Recette de chef

Le lundi de février des soupes : du réconfort à la louche (de soupe) (tu l’as ?)

L’hiver, très froid à Paris (on critique le Nord mais en fait…), se finit doucement. Comme chaque hiver, il a été accompagné de moult moult soupes ; je t’ai déjà parlé de mes difficultés à obtenir des bonnes soupes, d’où ces articles pour donner des associations réussies, afin de t’aider si tu es aussi paumé que moi (je suis comme ça, de rien). Eh bien je suis fière de t’annoncer que je me suis carrément améliorée, et que mes soupes sont de plus en plus réussie ! J’en fais même quand j’ai des invités ou que j’amène à manger chez quelqu’un, c’est dire… Voilà donc les bonnes recettes de février.

Soupe thaï aux lentilles corail et à la patate douce

Mon chouchou absolu de cet hiver. Une soupe super douce, un peu piquante, bien assaisonnée. Un peu la version soupe du dahl… Avec le citron vert pour servir, c’est un délice.

Edit : je l’ai faite à mon père, il a adoré ; il n’en revenait pas, à croire qu’il n’a pas confiance en mes capacités culinaires…

  • 2 c à c de pâte de curry (rouge, verte ou jaune… tout dépend de à quel point tu aimes le piquant)
  • 200 g de lentilles corail
  • 3 carottes
  • 1 patate douce
  • 1 oignon
  • 1 bouillon cube (ou du bouillon maison)
  • 200 ml de lait coco
  • Sel, poivre, curry, curcuma, paprika, gingembre, cumin
  • Coriandre et jus de citron vert pour servir
  • Dans les soupes j’aime bien ajouter les légumes qu’on ne sait pas comment utiliser : le « tronc » du brocolis en morceaux, les feuilles de chou-fleur, les carottes trop molles, les fanes de radis… ça rajoute de la verdure et permet d’utiliser les trucs qu’on en sait pas trop utiliser, et puis souvent, ça épaissit la soupe sans en changer le goût.

Éplucher et émincer l’oignon. Le faire revenir dans un peu d’huile d’olive dans une grande cocotte. Une fois l’oignon transparent, ajouter la patate douce épluchée et coupée en morceaux, les lentilles, les carottes épluchées et coupées en rondelles, la pâte de curry, le bouillon cube, le curry, curcuma, paprika, gingembre, cumin et le lait coco. Et puis les légumes « bonus » si tu en as. Oui, tout d’un coup. Izi les soupes. Si le lait coco ne recouvre pas tout (et c’est probablement le cas), ajouter de l’eau pour couvrir les légumes.

Couvrir la casserole et laisser mijoter 20-30 min, en remuant de temps en temps, et en ajoutant de l’eau si nécessaire.

Mixer. Goûter et rectifier l’assaisonnement si nécessaire. Servir avec de la coriandre hachée et du jus de citron vert.

Soupe d’Ottolenghi au potimarron, orange, safran et graines caramélisées

Je pense que maintenant, pour les recettes d’Ottolenghi, je ne vais rien ajouter d’autre que : Ottolenghi = perfection. C’est toujours des recettes pas trop compliquées, avec un twist qui fait toute la différence et en fait une cuisine hyper parfumée.

  • 1 potimarron
  • 1 gros oignon
  • Zestes d’1 orange bio
  • 2 carottes
  • 1 capsule de pistils de safran (ça se trouve en supermarché sous forme de capsule, c’est un peu cher mais personnellement j’en utilise assez peu donc folie raisonnable je trouve)
  • 1 bouillon cube

Pour les graines :

  • 1 poignée de graines de courge et de tournesol. Personnellement, je n’avais que du tournesol.
  • 1 c à s de sirop d’érable (ou de sirop d’agave si tu es vegan)
  • 1 c à c d’huile d’olive.
  • 1 c à c de sucre roux
  • Sel, poivre

Commencer par la soupe : Enlever les extrémités et les pépins de la courge avant de la couper en morceaux. Éplucher et émincer l’oignon, éplucher et couper les carottes en rondelles. Dans une grande casserole, faire revenir l’oignon avec un peu d’huile olive. Une fois qu’il est devenu transparent, ajouter de l’eau, le bouillon cube, le potimarron, le safran et les carottes. Laisser cuire 25 min, puis ajouter les zestes, et laisser 5 min de plus jusqu’à ce que les légumes soient fondants. Mixer.

Pendant ce temps là, préparer les graines : préchauffer le four à 180°c. Mélanger tous les ingrédients à part les graines dans un bol, et y ajouter les graines. Le tout fait une mixture collante, qu’il va falloir étaler au mieux sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé. Enfourner pour 10 min, puis retirer la feuille de la plaque pour laisser refroidir : les graines caramélisées vont durcir, et on va pouvoir hacher grossièrement.

Servir la soupe avec les graines à disposition.

Soupe de carottes au tahini et aux pois-chiches grillés

J’adore les carottes. Je pense que je t’en parle tout le temps, d’ailleurs je ne les marque jamais sur ma liste de courses vu que de toute façon j’en achète à chaque fois. Sauf qu’à force de remettre des nouvelles carottes dans le bac, il y en a toujours qui restent au fond et qui deviennent vieilles et molles… Mais pas besoin de les jeter ! Comme les troncs de brocolis ou les feuilles de chou-fleur (ici j’ai d’ailleurs ajouté un reste de brocolis), il suffit d’en faire une soupe ! En ajoutant une bonne cuillère de tahini, et des pois-chiches grillés pour le côté croquant (c’est facultatif of course), plein de protéines et une soupe originale alors qu’en vrai c’est les restes du frigo.

Éplucher et émincer 1 oignon, éplucher et couper 5-6 carottes en rondelles. Dans une grande casserole, faire revenir l’oignon avec un peu d’huile olive. Une fois qu’il est devenu transparent, ajouter de l’eau, 1 bouillon cube, un peu de cumin et de jus de citron et les carottes. Laisser cuire 20 min, puis ajouter 1 grosse c à s de tahini. Laisser cuire 5min de plus, mixer et rajoutant de l’eau si nécessaire. Servir avec des pois-chiches grillés aux herbes, qui peuvent se faire pendant que la soupe cuit !

Bon ap’ !

Rösti géant orange de patate douce, carotte et courge avec des petits pois, de la roquette et de la feta comme Jamie Olivier

J’ai réalisé ce plat à l’occasion d’un repas de retrouvailles avec mes ex-colocataires à Lille. Jaune et Marron, ces carnivores, ont carrément apprécié et n’ont même pas fait remarquer qu’encore une fois il n’y avait pas de viande, une vraie victoire pour le peuple (et le végétarisme) (et la planète).

Ce rösti géant est délicieux, croustillant à l’extérieur et fondant à l’intérieur, et les légumes qui accompagnent sont un vrai plus ! Bref, une recette validée par le comité de la flemme mais uniquement si tu as un robot. Franchement, c’est chiant à râper à la main .

La recette de base utilise des pommes de terre mais je préfère largement les patates douces : du coup, les röstis manquent d’amidon pour tenir, donc n’hésites pas à ajouter un œuf si ça ne tient pas. Si tu préfères les pommes de terre (ou que tu as la flemme de sortir faire les courses), tu peux enlever 1 œuf. Tu peux aussi varier les légumes selon ton goût (panais, navets, carottes…) et tu peux en faire des petites galettes pour burgers par exemple.

Continue reading “Rösti géant orange de patate douce, carotte et courge avec des petits pois, de la roquette et de la feta comme Jamie Olivier” »

Biscuits à la noix de coco et au chocolat en forme de caniche (recette de Felder et Lesecq)

J’ai enfin fini mon vide placard avec la noix de coco râpée. La première et la dernière fois que j’en achète ; pas que je n’aime pas, mais je ne pense jamais à l’utiliser. Il m’a donc fallu 6 mois pour me décider à faire des biscuits à la noix de coco, et pas n’importe lesquels, ceux de Felder et Lesecq. Les proportions sont ultra facile à retenir et la quantité de noix de coco est optimale : le goût n’est pas trop fort, juste ce qu’il faut ! Je les ai trempés dans du chocolat fondu et je les ai amenés au boulot : malgré leur forme… anarchique, ils ont eu beaucoup de succès.

Ces biscuits m’ont également servi à fêter autre chose dont je t’ai déjà un peu parlé : mon diplôme de Sciences Po ! Bah oui, après moult années à hanter les couloirs de Pipo (son petit nom dans le milieu), j’ai fini par être balancée dans le monde du travail, avec tous les désagréments que cela engendre. Mais bon, c’était une bien belle cérémonie, avec tous mes amis, dont L. rentrée spécialement de Buenos Aires, plein de champagne et de petits fours, et une fin rocambolesque -comme toujours- lors du gala en Belgique. Ah, la jeunesse.

Continue reading “Biscuits à la noix de coco et au chocolat en forme de caniche (recette de Felder et Lesecq)” »

Fêves au citron et à la coriandre comme Yotam

Avec l’hiver qui arrive, l’alternance, les cours à l’autre bout de Paris, le boulot en freelance et pour les cours qui s’accumulent, je suis de plus en plus réduite à cuisiner des plats rapides, dont on peut lancer la cuisson et s’occuper à autre chose. De toute façon, souvent je cuisine plusieurs plats en même temps, pour remplir les tupperwares, vu que je ne peux plus confier mes repas à la cantine du midi… Du coup, plats rapides/faciles, et malheureusement, de moins en moins de sucré, au grand désespoir de mes nouveaux camarades de classe, qui ont pourtant pu déguster les 100 SPÉCULOOS que j’avais fait pour l’AG du master… Soit deux soirées de travail.

Oui. 100 spéculoos

Bref.

Mais cette obligation de rapidité ne veut pas dire que je me contente des coquillettes au beurre (de toute façon ya plus de beurre en France ma bonne dame), au contraire on peut continuer à découvrir des trucs sympas ! Par exemple là, j’avais des fèves mais je ne voulais pas les faire avec de la viande, comme la fois précédente… Pour des bonnes idées avec des fèves, j’ai évidemment tapé « Ottolenghi » dans ma barre de recherche, et j’ai trouvé cette recette : les fèves cuisent et forment une sorte de sauce super bonne et c’est ultra facile !

Continue reading “Fêves au citron et à la coriandre comme Yotam” »

Courge butternut rôtie aux oignons rouges, sauce au tahini et pignons d’Ottolenghi

J’avoue, c’est moche (A. me regardait le prendre en photo, elle a rigolé). Mais c’est Ottolenghi donc c’est survalidé. En plus il a sorti un livre de recettes sucrées. je meurs.

Bref, de la courge et des oignons presque confits au four (donc zéro effort : tu poses ça dans le four et tu fais ta vie) avec une sauce crémeuse, ça fait des légumes, des protéines, et des saveurs de fou. Et un plat de saison. Que dire de plus.

Continue reading “Courge butternut rôtie aux oignons rouges, sauce au tahini et pignons d’Ottolenghi” »

Dahl aux lentilles corail et à la courge

Il y a un peu plus d’un an, à mon anniversaire, mes ex-colocs (mais à l’époque c’était mes colocs) Jaune et Marron m’avaient offert un livre de recettes de Jamie Oliver. Tentative de leur part de récupérer des bons petits plats ? L’histoire ne le dit pas, mais une chose est sûre, ce livre est vraiment bien, et c’est dedans que j’ai d’abord trouvé cette recette, la version d’automne du fameux dahl dont je te rabats les oreilles… Bon alors évidemment, une fois que j’ai tilté sur le titre, je n’en ai fait qu’à ma tête, mais globalement c’est le même résultat donc on va pas chipoter.
Courge butternut ou potimarron, fais ton choix…

Continue reading “Dahl aux lentilles corail et à la courge” »

Aubergines grillées, sauce blanche et grenade d’Ottolenghi

J’ai bien du te parler dix mille fois de à quel point j’adorais Ottolenghi (qui, rappelons le encore une fois, n’est pas végétarien, même si Plenty et Plenty More sont des bibles végés (et je les veux mais j’ai pas d’argent. Je pose ça là c’est Noël dans pas longtemps)). J’ai donc enfin testé sa recette phare, qu’on voit partout parce qu’elle est colorée (et délicieuse) : des aubergines fondantes avec une sauce crémeuse fraîche, des graines de grenade acidulées et des noix de cajou croquantes (tout un programme je te dis).

C’est ultra facile, avec un temps de préparation ridicule (soit couper les aubergines, en gros) mais trèèèès long à cuire. Si tu es déjà en train de crever la dalle, fais pas ça, conseil d’ami.

Continue reading “Aubergines grillées, sauce blanche et grenade d’Ottolenghi” »

Tartelettes à la tomate et aux amandes d’Ottolenghi

DSCF3641DSCF3634

Tu connais ma passion pour Ottolenghi : on peut lui faire aveuglément confiance niveau cuisine, surtout végé. J’ai dévoré Plenty, et je note toutes ses recettes que je vois passer sur Internet. Et justement, cela faisait longtemps que je n’avais pas fait de tarte, alors je me suis laissée tenter par cette tarte aux tomates assez originale et délicieuse. Je n’ai pas encore déménagé pour moule à tarte, donc j’ai fait ça dans des tartelettes : la recette change vraiment des tartes habituelles, et même si je suis plus branchée pâte brisée que feuilletée, je me suis pliée aux instructions et j’ai adoré !

De plus, kékédu59, un de mes plus grands fans (en vrai, qu’il se dénonce) m’a signalé que ce blog arrivait désormais en tête des suggestions sur google quand on tape j’aime trop manger, et ce avant les forums Doctissimo chelous ! Une belle victoire.

Continue reading “Tartelettes à la tomate et aux amandes d’Ottolenghi” »

La tarte aux champignons d’Ottolenghi

DSCF3192DSCF3196

C’est telle une mamie de 80 ans clouée au lit par une sciatique que j’écris cet article, et c’est la raison pour laquelle je n’ai pas beaucoup publié en ce moment : cuisiner reste encore faisable, mais faire des courses est un calvaire. Combiné à mes opérations et entorses de l’a   nnée dernière, tu l’auras compris : le trou de la sécurité sociale, c’est moi.

Parlons cuisine : je suis encore tombée amoureuse d’une recette d’Yotam Ottolenghi, ce génie. Une tarte végé, avec une pâte sablée aux noix, une crème de champignons de ouf et des champignons à la poêle au dessus. Ouffissime. Mais bon, autant te dire qu’il faut pas mal d’ingrédients chers, difficilement trouvables, et que la tarte est longue à faire… Mais elle vaut vraiment le coup, donc à réserver pour des jours de motivation, ou avec des invités !

Continue reading “La tarte aux champignons d’Ottolenghi” »

Des salades pour passer un peu la pilule des fêtes, avec des fèves, des radis, du panais, de la betterave…

Autant être honnête, les fêtes c’est de l’abus. Genre heureusement qu’il existe les pulls larges de Noël pour cacher tout ça.

0a84966d145860657966552479_700w_0

Du coup, j’en profite pour glisser un nouvel article consacré aux salades, ces choses qui ne sont pas fades pensées uniquement pour maigrir, mais plutôt des repas complets avec plein de bonnes choses qui font que tu peux en manger une bonne quantité, être rassasié et pas prendre autant de kilos qu’une raclette.

Même si la raclette c’est la vie.

Salade croquante et fraîche

dscf1057

Eplucher et couper en morceaux 1 concombre, 1 botte de radis (garde les fanes !), ajouter 1-2 c à s de  ricotta ou de fromage blanc, quelques brins de ciboulette hachés, 1/4 d’oignon rouge haché, quelques noisettes hachées, 2 c à c de moutarde, du sel et du poivre.

Salade d’hiver au radis noir et aux betteraves râpés

dscf1391

Il te faut 2 grosses betteraves cuites, 1 gros radis noir. Les deux doivent être épluchés et râpés (il vaut mieux avoir un robot). Mélanger à un mélange de salade, 1/2 oignon rouge émincé finement, du sel, du poivre, quelques amandes effilées et un peu de vinaigre (de framboise par exemple).

Salade de panais râpé au parmesan et aux noisettes

dscf1566

Laver et raper un panais par personne, le mélanger à quelques noisettes concassées, 1 c à s de parmesan râpé, 1-2 c à c de moutarde, 1 c à c de vinaigre de cidre, 1 c à c d’huile de sésame, sel et poivre. Autant dire que si tu as un robot c’est fait en 2-2.

Salade aux fèves et aux radis d’Ottolenghi

dscf1539

Ottolenghi, c’est un miracle, ça marche toujours du tonnerre et ça fait voyager à fond.

Peler et faire cuire 300 g de fèves (ça s’achète déjà fait en surgelé), laver et couper en rondelles une petite botte de radis. Ajouter 1/2 oignon rouge émincé, coriandre et persil haché, du cumin, 1 citron confit salé coupé en petits morceaux et le jus d’un citron, mélanger. Faire un téhina (tu sais la sauce sur les falafels…) en mixant 2 c à s de tahini (pâte de sésame), 1 petite gousse d’ail épluchée et hachée, le jus d’1 citron, un peu d’eau et de persil haché.

Le tahini, les fèves congelées et les citrons confits salés se trouvent en grande surface ! Et si tu ne sais pas quoi faire des fanes, ne les jette pas, et va par là !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer