Sucré

Cookies bars aux flocons d’avoine, aux pépites de chocolat et au caramel au beurre salé

Je l’avoue, j’ai tenté le Dry January. Personnellement, je n’avais pas décidé de me passer d’alcool, mais de café : mes trois cafés par jour m’ont un peu détruit l’estomac, alors j’ai fait une cure.

J’ai craqué deux fois dans les trois premières semaines, et puis ça me manquait trop, j’ai arrêté. Je souffrais trop de ne pas pouvoir dévorer mes macarons avec un café ou faire un coffee cake… Pour moi, le sucré prend tout son sens avec un café, et c’est complètement le cas de ces cookies bars.

J’avoue avoir choisi cette recette à l’origine pour finir un pot de caramel beurre salé et un tas de flocons d’avoine donnés par la fameuse M. devenue intolérante au gluten. La pauvre a dû vider ses placards, et en bonne amie j’étais là pour récupérer avoine, semoule et autres pâtes. Les deux m’ont donc permis de tester les cookies bars, deux couches de pâtes à cookie ensérant une couche de caramel beurre salé, le tout à découper en carrés et à dévorer avec les doigts qui collent. Parfait quand on est malade, comme c’était mon cas

Malheureusement pour les photos, j’étais pressée, je devais découper le tout pour l’emmener à ma journée de boulot avec mon groupe de travail (qui a tout mangé), donc je n’ai pas eu le temps de laisser le tout refroidir assez pour découper des belles parts, tout coulait… En arrivant chez C. pour notre rdv, je l’ai mis au frigo 15min, et c’était bon ! Je te conseille donc de vraiment le laisser refroidir avant de démouler.

Continue reading “Cookies bars aux flocons d’avoine, aux pépites de chocolat et au caramel au beurre salé” »

Gâteau au pavot sans farine pour une collègue intolérante au gluten

Eh oui, le sans gluten fait des ravages. M. a découvert qu’elle était intolérante il y a pas longtemps, donc quand elle est venue me voir à Lille, je me suis dit qu’il fallait au moins que je lui fasse un gâteau qui lui irait… J’ai testé cette super recette chez Clothilde, c’est délicieux, ça croque sous la dent, c’est parfumé… Le reste de ma charmante famille a adoré, on a tout dévoré en une soirée !

Ne pas oublier de se nettoyer les dents après, surtout.

Continue reading “Gâteau au pavot sans farine pour une collègue intolérante au gluten” »

Deux gâteaux d’anniversaire : une tartiflette et un fondant au chocolat


On a envie de dire Kamoulox mais même pas. Pour l’anniversaire de P., j’ai organisé la soirée, réservé le bar, acheté le cadeau, et ÉVIDEMMENT j’ai fait le gâteau. Mais pas n’importe quel gâteau : un gâteau au chocolat, parce que les gens sont classiques et pas drôles, et une tartiflette. Les plats préférés de P. étant la tartiflette et les pâtes à la carbonara (le cliché du mec de base), c’était plus facile de plonger des bougies dans la tartiflette. La soirée fut un succès. On a fini le gâteau en raclant le moule avec les doigts.

Du coup je te mets la recette de la tartiflette, classique mais on me l’a demandé pendant la soirée, et celle de ce délicieux fondant, refait depuis, là aussi classique mais délicieux, bien coulant au milieu, difficile à manger dans la situation où nous étions mais tellement bon !

Continue reading “Deux gâteaux d’anniversaire : une tartiflette et un fondant au chocolat” »

Lava cookies caramel, noisettes et chocolat

Pour sa crémaillère, mon ex-coloc Jaune voulait des lava cookies (comme pour sa toute première crémaillère). Ça me tentait moyen, ça manquait de challenge et de fun… Bon, sinon je peux jouer sur les parfums… Citron vert banane ? Elle aime pas le citron vert, Café ? Elle aime pas le café, Amaretto ? Bof. « T’as pas du chocolat ou du caramel plutôt ? ». Ce sera donc caramel, chocolat et noisettes.

Mais pourquoi est-ce que les gens ne demandent pas des gâteaux originaux, des trucs funs et qui changent ?! J’EN AI MARRE QU’ON ME DEMANDE DU CHOCOLAT ! (Hier encore, un apéro,  « tu peux faire un truc au chocolat ? »… Finalement j’ai fait un brownie et des naans)

Bon, je suis quand même ses instructions, et je me lance dans une tuerie calorique (malheureusement, j’ai sauté une étape et les cookies se sont un peu étalés, mais si tu es sérieux tout ira bien). Quand j’arrive, on me demande avec circonspection : « rien de bizarre dedans ? » « NON. Juste des trucs pas marrants. » « Ok, je goûte (air de réflexion intense) Eh mais c’est trop bon ! ». Et c’est vrai, c’est délicieux, plutôt pour les becs sucrés quand même, mais ça attire les foules…

Continue reading “Lava cookies caramel, noisettes et chocolat” »

Gâteaux aux amandes, poires et pommes

Quand je rentre sur Lille, je me retrouve en général chez mon père le samedi midi. On mange du riz, des légumes, du poisson, du pain, du fromage, des pommes et du chocolat avec le café. Rien de mieux que ces gros repas du samedi midi, où enfin je me sens rentrée à la maison.

Or la dernière fois, sur un malheureux malentendu, j’avais compris samedi midi, il avait compris samedi soir. Panique quand je débarque à midi : que va t-on manger ? Dans la générosité qui m’est coutumière (c’est pas comme si mon père m’avait nourri tous les jours pendant des années), j’ai pris en charge le repas. De rien.

Bon en vrai, j’ai rien fait de très compliqué. Ma soupe du moment, une soupe thaï aux lentilles et à la patate douce avec du lait coco, de la pâte de curry et de la citronnelle, servie avec du potimarron cuit au four avec du thym du jardin et du laurier (on ne change pas une équipe qui gagne), et seule touche de folie : un gâteau. Mais aux fruits, simple et sans chichis, sinon mon père se crispe et imagine que ça sera pas bon et trop sucré. La dernière fois, j’avais fait ce délicieux gâteau aux poires, mais je n’aime pas me répéter, donc j’ai récupéré cette recette : un délice ; un gâteau bien réconfortant, avec des fruits d’hiver et une croûte croustillante aux amandes sur le dessus !

Merci à petit frère n°2 pour le mannequinat.

Continue reading “Gâteaux aux amandes, poires et pommes” »

Brioche torsadée au praliné

Cela faisait trois jours, avec toute la neige, que je rêvais de me mettre au chaud chez moi et de faire une bonne brioche. Tout plutôt que de me traîner dans la neige jusqu’au boulot parce que le vélo et le bus étaient hors service. J’en rabattais les oreilles de mes collègues. Et puis, miracle : la neige a bloqué les trains permettant d’aller à la fac (je suis en alternance, donc je cumule les collègues de travail et les potes de cours, ce qui est génial).

Nous étions bloqués dans Paris, j’appelle les potes, écoutez on peut se retrouver chez moi pour bosser, on ira manger sur la butte aux cailles à midi, oh et puis je pourrais vous faire une brioche aussi pour le goûter. Première étape avant leur arrivée, deuxième avant de manger, troisième  en revenant de déjeuner, frigorifiés par la neige qui n’arrêtait pas.

Elle a été dévorée en 1h par quatre bosseurs pourtant déjà rassasiés. Une tuerie. Vraiment, je crois que j’ai trouvé ma nouvelle brioche préférée.

Tu connais pourtant ma passion pour les brioches. Nature, à la cannelle, aux fruits, à la pâte de spéculoos, exotiques… Tu sais probablement aussi qu’une fois sur deux, pour des raisons qui m’échappent encore, je les rate, mais je m’acharne et j’en refais. Et bien là, elle ne pouvait pas être plus réussie : pas trop sucrée, parfumée, fondante avec une pâte de pralin maison offerte par mon beau-père-l-apprenti-pâtissier pour Noël, et craquante avec le pralin en grains… La forme ressemble un peu à une babka mais la texture est plus moelleuse. Tu peux bien sûr remplacer la pâte pralinée par du nutella, de la pâte de spéculoos, du caramel, du chocolat noir et des noisettes, mais vraiment je te conseille le praliné : c’est un délice.

Continue reading “Brioche torsadée au praliné” »

Macarons au citron bergamote

Il y a quelques temps, j’ai fait mon premier marché à Paris, dans le 12ème.

Je sais, j’allais toutes les semaines au marché à Lille ; avec mes ex-colocs, on faisait les courses et on achetait un poulet rôti ou deux, qu’on allait dévorer en terrasse au soleil, dans le jardin de mes parents avant de jouer au molki, sur la terrasse de Z. ou tout simplement à la maison, tout ça avant de prendre un très long café avec un jeu de tarot. Et souvent, je faisais un gâteau pour accompagner (j’ai notamment fait cette tarte amandine aux coings, ce gâteau avocat pavot, ces pancakes au potimarron…).

Mais à Paris, c’est différent : à Paris, la coutume c’est le brunch, pas le marché et surtout, je trouve que les marchés sont hors de prix, et que ce n’est pas du tout la même ambiance. Il n’y a pas le bruit, la musique, les gens qui boivent et mangent en terrasse, les grands sacs d’olives marinées à tous les goûts dans lesquels on peut goûter, les gözlemes à dévorer histoire de tenir jusqu’au poulet rôti, les caisses à moitié prix à la fin du marché, la quasi certitude de croiser des gens qu’on connaît… Bref, les marchés sont moins sympas.

Malgré mon tempérament de râleuse, ça m’a fait tellement plaisir de retourner au marché ! De dévorer le pain tout chaud qui sort de la boulangerie, d’acheter des bouquets de coriandre et des légumes dont on a pas besoin, de chercher une terrasse au soleil (qu’on a pas trouvé d’ailleurs)… et évidemment, j’ai craqué, sur des citrons bergamotes, les premiers de l’année, et au lieu de travailler, j’ai passé ma journée à réfléchir à ce que j’allais en faire : j’avais des blancs d’œufs au congélo, donc macarons.

Et je n’ai jamais aussi bien réussi mes coques ! C’est de la meringue française mais elle a une très belle collerette, et ce curd, ce délicieux curd m’a tué. Je l’ai fini à la petite cuillère. Malheureusement, ils ramollissent vite dès le lendemain : ils étaient dans un tupperware à l’air libre et pas au frigo, et ils se sont un peu liquéfiés… À dévorer vite donc.

Continue reading “Macarons au citron bergamote” »

Tarte tatin un peu comme William Lamagnère

J’ai fini mon nouvel an à siroter un bol de soupe à 5h du matin. Oui. Mais attention, c’était un nouvel an génial ! On a bien mangé, bien dansé et bien ri, on a juste fini avec de la soupe. C’est peut-être ça, finalement, l’adulterie… Ça avait commencé par un grand repas avec foie-gras, saumon fumé, feuilletés, fromage, en veux-tu en voilà, et évidemment, j’ai insisté pour faire le dessert. Pour nouvel an, je voulais des fruits, quelque chose de pas trop lourd, mais d’un peu classe… Et comme par hasard, mon beau-père, qui prépare un CAP pâtisserie, avait acheté un coupe-lanière pour ses expériences culinaires, ce qui m’a permis de me jeter sur cette merveilleuse tarte tatin, créée par le pâtissier William Lamagnère, qui a eu énormément énormément de succès ! (Z. m’a dit que c’était la meilleure qu’elle avait mangé de sa vie)

Les pommes sont coupées très finement, comme des feuilles de lasagnes et enroulées bien serrées avant de cuire très longtemps dans un caramel au beurre salé… Elles deviennent extrêmement fondantes, c’est un délice.

Alors le gros problème de cette tarte (en dehors du fait qu’elle prend 3h à faire), c’est qu’il te faut absolument un coupe lanière, ou son équivalent qui se fixe sur kitchenaid (sur kitchenaid c’est super cher, mais sinon c’est accessible, après il faut avoir de la place dans sa cuisine, pas comme moi…), comme ceci :

J’ai scrupuleusement suivi la façon de faire, excepté pour la chantilly dulcey vanille, que j’ai trouvé lourde à la première dégustation (ledit beau-père avait inauguré le coupe lanière avec cette tarte), mais dont tu peux trouver la recette par , et pour l’huile d’olive. William Lamagnère ajoute en effet de l’huile d’olive au caramel, mais perso le goût m’avait un peu gêné à la première dégustation donc je l’ai virée et ça n’a rien changé à la cuisson. C’est pour ça que c’est « un peu comme William Lamagnère » (j’ai failli mettre « à la manière de William Lamagnère » mais je me suis retenue. De justesse).

Continue reading “Tarte tatin un peu comme William Lamagnère” »

Biscuits à la noix de coco et au chocolat en forme de caniche (recette de Felder et Lesecq)

J’ai enfin fini mon vide placard avec la noix de coco râpée. La première et la dernière fois que j’en achète ; pas que je n’aime pas, mais je ne pense jamais à l’utiliser. Il m’a donc fallu 6 mois pour me décider à faire des biscuits à la noix de coco, et pas n’importe lesquels, ceux de Felder et Lesecq. Les proportions sont ultra facile à retenir et la quantité de noix de coco est optimale : le goût n’est pas trop fort, juste ce qu’il faut ! Je les ai trempés dans du chocolat fondu et je les ai amenés au boulot : malgré leur forme… anarchique, ils ont eu beaucoup de succès.

Ces biscuits m’ont également servi à fêter autre chose dont je t’ai déjà un peu parlé : mon diplôme de Sciences Po ! Bah oui, après moult années à hanter les couloirs de Pipo (son petit nom dans le milieu), j’ai fini par être balancée dans le monde du travail, avec tous les désagréments que cela engendre. Mais bon, c’était une bien belle cérémonie, avec tous mes amis, dont L. rentrée spécialement de Buenos Aires, plein de champagne et de petits fours, et une fin rocambolesque -comme toujours- lors du gala en Belgique. Ah, la jeunesse.

Continue reading “Biscuits à la noix de coco et au chocolat en forme de caniche (recette de Felder et Lesecq)” »

Bredeles 2017 : Noisettins et Pain d’amandes

À la suite de notre tournée de panellets, la dream team des éditrices s’est lancée dans les bredeles, avec une soirée thème biscuits de Noël. Beaucoup de matos, de quoi boire (on reste jeune quand même), des chansons de Noël en fond et une digestion sur fond de Friends. On donc arrosé tout ça de vin chaud et de… biéraubeurre. Qui a vaguement le goût de tarte tain liquide. Sympa mais ultra écoeurant.

Nous avons donc testé des cookies au sarrasin et chocolat, qui étaient assez peu réussis, mais aussi un délicieux pain aux amandes et des noisettins ! Mes boss ont adoré les noisettins, mes amies le pain aux amandes… (oui parce que je ramène les restes au boulot. Double rendement). Petite déception, cette année encore je n’ai pas eu l’occasion de faire de stollen… Je garde les recettes pour l’an prochain, histoire que cela devienne vraiment une obsession.

Continue reading “Bredeles 2017 : Noisettins et Pain d’amandes” »