chaussons

Gözleme figues, miel, noix et chèvre

DSCF4099

Ça y est, la débandade a commencé : la saison de « tout le monde part en vacances sauf moi », aussi appelée « Paris se vide » est là. Et elle est aussi d’actualité au travail. Les bureaux sont désertés, et la stagiaire que je suis n’ayant pas de vacances, je vois doucement le boulot et le stress s’accumuler…

Bref, aujourd’hui, j’asfixiais sous le travail, et je rêvais à ce que j’allais manger (mon occupation principale, j’avoue). Et puis en plus, j’ai été au resto avec mes parents dimanche sur Paris. À ce moment là, je rêvais d’un truc bien gras, bien cher, avec de la viande et plein de choses, et puis ça a été une certaine déception. Un resto pas très sympa, et mes parents n’avaient pas faim, même pas de dessert… Bref, je voulais du gras pour me rattraper, du chaud, du sucré-salé, un bon plat doudou qui me permettrait de me vider l’esprit derrière les fourneaux. Et j’ai trouvé. Les gözlemes, ces pains turcs fourrés cuits à la poêle. Après mes premiers essais (un délice) j’ai récidivé en tentant d’obtenir un résultat plus souple : pari réussi avec cette recette ! (j’en ai profité pour reprendre la première). Et après la farce classique épinards feta menthe, quelque chose de plus original, figues (ENFIN), chèvre, miel et noix…

m

Continue reading “Gözleme figues, miel, noix et chèvre” »

Pirogis au potimarron

DSCF3183  DSCF3176

Quand j’étais à New York, je suis allé traîner dans l’East Village, histoire de manger de la bonne cuisine d’Europe de l’Est. Mon guide indiquait notamment un restaurant ukrainien apparemment inoubliable, mais en arrivant, cela avait l’air d’un resto arty trop cher et surtout sans pirogis, ces gros raviolis d’Europe de l’Est à base de pommes de terre absolument délicieux. Du coup, on s’est rabattu sur le restaurant d’à côté, un truc un peu glauque avec une enseigne en néon, qui emmenait en sous-sol. On y a découvert un restaurant incroyable, avec des tapisseries à fleurs et des tableaux de chasse, et des pirogis bons à mourir pas chers du tout. (pour l’info, je ne me souviens plus du nom dudit restaurant mais il est très facile à trouver, il est à côté du restaurant ultra connu Veselka)

Cela m’a remis en mémoire les pirogis que j’avais réalisé avec une amie polonaise rencontrée en Espagne, que j’étais allée la voir à Cracovie. Nous avions fait du vin chaud, et buvions en façonnant et cuisant ce qui m’avait paru être des centaines de raviolis. C’était long, mais c’était bon, et quand j’étais partie, elle m’avait écrit la recette de sa grand-mère sur un bout de papier que j’avais collé dans mon petit cahier de recettes jaune (c’est important, le jaune). Du coup, en rentrant de New York, j’ai retrouvé la recette, dont j’ai adapté la farce au contenu de mon frigo.

Les pirogis sont traditionnellement à base de pommes de terre et d’oignons, mélangés à un fromage de type fromage blanc, mais dans les restaurants, on trouve des variations comme fromage, porc, épinards (les meilleurs pour moi) et champignons : il suffit de remplacer les 3/4 de la purée de pomme de terre par un ingrédient de ton choix. Perso j’ai mis du potimarron (j’avais essayé au potiron mais c’était un peu fade), mais je pense qu’à la patate douce ça peut être délicieux aussi… Bref, n’hésite pas à adapter la farce selon ce que tu as dans le frigo, fais toi plaisir et raconte moi !

Continue reading “Pirogis au potimarron” »

Beaucoup de potimarron, en crumble et chaussons au curry, raisins secs et cajou

dscf1380dscf1381    dscf1450dscf1441

Petite frère numéro 2 (un jour je dévoilerai leurs noms, promis) est parti en vacances chez nos cousins en Bretagne pour les dernières vacances. Ces cousins ont une petite maison dans la campagne bretonne avec un énoooooooorme potager, entièrement bio évidemment, qui produit des légumes qui ont l’air faux tellement ils sont énormes. Mais en fait, c’est à ça que doivent ressembler les légumes quand ils sont bios et cultivés avec amour. Instant écolo.

Bref, quand j’ai su que mon frère y était, je l’ai harcelé de messages pour qu’il me ramène quelques trucs du potager : il m’a ramené un petit potimarron et un énoooorme potimarron. Le petit, je l’ai juste fait rôtir en tranches au four avec des épices (basique mais j’adore), et avec le gros, j’ai fait un crumble et des chaussons. Merci pour ces beaux légumes <3

Verdict : J’ai testé le crumble sur ma testeuse récurrente, L, (à qui j’ai déjà fait des tartes, des patates douces Hasselback, des boulettes, des falafels aux épinards…), qui m’a dit que le potimarron était sa madeleine de Proust, et qui a refusé de prendre un dessert, juste pour rester avec le goût. Le soir, mon nouveau testeur, T., est venu squatter et a fini ce qui restait : c’est un grand oui pour mes chers testeurs. Ils sont trop mignons.

Mais il en restait beaucoup, et avec tout ça, j’ai donc fait des petits chaussons, parfumés aux épices, qui étaient délicieux, faciles à trimbaler à Sciences Po ou en répét de théâtre… Et vegans ! Bref, je te laisse découvrir tout ça.

Continue reading “Beaucoup de potimarron, en crumble et chaussons au curry, raisins secs et cajou” »

Banh Bao

DSCF8206

Cette semaine, j’ai connu un grand malheur : en pleine période de révisions / mémoire / Grand O, j’ai cassé ma cafetière. Elle était rose en plus (tu l’as peut être vue passer sur instagram). Heureusement, mon cerveau survolté a repris le dessus, et j’ai inventé un système D assez révolutionnaire, à l’aide du truc du mixeur. Révisions sauvées. Bref, j’étais assez fière de moi, je voulais le dire.

Dans un thème plus relié à la cuisine et à l’article (lol c’est le thème du blog), j’avais envie de manger des Banh Bao depuis longtemps… J’avais craqué dans les supers magasins asiats de Lille, plein de mille trucs différents qui font mourir d’envie (certains peuvent le confirmer), et j’avais acheté de la farine exprés, mais  le vendeur m’avait fait un peu peur en me disant que c’était super compliqué, en général si on ne connaissait pas quelqu’un pour nous l’apprendre on y arrivait pas etc. Mais en fait c’est beaucoup plus facile que ce que je pensais. Et qu’est ce que c’est bon (mes zamis étaient trop degs quand j’ai sorti mon tupperware au RU…). Parce que oui, bonus, faire tes Banh Bao toi même, c’est la classe.

J’ai trouvé des recettes qui utilisaient de la farine normale, avec de la levure boulangère + chimique et de l’huile, mais je ne suis pas convaincue (en plus du coup ça doit reposer moins longtemps) : dans la plupart des grandes villes, en tous cas pour Lille et Paris, c’est facile de trouver de la farine spéciale  (Rue Jules Guesdes concrètement pour Lille). Pour la farce, je l’ai faite à ma manière : pas d’oeuf dur ni de saucisse chinoise, mais un mélange de porc et de boeuf haché, des shiitakés, des oignons, du gingembre, de la sauce soja… La farce est super facilement adaptable, notamment pour les végés ! J’ai même entendu dire qu’on pouvait les faire sucrés (à tester)…

Continue reading “Banh Bao” »

Gözleme (chaussons turcs) aux épinards, feta et menthe

J’ai la chance d’habiter dans un quartier où il y a un super marché, autant pour faire ses courses que pour manger… Alors bien sûr, il y a les poulets rotis, les nems, les rouleaux de printemps, les pastillas, mais surtout il y a plein de nourriture arabe ou turque. C’est comme ça qu’il m’est arrivé d’acheter un gözleme à dévorer en faisant mes courses… Alors en gros, c’est un genre de chausson à la pâte assez fine, fourré de viande hachée, d’épinards ou de fromage. C’est SUPER BON. Du coup quand je l’ai retrouvé sur Clémentine Cuisine, j’ai attendu que mes colocs (pas fans d’épinards) soient absentes pour me faire une orgie de gözleme. Bon par contre c’est un peu long à faire…

Edit : Après plusieurs essais, j’ai retravaillé la pâte et j’ai enfin atteint un résultat parfait, avec une pâte plus souple et plus légère, du coup j’ai modifié la recette en conséquence.

Continue reading “Gözleme (chaussons turcs) aux épinards, feta et menthe” »

Oyaki aubergine et courge butternut

Les oyakis sont des genre de chaussons végétariens japonais cuits vapeur que j’ai découverts sur Pitch à la fraise ; J’ai sauté dessus direct parce que non seulement j’adore la bouffe japonaise, parce que je vais probablement aller au Japon cet été pour quelques semaines, donc je prépare mon estomac et salive d’avance. Du coup je me lâche encore plus sur les recettes japs, comme ce Chirashi au saumon et à l’avocat, le katsudon, les Tsukune, boulettes de poulet, des aubergines caramélisées au sésame, ou ces Melon-Pan en dessert.

Tu admireras mes baguettes, offertes par une amie qui a vécu à Osaka (merchi <3).

Pour la pâte :

  • 60 g de farine de sarrasin
  • 200 g de farine
  • 180 g d’eau bouillante
  • 1/2 c à c de sel

Pour la farce :

  • 1 aubergine
  • 1/2 courge butternut
  • 1/2 oignon
  • ciboule ou ciboulette

Pour la sauce : 

  • 2 c à s de miso (que j’ai remplacées par 2 c à c de pâte de sésame)
  • 2 c à s de sauce soja
  • 1 c à c de sucre
  • 1 c à c de sésame
  • 1 c à s de mirin (facultatif)

Commencer par la pâte : dans un saladier, mélanger les farines avec le sel. Verser l’eau bouillante dessus en mélangeant avec une fourchette. Lorsqu’une pâte commence à se former, la mettre sur le plan de travail fariné et la pétrir pendant au moins 5 min. La pâte se pétrit assez facilement. Aprés pétrissage, former une boule, et la laisser reposer 30 min sous un torchon.

Pendant ce temps, préparer la farce :

Eplucher et couper la courge en morceaux, la faire cuire à l’eau.

Eplucher et émincer l’oignon. Le faire revenir dans un poêle avec un peu d’huile d’olive à feu doux jusqu’à ce qu’il soit transparent. Laver et découper l’aubergine en morceaux, ajouter. Faire revenir une dizaine de minutes, jusqu’à ce que l’aubergine soit cuite. Ajouter la courge butternut, la ciboule ou la ciboulette et les graines de sésame. Mélanger les ingrédients de la sauce, ajouter, bien mélanger et retirer la poêle du feu.

Une fois que la pâte a suffisemment bien reposé, diviser en petites boules de la taille que vous préférez vous vos chaussons. La recette de base disait 12 mais j’en ai fait 6 grosses, je trouve ça plus pratique à manger et moins long à faire.

Sur un plan de travail fariné, étaler chaque boule et remplir d’une grosse cuillière de farce.

Replier la pâte sur elle-même et souder les bords avec de l’eau. Répéter avec toute la pâte.

Faire revenir chaque oyaki de chaque coté dans une poêle (ce que j’ai oublié de faire et que je regrette) avant de le faire cuire 10 minutes à la vapeur.

Déguster avec un peu de sauce soja.

Dans la liste des mes recettes japs à tester, il y a aussi du nira tsukune, du donburi, des dorayakis, des mochis…

Tarte aux kakis (et chaussons aux kakis)

Pour notre traditionnelle soirée sushis, mon père m’a demandé de ramener le dessert, quelque chose « aux fruits ». Moi j’avais envie d’un truc un peu original et bizarre (comme dirait ma coloc (merci pour les photos d’ailleurs)), et comme c’était un repas japonais, j’ai regardé sur cuisine en bandouillère. Les kakis en plus c’est des fruits d’automne donc c’est parfait, et la tarte est trés peu sucrée car c’est un fruit vachement sucré à la base…

Et puis j’ai congelé le reste de crème et en le décongelant un peu plus tard, j’ai découvert que c’était parfait pour faire des chaussons (juste mis dans une pâte feuilletée, doré au jaune d’oeuf) !

Continue reading “Tarte aux kakis (et chaussons aux kakis)” »