Arepas, galettes de fromage colombiennes

À Noël dernier, je suis allée en Floride avec L. pour passer les fêtes avec sa famille Colombienne. Là bas, j’ai mangé super gras, mais aussi plein de plats colombiens que je ne connaissais pas. J’ai donc appris que la Colombie avait une énorme tradition de pain, un peu comme la France, sauf que les leurs sont souvent plus sucrés, et avec du fromage. Je suis alors devenue folle des Pan de bono et des Arepas, des petites crêpes épaisses qu’on mange avec des oeufs et du fromage…

Depuis, je profite de mes voyages à NY pour aller en pélerinage dans le Queens en acheter quelques uns (ou pas du tout écologique : les commander et attendre 1h30 qu’ils arrivent en restant sur le balcon pour les voir arriver), mais L. et moi étions toujours déçus de ne pas en manger à Paris… jusqu’à ce que je découvre la rue du chemin vert, et tous les restos colombiens et boulangeries colombiennes autour. La dernière fois, non seulement nous avons eu du Pan de bono et du Pan Colombiano, mais également les ingrédients pour faire des Arepas ! En effet il faut une farine de maïs spéciale et un fromage assez sec qui ressemble à un mix entre de la feta et du plastique (true story) et on peut en trouver dans ces magasins.

J’ai eu donc le droit à la recette de la grand-mère de L. et à l’explication par L. lui même de toutes les étapes ; après en avoir mangé une bonne dose à nous deux, j’ai fait ce qui restait pour la baby shower (si tu ne connait pas ce mot, tu as probablement au dessus de 40 ans) d’une amie Colombienne. À la suite de cela, j’ai été nommée marraine du futur bébé. Coïncidence ? Je ne pense pas.

Pour une petite dizaine de galettes :

  • 250 g de farine « masarepa »
  • 100 g de fromage costeno râpé
  • 200 ml de lait
  • 200 ml d’eau
  • 20 g de beurre
  • 1 cà c rase de sucre
  • 1 pincée de sel

Tiédir l’eau et le lait. Mélanger avec le masarepa, le fromage râpé, le sucre, le sel, le beurre mou en morceaux. Pétrir la pâte en ajoutant le mélange eau+ lait petit à petit jusqu’à obtenir une pâte consistante mais pas trop molle.

Séparer en petites boules de la taille d’une balle de ping pong, bien rondes.

Verser un peu d’huile sur une feuille de papier sulfurisé et se servir d’une presse ou juste d’une assiette plate ou d’un plateau pour les écraser en petites galettes. (Il a dit pas de rouleau à pâtisserie, j’obéit)

Faire dorer un peu de beurre dans une poêle et faire revenir l’arepa d’un côté, puis de l’autre avec un peu plus de beurre. Elle doit être dorée.

Répéter l’opération jusqu’à épuisement de la pâte ; servir avec un peu plus de beurre et un oeuf « revuelto » : cuit à la poêle puis haché à la cuillière très fin. Comme un oeuf brouillé sauf que le jaune reste coulant, c’est fabuleux.

Bon ap’ !