que je tombe sur ça. C’est des genres de raviolis sans pâte à base de ricotta d’origine toscane, au niveau de la texture ça fait un peu gnocchis / quenelles…

Aprés avoir monstrueusement raté et fait cramé un cake marbré avec les gamins que je baby sitte le mercredi, j’étais contente de me jeter sur un bon plat bien fat et, -ultime bonus- réussi.

C’est un peu long à former et à cuire mais c’est super bon, introuvable dans le commerce, moins chiant à faire que les raviolis normaux, et super bon avec une sauce tomate ou -comme moi- avec de la crème et encore un peu de parmesan.

Pour deux personnes : 

  • 250 g de ricotta
  • 50 g de pousses d’épinards fraiches
  • 40 g de parmesan
  • 5 c à s de farine + de quoi enrober les gnudis
  • 1 c à s de chapelure
  • 1 œuf

Hacher les épinards et les faire revenir quelques minutes (vraiment rapidement) dans une poele pour que les feuilles tombent.

Dans un saladier, mélanger ricotta, les épinars, le parmesan, la farine, la chapelure et l’oeuf. Bien mélanger, ajouter sel et poivre.

Laisser une heure au frigo.

A l’aide de petites cuillières, former des genres de petites quenelles. Les rouler dans la farine et les déposer espacés au fur et à mesure sur une planche à découper pour éviter que les gnudis collent entre eux.

Faire bouillir de l’eau dans une casserole. Faire cuire les gnudis dans l’eau, en les retirant à l’écumoire une fois qu’ils remontent à la surface (2-4 minutes). Met pas tout dedans en même temps sinon ils vont tous se coller entre eux. Les déposer sur une assiette / planche, espacés pour pas qu’ils ne collent.
Là techniquement, les gnudis sont cuits, mais comme ça c’est vraiment pas top, donc juste avant de les manger, fait les revenir 5-10 min dans une poêle avec un peu de matière grasse.
Voilà, bon appetit !