riz

Chirashi à la mangue et à l’avocat

Après mon chirashi au saumon et à l’avocat, assez classique, j’ai décidé de twister les choses sur les conseils de mon ancienne collégue au nom de fleur. J’ai voulu réitérer l’exploit des roses et j’ai foiré celle d’avocat mais c’est pas grave ! Le twist d’utiliser la mangue au lieu d’un poisson permet de véganiser le plat sans effort, et la mangue dans les plats salés fait toujours son ptit effet.

Je t’ai souvent raconté comment mes tupperwares à midi attiraient les regards et les questions ; ici, à NY, c’est bien pire. Je suis souvent la seule à avoir mon tupperware au boulot ou à l’université, et mes colocs me regardent préparer mes repas pour la semaine, impressionnés mais en même temps très étonnés que je n’aille pas tout simplement prendre un truc à emporter. En effet, j’ai l’impression que tous les midis, les new-yorkais vont acheter leur salade, leur bagel ou autre, et je ne peux pas m’empêcher de me dire que ça doit représenter un budget énorme, surtout associé au latte du matin (bu dans le métro ou sur la route vers le travail) et au take-out du soir (je ne compte même plus le nombre de tupperwares de take-out stockés dans les placards de la maison (j’en profite pour préciser que si tes colocs ont tendance à commander du riz simple quand ils commandent du take-out japonais qu’ils ne finissent jamais, c’est l’occasion parfaite pour faire ce plat (ou un Tamago-Kake gohan))). En même temps, il y a une si grande variété de plats que ça donne envie de tout goûter… Bref, j’ai envie de finir par « à méditer », mais après on va croire que c’est un blog sérieux et que la question du chirashi dans les tupperwares est une question de société…

Continue reading “Chirashi à la mangue et à l’avocat” »

Bibimbap végétarien tout vert

Mais si, tu sais, le Bibimbap, ce truc coréen super joli avec plein d’ingrédients différents rassemblés dans un bol sur un lit de riz et avec un oeuf au milieu ! Comment ça ça ressemble au Buddha Bowl et autre Poke Bowl ? Peut-être, mais pour le coup, c’est un plat traditionnel coréen ; cette version est végétarienne, mais l’originale contient en général du boeuf. En Corée, je n’avais malheureusement pas eu l’occasion d’y goûter, et cela reste un de mes grands regrets, mais je me rattrape à New York, car inutile de te dire que Koreatown et Chinatown font partie de mes endroits préférés ici !

Est-ce que c’est bon ? Évidemment sinon je ne le publierai pas. Est-ce que c’est long ? Oui, un peu, parce qu’il faut faire cuire tous les ingrédients séparément (et en plus après tu mélanges tout donc ça n’a servi à rien). Est-ce que ça en jette ? Grave. Est-ce que je dois publier cette recette depuis des années mais je ne l’ai pas fait parce que c’est vachement long à écrire ? Grave.

Continue reading “Bibimbap végétarien tout vert” »

Recette japonaise ultra basique s’il en est : Tamago-Kake Gohan ou oeuf sur un bol de riz

Dans la série « redécouvrir la gastronomie jap’ avec autre chose que des sushis », voilà le plat parfait ! Le Tamago-Kage Gohan, c’est le plat des malades, comme dans Je ne suis pas un ange où le héros réclame « un bol de riz avec un oeuf dessus ». Grâce à l’oeuf à peine cuit, le riz devient hyper crémeux, un peu comme dans des pâtes carbos ! Côté facilité, il faut juste faire cuire le riz, donc franchement, pas compliqué.

J’ai servi le mien avec des pickles de carottes, mais tu peux prendre du radis mariné, du kimchi, des bâtonnets de concombre, ou même rien, pour les soirs de flemme.

Continue reading “Recette japonaise ultra basique s’il en est : Tamago-Kake Gohan ou oeuf sur un bol de riz” »

Kedgeree au haddock

Il y a peu, j’ai découvert le kedgeree, un plat indien super simple et complet : du riz, du poisson, des oeufs, et évidemment, l’assaisonnement qui change tout ! Le parfait plat réconfortant mais sain du soir. Si tu as un reste de riz cuit, c’est plié en 10 min…

Depuis que je suis à New York, je me rends compte que les restaurants sont assez peu variés en France… Pas qu’ils ne soient pas bons, mais au niveau de la cuisine étrangère, il n’y a pas grand chose ! Ici, il y a de tout ; on trouve d’ailleurs beaucoup de restos qui servent un type de plat de telle région de tel pays, avec des variations que l’on imaginait même pas ! Avec P., qui s’est envolée dans l’aventure avec moi, on a fait notre liste, on suit les conseils de nos colocs, et on va tester le maximum de choses… Pour info, on a commencé avec le traditionnel café et des pancakes, à Brooklyn. Et puis si tu veux suivre nos aventures, je t’invite à suivre mes stories Instagram (#autoplacementdeproduit).

Continue reading “Kedgeree au haddock” »

Rougail saucisse

Tu m’entends souvent me plaindre de Paris, de ses transports qui durent des heures, des prix inadmissibles, du bruit des klaxons et des soirées beaucoup plus sages que les lilloises. Que veux-tu, j’adore me plaindre et je suis une lilloise convaincue ; cependant, des fois, une balade dans un parc, une jolie petite rue, un dimanche à bruncher près d’un parc et je ne peux pas m’empêcher d’apprécier cette ville. Les soirées, c’est souvent plus compliqué, peut-être parce que j’ai l’habitude de la spontanéité et des bas prix lillois, mais il n’y a pas longtemps, j’ai enfin fait ma première soirée parisienne incluant un retour à l’aube, avec le soleil qui se lève et les oiseaux qui chantent : mes soirées préférées.

Pourquoi je te raconte tout ça me diras-tu ? (Parce que c’est mon blog et qu’en plus de me plaindre j’adore raconter ma vie) Parce qu’à cette fameuse soirée, il y avait un fond de casserole de rougail saucisse… qui était une tuerie.

Ce plat d’origine réunionnaise est en fait hyper basique : des saucisses, des tomates et des oignons, bien épicés et compotés, qui se mangent avec du riz. Mais si le dosage des épices et la cuisson sont bons, cela fait la plus parfaite des confort food. Alors pour un week-end de boulot, je ne me suis pas privée, et j’ai fait une énorme portion qui m’a duré deux jours, et m’a permis de survivre parmi ce raz-de-marée de travail (dont je te reparlerai, n’ai crainte).

Continue reading “Rougail saucisse” »

Des aubergines et du miso : deux variantes

L’autre jour, j’ai été sur le plateau de Taratata. Autant te dire que je ne connaissais même pas l’émission ; ayant passé la plus grosse partie de ma vie sans télévision, je n’ai aucune culture télévisuelle, donc j’étais moyennement convaincue par l’idée. Mais A., ma chère collègue au nom de fleur (sauras-tu deviner quelle fleur ?), voulait absolument y aller, donc je n’ai pas eu le droit de faire demi tour une fois mise devant le fait accompli.

Parce que oui, ils ont commencé à enregistrer en retard, on est sorties super tard, j’en pouvais plus, je regrettais un peu ma décision… Mais en vrai on est juste entre le présentateur et l’invité les ¾ du temps donc c’est déjà ça (je pense à mes fans qui sautent de joie).

Où est le lien avec la nourriture, me diras-tu ? Alors déjà c’est mon blog je dis ce que je veux, ensuite, pendant cette interminable émission (heureusement) on avait prévu un tupperware à manger froid debout. J’avais des aubergines au miso et au tofu fumé avec un peu de riz : froid, c’était moyen, et je ne pensais pas le publier, mais A. l’a goûté et a adoré ! Comme elle m’a réclamé la recette, j’en profite pour publier mes deux dernières recettes à base d’aubergines et de miso. Ce sont deux variantes qui paraissent assez semblables, mais l’aubergine au four est plus caramélisée et les deux ont leur interêt. Deux plats vegans ultra faciles et rapides pour les repas du soir, avec les mêmes ingrédients de base : perso, j’ai toujours un pot de miso dans le frigo et je ne saurais que te conseiller de faire de même, ça pimpe un repas un peu basique en moins de deux et ça se garde très longtemps.

Continue reading “Des aubergines et du miso : deux variantes” »

Risotto aux épinards et chèvre

Rien de mieux pour le cocooning d’hiver qu’un bon petit risotto bien gras et bien collant. En ce moment, je me gave de ce genre de plats réconfortants, histoire de me donner le courage de me remettre au boulot, scolaire, en rentrant du vrai boulot… Le temps de cuisiner devient ma « pause » qui me vide l’esprit, donc finalement, le fait que le risotto prenne trois heures à faire n’est pas si chiant que ça. Cette fois-ci, je te propose une variante assez classique, mais délicieuse avec un peu de citron et du chèvre frais… Tu peux aussi ajouter du basilic, ou des petits pois au printemps.

Continue reading “Risotto aux épinards et chèvre” »

Yaki onigiri au miso

DSCF4493

Je t’ai déjà parlé de ma passion pour les onigiris, ces délices japonais qui se croquent à toute heure de la journée, achetés à moins d’1 € dans un konbini. Eh bien il y a peu, j’ai découvert une variante, les Yaki Onigiris, des onigiris grillés, ici avec un beurre de miso, un peu de sésame et de la coriandre de mon balcon (nommé sobrement PNL). L’onigiri devient alors croustillant, un délice…

Après une fournée dévorée seule, j’ai servi ce qui restait à un dîner, après un samedi après midi passé à travailler notre rapport de stage final entre amis, agrémenté de quelques kir pour décompresser. C’était un dîner de restes avec des yaki onigiris japonais, des alokos burkinabés et de la moussaka grecque (recette à venir…). Voilà le délire.

Continue reading “Yaki onigiri au miso” »

Méli-mélo de riz, légumes et tempeh sauce teriyaki

DSCF4467

Comme tu l’as peut-être vu sur Instagram, après le tofu et le seitan (pas convaincue), j’ai fait le test du tempeh, une autre de ces tablettes de protéines végétales qui ne donne pas très envie visuellement. Je me boboïse (encore plus qu’avant). Verdict : pas mal du tout ! Alors ça reste toujours un peu cher, mais une très bonne source de protéines (je me remets au sport intensif, il en faut), plus ferme que le tofu et avec plein de goûts plutôt cool.

Et avec ce tempeh, j’ai fait un grand méli-mélo très sympa, une « casserole » comme ils disent en américain, terme pas vraiment traduisible. Un plat parfait pour les restes, qui s’adapte à toutes sortes de féculents, protéines et légumes surgelés ou restants, et qui contient tout ce que ton corps a besoin (paraît-il) ! J’ai pris des brocolis et des haricots verts mais par exemple j’imagine bien avec des courges… Ou avec des légumes surgelés, genre typiquement les restes du congélo filés par mon paternel avant de débrancher son frigo pour les vacances. Et avec ça, ultra simple, il faut juste tout mélanger, arroser de sauce au mettre au four.

Dit comme ça c’est un peu l’arnaque en fait d’en faire une recette…

Continue reading “Méli-mélo de riz, légumes et tempeh sauce teriyaki” »

Riz sauté au kimchi

DSCF3947

Lorsque j’ai invité ma chère collègue au nom de fleur à venir manger (celle là même pour qui j’avais fait le fondant chocolat caramel beurre salé), j’ai voulu vérifier d’abord qu’elle aimait bien le kimchi, histoire de ne pas avoir de mauvaise surprise. En effet, tout le monde n’aime pas ce chou pimenté fermenté coréen, même si personnellement je ne jure que par ça. Elle m’a répondu qu’elle adorait. Formidable, je savais ce que j’allais lui faire à manger : je venais de finir mon kimchi maison, qui malheureusement n’est pas encore au point (raison pour laquelle je ne t’en ai pas parlé) mais tout de même délicieux. J’allais faire un riz sauté au kimchi, avec un œuf pour les protéines. Un plat complet super facile et rapide (on devait aller au théâtre juste après mais on a raté la séance, m’enfin c’est une autre mésaventure), en plus d’être très bon pour la santé (merci le kimchi) !

Il s’est avéré qu’elle n’avait en fait jamais goûté de kimchi. Heureusement, elle a aimé quand même.

Continue reading “Riz sauté au kimchi” »