Boulange

Brioche Butchy

dscf0868dscf0874

Lorsque je ne voyais rien, juste après mon opération des yeux (depuis je suis voyante, ma vie a changé), j’ai passé en gros 4 jours dans le noir dans ma chambre, en pyjama, à dormir. Je ne pouvais pas lire, pas écrire, pas regarder de film… Mon père, quand il est venu me voir, a même répondu à mes textos (c’était super drôle). Du coup, pendant mes brefs moments de réveil, j’ai cuisiné plein de trucs, parce que ça ne demandait pas trop de voir précisément ou de lire des écrans.

Et la brioche, c’était parfait parce qu’il faut la pétrir, pendant looongtemps. Et que cela se fait en plusieurs étapes, donc qu’il faut être disponible (et je m’ennuyais tellement…). En plus, les deux dernières fois où j’avais fait une brioche, c’était un carnage, donc j’étais super déçue et je voulais effacer la triste ardoise de mes échecs. J’ai donc demandé à ma coloc et à Z. de choisir une recette de brioche, et leur choix c’est porté sur une brioche nature, assez peu sucrée, à base de crème fraîche venue d’Allemagne : la brioche butchy. Ici j’en ai fait une petite en fleur et une grosse, donc n’hésite pas à diviser les doses par deux car c’est assez conséquent. Elle est très peu sucrée, trop peu pour moi (alors que pourtant je ne suis pas trop bec sucré), mais avec un peu de sucre glace ou de la confiture pour servir, c’est délicieux ! Je l’ai amenée à un brunch par la suite, et j’en ai mangé une bonne partie à moi toute seule…

Continue reading “Brioche Butchy” »

Pain perdu salé chèvre tomates

DSCF8178

J’avais déjà parlé de mes galères pour récupérer le pain abandonné par mes chères colocs… On commençait à voir un grand saladier rempli de pain à réutiliser, ça devenait galère, et on ne veut pas du pain perdu à tous les goûters / petit-dejs…

Du coup je suis repartie sur l’idée de pain perdu salé, ici en sandwich : aprés avoir fait tremper le pain, on le fait revenir à la poêle pour qu’il soit suffisemment grillé pour le manger comme ça, et tu peux mettre ce que tu veux dedans, fromage / tomates c’est un classique, surtout avec la compotée de tomates encore chaude…

Continue reading “Pain perdu salé chèvre tomates” »

Banh Bao

DSCF8206

Cette semaine, j’ai connu un grand malheur : en pleine période de révisions / mémoire / Grand O, j’ai cassé ma cafetière. Elle était rose en plus (tu l’as peut être vue passer sur instagram). Heureusement, mon cerveau survolté a repris le dessus, et j’ai inventé un système D assez révolutionnaire, à l’aide du truc du mixeur. Révisions sauvées. Bref, j’étais assez fière de moi, je voulais le dire.

Dans un thème plus relié à la cuisine et à l’article (lol c’est le thème du blog), j’avais envie de manger des Banh Bao depuis longtemps… J’avais craqué dans les supers magasins asiats de Lille, plein de mille trucs différents qui font mourir d’envie (certains peuvent le confirmer), et j’avais acheté de la farine exprés, mais  le vendeur m’avait fait un peu peur en me disant que c’était super compliqué, en général si on ne connaissait pas quelqu’un pour nous l’apprendre on y arrivait pas etc. Mais en fait c’est beaucoup plus facile que ce que je pensais. Et qu’est ce que c’est bon (mes zamis étaient trop degs quand j’ai sorti mon tupperware au RU…). Parce que oui, bonus, faire tes Banh Bao toi même, c’est la classe.

J’ai trouvé des recettes qui utilisaient de la farine normale, avec de la levure boulangère + chimique et de l’huile, mais je ne suis pas convaincue (en plus du coup ça doit reposer moins longtemps) : dans la plupart des grandes villes, en tous cas pour Lille et Paris, c’est facile de trouver de la farine spéciale  (Rue Jules Guesdes concrètement pour Lille). Pour la farce, je l’ai faite à ma manière : pas d’oeuf dur ni de saucisse chinoise, mais un mélange de porc et de boeuf haché, des shiitakés, des oignons, du gingembre, de la sauce soja… La farce est super facilement adaptable, notamment pour les végés ! J’ai même entendu dire qu’on pouvait les faire sucrés (à tester)…

Continue reading “Banh Bao” »

Que faire avec des scones ? Des sconewich !

DSCF8130

Du coup, si t’as suivi, j’ai fait des scones. Et ils étaient vachement bons même. Seulement, c’est un peu lassant à manger comme ça, surtout quand t’en a fait 8… Heureusement, j’avais vu l’idée de sandwichs de scones traîner je ne sais où, et c’est top ! Tu les fait réchauffer un peu, qu’ils soient tièdes, avec du frometon, un peu de viande, ou du poisson fumé… Et ensuite j’ai testé ça « à l’espagnole ». Je m’explique : en Espagne, dans les tapas de base, il y a souvent des tortillas, coupée en deux sur la hauteur, fourrées avec de la béchamel et des épinards, ou du jambon… Du coup, j’ai voulu i ça avec mes scones. Et ce fut fort bon. Par contre les photos ont disparu de mon appareil, donc bravo le fail.

Continue reading “Que faire avec des scones ? Des sconewich !” »

Scones au cheddar et à la ciboulette

DSCF8108 DSCF8110

Cela faisait un moment que j’entendais parler des scones de Gracianne… Les scones, en général, je les mange sucrés, nature, avec de la crème et de la confiture (comme à Canterberry avec les copains), mais comme j’aime vivre dangereusement, j’en ai tenté il y a peu des salés, classiques, selon la recette que j’avais noté il y a déjà un moment…

Et bah c’est vachement bon. Rien qu’avec l’odeur qui s’échappait dans la cuisine, j’ai eu des « qu’est ce que tu nous fais de bon ? ». J’en ai gouté un tiède à la sortie du four, c’est top, j’y penserais pour les piques-niques et autres répétitions qui se prolongent…

Et surtout, ce que j’ai retenu, c’est que le secret des scones, c’est de ne pas trop pétrir la pâte (sinon elle est trop dense) et de ne pas les faire cuire trop longtemps (sinon ils ne sont plus moelleux).

Continue reading “Scones au cheddar et à la ciboulette” »

Keftas et Naans au fromage

DSCF7647DSCF7652

Ce soir là fut le soir du gras, du vrai, du bonheur. Trop de soupes, de salades et de choses saines s’étaient passées dans la cuisine, début du mois, on peut faire des folies et acheter de la viande. Naans au fromage + keftas maisons, tmtc ça fait beaucoup, mais franchement, c’était trop trop bon. Les naans dégoulinent de fromage,  et ils doivent être aussi délicieux avec des falafels ou des boulettes de carottes pour les végétariens…

J’ai eu un peu de mal à faire monter les naans, et ils étaient un peu épais  mais si tu t’y mets un peu plus en avance que moi, ça devrait aller. Parce que oui, il faut être honnête, c’est pas vraiment le repas de dernière minute… Ils se congèlent bien, crus (après la pousse de la pâte et l’avoir étalée) ou cuits. Pour les keftas, je les ai faites dans un appareil à croque-monsieur, mais en vrai tu peux te débrouiller avec une poêle.

Continue reading “Keftas et Naans au fromage” »

Galette des rois à la frangipane, classique et efficace

Lorsque les filles ont vu mes galettes (parce que je suis une fifolle, j’en ai fait 2 d’un coup), elles ont eu un petit moment de crainte ; « euh elles sont à quoi tes galettes… normales hein, frangipane ? » Mais même si j’adore les tests chelous dans plein d’autres plats, les galettes des rois, c’est sacré, c’est frangipane, rien au chocolat, à la vanille, au speculoos ou autre.

Du coup, cette recette n’a rien d’original sur la blogosphére, mais elle est super bonne, et coûte beaucoup moins cher que chez le boulanger. Au final, c’est pas trop long (il sufffit jusqte de s’y prendre en avance pour la frangipane) et si comme moi tu es une flemasse et que tu ne fais pas ta pâte feuilletée, elle est plutôt facile ! Elle a été testée par de multiples audiences, et toutes ont beaucoup aimé, donc c’est pré-validé.

Merci à Marron pour sa fabuleuse couronne, même si t’as oublié de prendre les photos de la galette découpée, je t’aime quand même <3

Pour la crème patissière :

  • 15 cl de lait
  • Une gousse de vanille ou 1 c à c d’extrait de vanille
  • 1 jaune d’oeuf
  • 20 g de farine
  • 20 g de sucre blanc

Pour la crème d’amandes :

  • 75 g de sucre glace
  • 75 g d’amandes en poudre
  • 60 g de beurre pommade
  • 1 oeuf
  • 1 cà c de rhum (optionnel)
  • Une pincée de sel

Pour le montage :

  • 2 pâtes feuilletées
  • 1 jaune d’oeuf (j’en profite pour rappeler que les blancs se congélent, jusqu’à en avoir assez pour faire des gateaux super exigeants style gateau des anges. Perso j’en suis à 9 blancs d’oeufs. Bientôt)
  • Un peu de lait
  • Sucre glace
  • 1 fêve (Alors attention attention, petite astuce de pauvre qui n’a pas de fève : j’ai un ami dont la mère met toujours une pièce de 2€ comme fève pour la première galette de l’année. Moi j’ai mis une pièce de 2c. Bon. En gros, tu stérilise ta pièce et c’est tout bon)

Préparer d’abord la crème patissière : Mettre le lait dans une casserole avec la gousse de vanille ouverte en deux. Faire chauffer à feu doux.

Dans un saladier, blanchir le jaune d’oeuf avec le sucre. Ajouter la farine au fouet. Retirer la gousse de vanille du lait chaud et le verser en filet dans le saladier sans cesser de mélanger.

Remettre le tout dans la casserole et faire chauffer à feu doux en mélangeant sans cesse au fouet : le mélange va peu à peu épaissir.

Une fois que la texture est bonne, mettre dans un bol, filmer et laisser refroidir complètement au frigo (la crème patissière et la crème d’amandes doivent être vraiment froides).

La crème d’amandes donc :  Le beurre pommade doit vraiment être complètement mou, sans morceaux, et pouvoir se fouetter. Ajouter le sucre glace au beurre (plutôt à la spatule maintenant, pour éviter de mettre trop d’air dans la crème), puis la poudre d’amandes et la pincée de sel (ça change tout). La crème doit être homogène. Incorporer l’oeuf, et le rhum si vous en mettez (on avait que du gin dans les restes du nouvel an, du coup j’ai passé cette étape).

Mettre dans un bol, filmer et laisser 1-2h au frigo.

Le montage : Préchauffer le four à 180)c.

En gros la frangipane c’est pas compliqué. 250 g de crème d’amandes et 100 g de crème patissière à mélanger : normalement tu as tout pile ça avec cette recette (bon à 10g près ça va). Bien mélanger.

Etaler une pâte feuilletée sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé. Remplir de frangipane en laissant 2-3 centimétres vides au bord, soit à la poche à douille, soit à la cuillière si comme moi tu n’as pas de matos. Placer la fève, plutôt loin du centre pour minimiser les chances de tomber dessus en découpant.

Badigeonner les bords avec de l’eau.

Etaler la deuxième pâte, la badigeonner entièrement d’eau et la placer sur la première avec le coté moullié à l’intérieur. Bien souder les bords. Dessiner des motifs avec un petit couteau, en faisant attention de ne pas percer la pâte. Mélanger le jaune d’oeuf avec un peu de lait et badigeonner la galette. Saupoudrer de sucre glace.

Enfourner pour 35-40 min, en protégeant la galette d’une feuille de papier alu si elle commence à trop dorer.

Servir tiède, et faire gaffe à ne pas manger la pièce de 2c. Si vous faites la galette avec des enfants de 5 et 8 ans, ce qui était mon cas avec les gamins que je garde le mercredi, n’oubliez pas de rappeler à celui qui n’a pas eu la fève (c’est dramatique ces choses là), qu’il a encore 80 ans de galettes, multiplié par au moins 3 galettes par an (avec papi, mamie, maman, papa, l’école…) pour se rattraper. Ca sauve une aprés-midi.

Bon ap’ !

Les fabuleux pancakes au potimarron pour les dimanches d’hiver

 

Pour faire plaisir à une amie absolument fana de potiron et autres courges, et sur les conseils d’une autre amie férue de cuisine, qui m’envoie régulièrement des liens et des idées de recettes, j’ai décidé de tester recette de pancakes de l’ornithorynque pour notre déjeuner dominical avec les copains, et franchement, j’ai pas regretté.

Le goût du potimarron (vu que j’ai décidé de faire la recette avec du potimarron au lieu de potiron) et des épices se sent quand on le mange nature (et c’est délicieux) mais avec un peu de miel ou de sirop d’érable, on dirait un pancake normal, juste particulièrement moelleux ! Et il s’agit bien d’une recette sucrée (malgré ce qu’on pensé les gens au premier abord).

Cette recette peut également être faite avec du potiron, mais moi j’avais du potimarron sous la main du coup voilà (triste France). Par contre, le potiron se gorge plus d’eau, donc c’est important du coup de le cuire à la vapeur, alors que le potimarron tu peux cuire dans l’eau si tu veux.

Au niveau des quantités, j’ai doublé les doses et j’ai eu une vingtaine de pancakes, donc n’hésite pas à augmenter si tu attends beaucoup de gens, la pâte peut se garder un peu au frigo si tu veux en refaire le lendemain (par contre je sais pas trop si c’est intéressant de la congeler…)

Continue reading “Les fabuleux pancakes au potimarron pour les dimanches d’hiver” »

Le Melon-pan de Yakitate Ja-pan (ou pas)

Avec petit frère n°2, on est passés par notre période Yakitate Ja-pan, ou un manga où le personnage principal veut absolument créer le pain ultime. Alors l’histoire ne part pas du tout dans tous les sens, à la fin les pains changent le passé, créent des cascades, ressuscitent et rendent méchant. Donc nous on s’est attaqués à un des pains du début, dans la version de base : un ja-pan, un genre de petit pain sucré recouvert d’une couche de biscuit. Le nom vient de la forme du melon découpé, mais en vrai y’a pas de melon dans la pâte…

Le pain : 

  • 200 g de farine
  • 3 c à s de vergeoise
  • 1 c à c de levure boulangère
  • 30 g de beurre ramolli
  • 12 cl de lait
  • 1 jaune d’oeuf
  • 1 pincée de sel

Le biscuit :

  • 200 g de farine
  • 1 c à c de levure chimique
  • 1 c à c de sel
  • 40 g de vergeoise
  • 50 g de beurre ramolli
  • 1 oeuf
  • 3 c à s d’eau
  • Un peu de sucre pour la croûte

Préparer le pain : Mélanger la moitié de la farine, la levure, le sucre et le sel dans un saladier. Ajouter le jaune d’oeuf et le lait au fouet. Incorporer le reste de la farine et bien mélanger. Ajouter enfin le beurre ramolli et pétrir pendant une dizaine de minutes ; la pâte doit être élastique comme une pâte à brioche. Couvrir la pâte d’un torchon et la laisser reposer pendant 1h30 dans un endroit chaud ; elle doit doubler de volume.

Pendant ce temps, faire le biscuit : Fouetter le beurre et le sucre ensemble jusqu’à ce qu’ils blanchissent. Ajouter le reste des ingrédients, et malaxer jusqu’à obtenir une pâte homogène. Former un boudin et l’envelopper dans un film alimentaire. Mettre une demi heure au frigo.

Aprés le temps de repos, faire préchauffer le four à 180°c. Diviser la pâte à pain en 8 morceaux et en faire des petites boules. Diviser également la pâte à biscuit en 8, abaisser chaque morceau au rouleau pour en faire des cercles qui viendront recouvrir les petites boules de pâte à pain, comme des chapeaux. Dessiner un quadrillage au couteau sur la pâte à biscuit comme sur les photos et sepoudrer les Melon-pan de sucre. Les mettre sur une plaque de papier sulfurisé et faire cuire 30 min !

Bon appetit les enfants <3

Stromboli aux piquillos, coppa et mozzarella

Je cherchais un gros repas pour nourrir 6 personnes, sans trop de boulot, de plaintes sur le fait que ça prenait longtemps, que c’était comme ci comme ça… Bref, du pain, plein de fromage… ça me semblait l’idéal, par rapport à ma mère qui se plaignait que je faisais trop de gateaux, petit frère n°1 qui n’avait pas assez de fromage et autres gras (des forces pour le bac, n’est ce pas) et petit frère n°3 qui est parfois un peu difficile…

J’ai donc trouvé tout ça chez Becky et Liz, et c’est super bon ! Juste assez de gras pour vivre <3

Pour la pâte :

  • 500 g de farine
  • 1 sachet de levure boulangère
  • 2 c à c de sel
  • 3 c à s d’huile d’olive
  •  30 cl d’eau chaude

Pour la farce :

  • 85 g de coppa
  • 175 g de mozzarella
  • 1 boite de piquillos coupés en lamelles
  • Basilic

Commencer (comme toujours) par la pâte : Mélanger l’eau, l’huile et la levure. Y ajouter la farine et le sel, former une boule et pétrir pendant 10 min. Laisser reposer 1h dans en endroit chaud, dans un saladier couvert d’un torchon.

Préchauffer le four à 200°c. Etaler la pâte sur un plan de travail fariné en un grand rectangle d’un centimétre d’épaisseur environ.

Répartir sur la pâte les tranches de copas, les piquillos en morceaux, la mozzrella en morceaux et le basilic ciselé. Saler et poivrer. Rouler ensuite la pâte en serrant bien.

Huiler la plaque du four, et transferer le Stromboli dessus, en plaçant la jointure des deux bords en dessous. Piquer l’ensemble du pain et badigeonner le pain d’huile d’olive.

Enfourner 30-35 min jusqu’à ce que le pain soit ferme et doré.