Asie

Quinoa à la japonaise

Alors ok, là, on est pas dans un plat aussi vendeur que le Mac’n’cheese dont mes collègues me rabattent les oreilles depuis qu’elles ont découvert mon blog. Et pourtant, c’est une recette qui change vraiment la vie ; c’est un peu la recette de base, que tu peux faire avec des ingrédients du placard (ok, tout le monde n’a pas d’huile de sésame dans son placard mais déjà tout le monde devrait parce que ça change la vie, et surtout je veux dire pas des ingrédients frais, donc si tu achètes le matos, tu auras toujours ce qu’il te faut sous la main pour improviser ce petit plat) et qui te pimpe un ingrédient qu’on cuisine en général de façon très basique : le quinoa. Alors oui, le quinoa est quand même un ingrédient de hipster assez cher, mais c’est ultra bon, et puis vachement bon pour la santé, avec beaucoup de protéines, d’où une grosse consommation des végétariens (et de moi).

Bref, c’est la recette de la petite sauce ultra facile et ultra rapide (si tu sais couper un oignon c’est bon en gros) qui sublime une céréale de base, trouvée chez Clothilde.

 

Continue reading “Quinoa à la japonaise” »

Curry de crevettes et litchis

Lors de la crémaillère de mon ex-coloc Jaune, j’avais ramené des lava cookies, et la première question qu’on m’a posé était : « C’est des cookies normaux ? T’as rien rajouté ? Il y a QUE des ingrédients normaux, tu es sûre ? » Apparemment, je me traîne donc une réputation qui justifie la rubrique « bizarre mais délicieux » sur ce blog, dans laquelle cette recette a parfaitement sa place.

Les fruits dans le curry font partie des classiques chez moi, et pour changer de la mangue, dont je t’ai déjà parlé plusieurs fois, voilà le litchi ! Avec des crevettes, du poisson ou du tofu si tu es végétarien ou vegan. Tu peux d’ailleurs utiliser des litchis frais ou en boîte, il y a des pour et des contre dans les deux cas : on ne trouve pas de boites partout, les frais sont meilleurs, mais tu t’esquintes les ongles en les épluchant. Fais ton choix. À servir avec du riz basmati, évidemment…

Continue reading “Curry de crevettes et litchis” »

Curry de mangue, brocolis et courgette

Depuis que je sais que je pars à New York en août, je suis noyée sous la paperasse, les examens d’anglais et les trucs à faire. Du coup, pendant deux semaines, je me suis nourrie de trucs tristes, des wraps, des trucs froids, des salades de pâtes… (bon en vrai y’avait quand même des trucs bons. On est pas des bêtes non plus). Maintenant que le plus dur est fini, j’avais envie d’un vrai plat chaud et agréable, donc j’ai fait ce curry. Chaud, réconfortant, c’était tout ce qu’il me fallait.

Comme avec je te l’avais déjà expliqué avec ce curry de tofu et de mangue, les fruits exotiques vont très bien en curry, et avec du riz ou un naan, c’est parfait. Tu peux ajouter du poulet ou du tofu, mais perso je l’adore comme ça.

Continue reading “Curry de mangue, brocolis et courgette” »

Le lundi de février des soupes : du réconfort à la louche (de soupe) (tu l’as ?)

L’hiver, très froid à Paris (on critique le Nord mais en fait…), se finit doucement. Comme chaque hiver, il a été accompagné de moult moult soupes ; je t’ai déjà parlé de mes difficultés à obtenir des bonnes soupes, d’où ces articles pour donner des associations réussies, afin de t’aider si tu es aussi paumé que moi (je suis comme ça, de rien). Eh bien je suis fière de t’annoncer que je me suis carrément améliorée, et que mes soupes sont de plus en plus réussie ! J’en fais même quand j’ai des invités ou que j’amène à manger chez quelqu’un, c’est dire… Voilà donc les bonnes recettes de février.

Soupe thaï aux lentilles corail et à la patate douce

Mon chouchou absolu de cet hiver. Une soupe super douce, un peu piquante, bien assaisonnée. Un peu la version soupe du dahl… Avec le citron vert pour servir, c’est un délice.

Edit : je l’ai faite à mon père, il a adoré ; il n’en revenait pas, à croire qu’il n’a pas confiance en mes capacités culinaires…

  • 2 c à c de pâte de curry (rouge, verte ou jaune… tout dépend de à quel point tu aimes le piquant)
  • 200 g de lentilles corail
  • 3 carottes
  • 1 patate douce
  • 1 oignon
  • 1 bouillon cube (ou du bouillon maison)
  • 200 ml de lait coco
  • Sel, poivre, curry, curcuma, paprika, gingembre, cumin
  • Coriandre et jus de citron vert pour servir
  • Dans les soupes j’aime bien ajouter les légumes qu’on ne sait pas comment utiliser : le « tronc » du brocolis en morceaux, les feuilles de chou-fleur, les carottes trop molles, les fanes de radis… ça rajoute de la verdure et permet d’utiliser les trucs qu’on en sait pas trop utiliser, et puis souvent, ça épaissit la soupe sans en changer le goût.

Éplucher et émincer l’oignon. Le faire revenir dans un peu d’huile d’olive dans une grande cocotte. Une fois l’oignon transparent, ajouter la patate douce épluchée et coupée en morceaux, les lentilles, les carottes épluchées et coupées en rondelles, la pâte de curry, le bouillon cube, le curry, curcuma, paprika, gingembre, cumin et le lait coco. Et puis les légumes « bonus » si tu en as. Oui, tout d’un coup. Izi les soupes. Si le lait coco ne recouvre pas tout (et c’est probablement le cas), ajouter de l’eau pour couvrir les légumes.

Couvrir la casserole et laisser mijoter 20-30 min, en remuant de temps en temps, et en ajoutant de l’eau si nécessaire.

Mixer. Goûter et rectifier l’assaisonnement si nécessaire. Servir avec de la coriandre hachée et du jus de citron vert.

Soupe d’Ottolenghi au potimarron, orange, safran et graines caramélisées

Je pense que maintenant, pour les recettes d’Ottolenghi, je ne vais rien ajouter d’autre que : Ottolenghi = perfection. C’est toujours des recettes pas trop compliquées, avec un twist qui fait toute la différence et en fait une cuisine hyper parfumée.

  • 1 potimarron
  • 1 gros oignon
  • Zestes d’1 orange bio
  • 2 carottes
  • 1 capsule de pistils de safran (ça se trouve en supermarché sous forme de capsule, c’est un peu cher mais personnellement j’en utilise assez peu donc folie raisonnable je trouve)
  • 1 bouillon cube

Pour les graines :

  • 1 poignée de graines de courge et de tournesol. Personnellement, je n’avais que du tournesol.
  • 1 c à s de sirop d’érable (ou de sirop d’agave si tu es vegan)
  • 1 c à c d’huile d’olive.
  • 1 c à c de sucre roux
  • Sel, poivre

Commencer par la soupe : Enlever les extrémités et les pépins de la courge avant de la couper en morceaux. Éplucher et émincer l’oignon, éplucher et couper les carottes en rondelles. Dans une grande casserole, faire revenir l’oignon avec un peu d’huile olive. Une fois qu’il est devenu transparent, ajouter de l’eau, le bouillon cube, le potimarron, le safran et les carottes. Laisser cuire 25 min, puis ajouter les zestes, et laisser 5 min de plus jusqu’à ce que les légumes soient fondants. Mixer.

Pendant ce temps là, préparer les graines : préchauffer le four à 180°c. Mélanger tous les ingrédients à part les graines dans un bol, et y ajouter les graines. Le tout fait une mixture collante, qu’il va falloir étaler au mieux sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé. Enfourner pour 10 min, puis retirer la feuille de la plaque pour laisser refroidir : les graines caramélisées vont durcir, et on va pouvoir hacher grossièrement.

Servir la soupe avec les graines à disposition.

Soupe de carottes au tahini et aux pois-chiches grillés

J’adore les carottes. Je pense que je t’en parle tout le temps, d’ailleurs je ne les marque jamais sur ma liste de courses vu que de toute façon j’en achète à chaque fois. Sauf qu’à force de remettre des nouvelles carottes dans le bac, il y en a toujours qui restent au fond et qui deviennent vieilles et molles… Mais pas besoin de les jeter ! Comme les troncs de brocolis ou les feuilles de chou-fleur (ici j’ai d’ailleurs ajouté un reste de brocolis), il suffit d’en faire une soupe ! En ajoutant une bonne cuillère de tahini, et des pois-chiches grillés pour le côté croquant (c’est facultatif of course), plein de protéines et une soupe originale alors qu’en vrai c’est les restes du frigo.

Éplucher et émincer 1 oignon, éplucher et couper 5-6 carottes en rondelles. Dans une grande casserole, faire revenir l’oignon avec un peu d’huile olive. Une fois qu’il est devenu transparent, ajouter de l’eau, 1 bouillon cube, un peu de cumin et de jus de citron et les carottes. Laisser cuire 20 min, puis ajouter 1 grosse c à s de tahini. Laisser cuire 5min de plus, mixer et rajoutant de l’eau si nécessaire. Servir avec des pois-chiches grillés aux herbes, qui peuvent se faire pendant que la soupe cuit !

Bon ap’ !

Bol type Banh-mi aux boulettes parfumées à la citronnelle

En ce moment, je passe presque chaque semaine chez Tang frères. Du coup, j’achète plein d’ingrédients, je fouille internet à la recherche de recettes et je me régale. D’où ce bol composé de plein d’ingrédients, trouvé sur ce site en anglais, que j’ai simplifié et bidouillé à ma sauce (C’est le cas de le dire parce qu’il y a de la sauce. Bref.), et dont les goûts rappellent le fameux Banh-mi.

Ici, la clé, c’est les boulettes. Une tuerie. On m’en a piqué plusieurs fois dans mon tupperware (bande de morfales). C’est la clé de cette recette, et après c’est avant tout du montage d’ingrédients, rien de très compliqué mais tout de même un peu long. Bien sûr, tu peux adapter la recette à tes goûts : remplacer le quinoa par le riz, faire plus de boulettes parce qu’elles sont trop bonnes, ré-utiliser les pickles rapides de carottes qui valent vraiment le coup. Chacun des composants de ce bol est délicieux, tu peux piocher au plaisir et remixer les ingrédients à ta sauce. Tu peux même rajouter un avocat en lamelles…

Sinon, j’ai retravaillé l’index et les catégories du blog, en faisant des divisions par continent et pays dans l’index salé et en essayant de construire une catégorie « sans gluten » (encore en cours). Plusieurs amis à moi sont récemment devenus intolérants, et alors que je leur affirmais qu’il y avait plein de recettes sans gluten sur le blog, je me suis rendue compte que c’était vraiment difficile de les trouver ! Voilà donc la catégorie, que vient d’ailleurs enrichir cette super recette 😉 Je sortirais peut-être un article pour t’expliquer aussi comment remplacer tes farines ou tes ingrédients de base si tu es intolérant/a un pote intolérant qui vient dîner, n’hésite pas à me dire si ça t’intéresse (je suis à l’écoute de mon public vois-tu) !

Continue reading “Bol type Banh-mi aux boulettes parfumées à la citronnelle” »

Shakshouka thaïe aux amandes et à la feta

Si tu me suis depuis un moment, tu remarqueras peut-être que cet article est une republication d’un ancien article : ayant grandement amélioré la photo et surtout la recette, et ayant reçu plusieurs messages sur instagram à la suite d’une story sur ce plat, je me suis décidée à le remettre en avant.

La Shakshouka est un plat d’origine tunisienne ou algérienne, qui rappelle un peu le gratin d’oeufs, dans laquelle les œufs cuisent dans une sorte de ratatouille épicée.“Shakshouka” veut dire “tout mélangé” (comme quoi, ma LV5 sert). J’ai fait ma version avec des épices et des condiments thaï, de la feta et des amandes pour une petite touche perso, et c’était le twist parfait à mon goût !  C’est un plat très bien pour un brunch, avec un pain pita par exemple…

Continue reading “Shakshouka thaïe aux amandes et à la feta” »

Chutney de pomme au vinaigre balsamique, gingembre et aux raisins secs

Après ma fameuse tarte aux pommes, il me restait plein de bouts de pommes cassés. J’aime pas jeter (radinerie et anti-gaspillage sont mes motos), alors j’ai cogité un peu pour trouver ce que j’allais pouvoir faire avec des pommes et les ingrédients du placard. Réponse automatique : un chutney.

Lorsque j’ai apporté mon pot de chutney avec ma tarte à la soirée de Nouvel an, j’ai eu la moitié des regards enthousiastes, et l’autre moitié carrément interrogateurs. Kézako ? Je t’explique : le chutney est un condiment sucré-salé indien et pakistanais, qui s’utilise donc pour assaisonner les plats. Il ne se fait traditionnellement pas à la pomme mais plutôt à la mangue ou aux fruits exotiques ; la pomme fait partie des adaptations anglaises (eh oui Inde et Pakistan anciennes colonies anglaises, vois-tu (mais j’espère que tu le savais déjà)).

Nous en avons dévoré un pot avec du foie gras, j’ai offert un pot à mon père pour le manger avec du riz, et moi même je l’ai mangé avec des légumes rôtis, du riz et des boulettes de potimarron. Un délice qui se garde quelques semaines au frigo…

Continue reading “Chutney de pomme au vinaigre balsamique, gingembre et aux raisins secs” »

Lasagnes « à la japonaise » au saumon teriyaki, shiitakés, aubergines, nori…

Tant de temps s’est écoulé depuis mon dernier post ! J’ai été submergée par mes travaux à rendre, ma remise de diplôme, les préparatifs de Noël, et je n’ai pas eu le temps d’écrire d’article (enfin je prépare un peu le best of en vrai…)… Mais j’ai cuisiné, et des trucs super bons ! Cet article sera donc le dernier avant Noël, j’en profite pour te souhaiter JOYEUX NOËL. J’aurais pu faire une recette de Noël mais je ne suis pas organisée à ce point là…

Dans mon dernier challenge vide-placard -enfin fini !- il y avait… un énorme paquet de lasagnes à peine entamé. Pour le finir, j’ai donc commencé par refaire des photos des lasagnes butternut ricotta mozarella, puis j’ai fait divers tests, et finalement, cette recette de lasagnes japonisantes. Comme ça, dans la foulée j’ai pu finir le nori et la sauce teriyaki -qui approchait beaucoup trop de la date de péremption voire qui l’avait dépassée mais j’aime pas jeter.

Du coup, je me suis attaquée à la cuisine fusion. Ou, comme j’aime l’appeler, la cuisine n’importe tout et quoi.

Ce sont donc des lasagnes un peu longues, que j’ai trouvé par ici, avec plusieurs préparations à faire, mais l’ensemble est vraiment cool, ça donne un plat réconfortant avec le petit goût japonais…

Continue reading “Lasagnes « à la japonaise » au saumon teriyaki, shiitakés, aubergines, nori…” »

Baingan Bharta : purée d’aubergines grillées indienne

La publication d’articles réguliers devient de plus en plus difficile ; je suis sous l’eau entre le freelance, l’université et le boulot, beaucoup de rendus et peu de temps. Du coup, en ce mois de novembre, je reste bosser à Paris et pleure loin de ma chère Lille. Ceci dit, malgré mon combat permanent contre les clichés sur le nord, il est vrai qu’il fait moins froid à Paris qu’à Lille à la même période… Mais déjà, c’est dû en partie à la pollution, ensuite je suis de mauvaise foi donc j’affirme haut et fort que je préfère quand il fait plus froid. On ressent mieux l’ambiance de Noël.

Tu admireras d’ailleurs mon magnifique pull « froid polaire, édition 2017 » sur la photo.

Transition super fluide vers le sujet principal de la photo : les trucs qui se mangent. Alors oui, la cuisine indienne, ce ne sont pas que des naans, des currys et des dahls, mais aussi plein d’autres trucs qu’on connaît pas forcément, par exemple ce plat à base d’aubergines grillées, qui ressemble un peu au caviar d’aubergines. Un plat parfumé, qui se mange chaud ou froid sur des tartines à l’apéro. Et ultra facile : couper en deux, cuire et mixer.

Continue reading “Baingan Bharta : purée d’aubergines grillées indienne” »

Udons sauce cacahuète

Quand T., mon testeur préféré de l’hiver dernier, avec qui j’étais partir à New York, est revenu à Paris après six mois d’exil en Suisse, je me devais de lui faire à manger, comme au bon vieux temps. Et pas n’importe quoi, il avait adoré la fondue de haricots et de champignons aux beignets d’oignons, mon crumble de potimarron, les figues au bacon et au brie, bref le gras. Donc j’ai repéré une autre recette cocooning chez Piment oiseau, avec un côté nostalgique du Japon en plus : des udons (des pâtes japonaises bien épaisses) et une sauce style satay.

Une tuerie. Vraiment. Du gras, du gras, du gras. On a dévoré ça avec des feuilles de chou-fleur sautées (mais si, je te rappelle que tu peux manger les feuilles de chou-fleur, comme ici), et mes fameux fondants au chocolat (qu’il a adoré. Il en a mangé deux. Je cafte).

Continue reading “Udons sauce cacahuète” »