crêpe

Cong you bing (crêpes chinoises à la ciboule)

Depuis que j’ai repris ma vie d’étudiante (en alternance, hein), j’ai repris mes bonnes habitudes de rédiger mes articles en cours. Au grand désespoir de mes voisins de classe, qui se plaignent de la tentation que représentent toutes ses photos de bouffe. Sans parler des mes tupperwares du midi. Certains en profitent même pour me réclamer des tests et des recettes. Bande de rapaces.

Et ce fameux article qui génère tant de convoitises entre dans la série des galettes à la poêle avec des trucs dedans (comme les pudina paratha ou les naans, mais d’une autre origine), les Cong you bing, des crêpes chinoises à la ciboulette, un peu sèches, sont délicieuses pour accompagner un plat en sauce ou avec un peu de sauce soja.

Continue reading “Cong you bing (crêpes chinoises à la ciboule)” »

Le Brunch du dimanche 1 : Pancakes fourrés au Nutella

DSCF7724

En master 1, on est censés avoir beaucoup de boulot (certes, cher Mémoire, je ne t’oublie pas), mais surtout, on a l’impression de vieillir. On fait des apéros dinatoires, des séances de co-working, des amis commencent à se pacser (pour bientôt, je pense que je ferai le buffet d’ailleurs…) et des brunchs. Mais ca a du bon hein : on ne mange plus les vieilles pizzas à 1€33 les 3 en soirée, mais des trucs un peu plus élaborés, et moi ça me donne l’occasion de cuisiner.

Avec les filles, on a donc décidé de bruncher, en vraies adultes. Je me suis jetée sur deux recettes testées et approuvées, faites et refaites, qui marchent toujours, en commençant par les pancakes, recette que j’avais récupérée quand j’étais allée au Canada au lycée, pimpés avec un peu de Nutella.

Continue reading “Le Brunch du dimanche 1 : Pancakes fourrés au Nutella” »

Syrniki, petites crêpes russes au fromage blanc

Aprés les galettes de riz et de courgettes, j’avais promis une recette pour utiliser les restes de fromage blanc. J’ai découvert ces petites crêpes sur la blogosphère, ça donne des petites crêpes moelleuses, un peu comme des pancakes, qui se mangent tièdes avec de la confiture de fruits rouges, c’est délicieux.
Normalement, il faut utiliser du tvorog, comme du cottage cheese mais en
beaucoup plus sec : évidemment les deux sont introuvables en France. Du coup, on peut prendre du fromage blanc mais rajouter une ou deux cuillières de farine (ce que j’ai fait), ou utiliser de la faisselle égouttée.
  • 500 g de fromage blanc type faisselle égouttée pendant quelques heures
  • 2 c à c de sucre en poudre
  • 1 oeuf
  • 2 c à s de farine + pour former les galettes
  • Huile neutre en goût type tournesol

Mélanger fromage blanc, sucre, oeuf et farine à la fourchette.

Former des petites galettes, les rouler dans la farine. Si tu utilises de la faisselle, c’est pas trop possible, donc il faut juste faire cuire la pâte comme une pâte à pancakes.

Faire chauffer l’huile dans une poêle et faire revenir les galettes des deux cotés. Déposer au fur et à mesure sur de l’essuie-tout pour absorber l’excés d’huile.

Servir tiède avec du sucre glace et de la confiture de fruits rouges. Bon goûter !

 

Les fabuleux pancakes au potimarron pour les dimanches d’hiver

 

Pour faire plaisir à une amie absolument fana de potiron et autres courges, et sur les conseils d’une autre amie férue de cuisine, qui m’envoie réguliérement des liens et des idées de recettes, j’ai décidé de tester recette de pancakes de l’ornithorynque pour notre déjeuner dominical avec les copains, et franchement, j’ai pas regretté.

Le goût du potimarron (vu que j’ai décidé de faire la recette avec du potimarron au lieu de potiron) et des épices se sent quand on le mange nature (et c’est délicieux) mais avec un peu de miel ou de sirop d’érable, on dirait un pancake normal, juste particulièrement moelleux ! Et il s’agit bien d’une recette sucrée (malgré ce qu’on pensé les gens au premier abord).

Cette recette peut également être faite avec du potiron, mais moi j’avais du potimarron sous la main du coup voilà (triste France). Par contre, le potiron se gorge plus d’eau, donc c’est important du coup de le cuire à la vapeur, alors que le potimarron tu peux cuire dans l’eau si tu veux.

Au niveau des quantités, j’ai doublé les doses et j’ai eu une vingtaine de pancakes, donc n’hésite pas à augmenter si tu attends beaucoup de gens, la pâte peut se garder un peu au frigo si tu veux en refaire le lendemain (par contre je sais pas trop si c’est intéressant de la congeler…).

  • 150 g de farine
  • 2 c à s de sucre roux (style vergeoise) (c’est mieux pour la texture et pour la santé les zenfants !)
  • 1 c à s de levure chimique
  • 20 cl de lait
  • 180 g de potimarron cuit et mixé
  • 1 oeuf
  • 2 c à s d’huile végétale neutre (style colza ou tournesol)
  • 2 pincées de mélange d’épices pour pain d’épices, cadeau du père noël de l’année dernière, ou un mélange de cannelle, gingembre et muscade si tu n’as pas.

Mélanger les ingrédients secs dans un saladier : farine, sucre, levure et épices.

Dans un deuxième saladier, battre la purée de potimarron ou potiron avec l’oeuf. Ajouter le lait et l’huile. Bien mélanger.

Incorporer le second saladier au premier avec un fouet. La pâte doit être plus épaisse que de la pâte à crêpes, mais si ce n’est pas assez liquide, rajoute un peu de lait (perso j’en ai rajouté un peu).

Il reste plus qu’à faire les pancakes un à un (et c’est long et chiant) dans une poele beurrée, un travail de longue haleine ou tu crêve de faim, mais c’est un mal pour un bien (dis toi).

Le pancacke est bon quand il ressemble à ça, en gros.

Et voilà, c’est super bon, super moelleux, ça change des pancakes de base, et comme ça tu peux finir tes restes de potirron / potimarron si toi même / ton copain / ta copine / ton chat / tes colocs en ont marre des soupes. Et au prochain repas dominical, je ferai un gateau à la patate douce ! (recette à venir si c’est mangeable).

Crépiau aux pommes

Bien le bonjour les enfants !

Bon alors le crépiau au pommes, c’est pas le raffinement total, pas le genre pour briller devant les beaux-parents, c’est plutôt le dessert de grand-mère. Mais bon, quand tu vis dans le monde merveilleux des boulots étudiants payés avec les fonds de tiroirs de 10 à 5h du mat, il te faut un truc qui tienne au corps. (Ouuuuuh l’excuse pour bouffer comme une grosse)

C’est un peu le même délire que le kaïserschmarnn , et comme pour celui là, je l’avais fait avec un oeuf pour une personne (ça restait bien consistant quand même), mais je te donne des proportions plus familiales.

Continue reading “Crépiau aux pommes” »