parmesan

Muffins à l’ail des ours

DSCF8505

Lors de ma visite rituelle chez ma mère, j’ai eu l’agréable surprise de découvrir que de l’ail des ours poussait dans le jardin. L’ail des ours, tu sais, ce truc qui ne pousse que pendant une brève période de temps, qui coûte une fortune, qui ressemble à des fleurs normales mais dont les feuilles se mangent, un peu comme de la salade mais avec un arrière goût d’ail. Il me faisait envie depuis un bon moment sur la blogosphère, donc j’ai cueilli une bonne dose, dans l’idée de faire du pesto en rentrant à la maison…

Sauf que j’avais cassé mon mixeur / batteur sur le gâteau à étages de pacs. Bon. En attendant d’en trouver un sur le bon coin (c’est fait depuis), j’ai dû trouver une autre idée, et je me suis rabattue sur ces petits muffins, trouvés chez Piment Oiseau, qui étaient vraiment très bons, aérés, pas trop denses, aussi bons chauds que froids, bref, enfin une bonne recette de base de muffins.

Sinon, pour l’anecdote, chez ma mère, ça pousse prés du muguet, qui évidemment est hautement toxique. Inutile de dire qu’elle a failli empoisonner toute la famille…

Continue reading “Muffins à l’ail des ours” »

Scones au cheddar et à la ciboulette

DSCF8108 DSCF8110

Cela faisait un moment que j’entendais parler des scones de Gracianne… Les scones, en général, je les mange sucrés, nature, avec de la crème et de la confiture (comme à Canterberry avec les copains), mais comme j’aime vivre dangereusement, j’en ai tenté il y a peu des salés, classiques, selon la recette que j’avais noté il y a déjà un moment…

Et bah c’est vachement bon. Rien qu’avec l’odeur qui s’échappait dans la cuisine, j’ai eu des « qu’est ce que tu nous fais de bon ? ». J’en ai gouté un tiède à la sortie du four, c’est top, j’y penserais pour les piques-niques et autres répétitions qui se prolongent…

Et surtout, ce que j’ai retenu, c’est que le secret des scones, c’est de ne pas trop pétrir la pâte (sinon elle est trop dense) et de ne pas les faire cuire trop longtemps (sinon ils ne sont plus moelleux).

Continue reading “Scones au cheddar et à la ciboulette” »

Cobbler de légumes d’été au parmesan

DSCF7680

J’avais déjà réalisé un cobbler à la patate douce ici, pour ceux qui ne connaissent pas encore le concept, c’est génial : une poêlée de légumes (ou de fruits, s’il est sucré) recouverte d’une pâte de scones qui cuisent en aborbant le jus des légumes /fruits, c’est délicieux.

Ici, j’en ai fait un selon les conseils de Becky & Liz, une genre de ratatouille de légumes d’été (pas trés sérieux, ok, c’est pas vraiment la saison) avec des scones au parmesan, mes testeurs ont carrément aimé (Merci Jamy pour ton aide <3) : c’est pas trop compliqué, ça se fait avec les fonds du placard, c’est classe et trop bon, tout ce qu’il faut.

Continue reading “Cobbler de légumes d’été au parmesan” »

Gratin d’oeufs aux épinards et aux champignons

 

Mes colocs étaient moyen convaincues par ce gratin car elles n’aiment pas les épinards
mais notre testeur occasionnel du week end a vraiment aimé, et moi
aussi ! C’est végétarien, pas cher, plutôt sympa niveau présentation, et un bon moyen d’utiliser les oeufs et de finir les légumes
de fond du frigo, car la recette est plutôt adaptable avec les légumes
qu’on veut. Au niveau des proportions, tout dépend de ton plat et du nombre
d’invités : ici j’ai fait 6 oeufs, mais tu peux en faire 12 si t’es
vraiment enthousiaste.

D’ailleurs, je sais pas si t’as vu mais j’ai commencé à noter « sans gluten » dans les tags, donc il n’y a que les articles récents pour l’instant, mais je commence à faire gaffe et à tenter des trucs sans gluten, aprés ma phase desserts vegan…

  • 6 oeufs
  • 200 g d’épinards frais
  • Une dizaine de champignons
  • 1 petit oignon
  • 1 gousse d’ail
  • Parmesan rapé
  • 2 c à c de moutarde
  • 1 c à s de crème fraiche
  • Sel, poivre, herbes de provence

Préchauffer le four à 180°c.

Faire revenir rapidement les épinards dans une poele : les feuilles vont se flétrir et prendre cinq fois moins de place. réserver.

Eplucher et émincer l’oignon et l’ail. Faire revenir dans une poêle avec un peu d’huile d’olive. Laver et émincer les champignons, les ajouter quand les oignons sont transparents. Faire revenir le tout une dizaine de minutes.

Mélanger épinards, champignons, moutarde et crème. Saler, poivrer, ajouter les herbes de Provence au goût.

Dans un plat à gratin, verser la poêlée épinards / champignons, et former des creux assez profonds en formant des sortes de « murs » pour pouvoir mettre les oeufs. Casser un oeuf dans chaque creux.

Recouvrir le tout de parmesan rapé (j’avais aussi mis de la mozza mais je trouvais que le résultat n’était pas top, mieux vaut se contenter de parmesan). Enfourner pour 15 à 30 minutes. Les oeufs doivent être cuits, en sachant que les oeufs au centre seront plus mollets et ceux sur les bords plus cuits, donc il faut arbitrer en fonction des goûts des testeurs. Servir immédiatemment.
Bon ap’ !
 

Pizzas d’aubergine

Mon beau-père fait souvent des petites pizzas sans pâte, en utilisant comme base une rondelle d’aubergine ; c’est délicieux, rapide, et on a vraiment l’impression de manger de la pizza. J’en mangeais déjà souvent chez mes parents, et là mes testeuses ont adoré.

Continue reading “Pizzas d’aubergine” »

Lasagnes végétariennes aux courgettes, à la ricotta et aux petits pois

Alors si, comme mes colocs, tu as eu un instant de déception en voyant que c’était des lasagnes végétariennes, et non pas la version habituelle dégoulinante de viande et de sauce tomate, ne désespère pas.

Parce que déjà, c’est pas parce que c’est végétarien que c’est pas fat (et là y’a du fromage en veux tu en voilà) (comme dans ces lasagnes d’ailleurs) et parce que surtout c’est tellement moins cher que ton porte monnaie post-fêtes va te remercier. Et puis franchement, c’est super bon.

La recette a l’air un peu longue, elle l’est comme toutes les recettes de lasagnes, mais par contre c’est franchement pas compliqué et t’auras de quoi manger pendant un bon moment (ça se congèle au pire).

Continue reading “Lasagnes végétariennes aux courgettes, à la ricotta et aux petits pois” »

Le gateau de croques monsieur, ou le gras au service de l’être humain

Ouf c’est bon, les exams sont passés, et la saison bénie des apéros, des raclettes, du fois gras et de la bière de Noël commence enfin. Du coup, chaque soirée est une bonne occasion de tester une recette, des biscuits, des gateaux, et surtout le comble du gras : le gateau de croques monsieur, récupéré chez Beau à la louche.

Et bah contrairement à ce à quoi je m’attendais, c’était grave bon, et tout a disparu en 2s, donc vraiment recette parfaite pour l’apéro !

Je vous met les doses pour un cake (le mien est une moitié de cake parce que je n’avais pas de moule à cake)

  • 2 crottins de Chavignol
  • 200 ml de crème liquide
  • 3 oeufs
  • 10 tranches de pain de mie
  • 20 g de parmesan rapé
  • 4 tranches de jambon

Préchauffer le four à 180°c.

Découper le chèvre en morceaux, le mettre dans une casserole avec la crème, du sel et du poivre. Une fois le tout fondu, éteindre le feu. Battre les oeufs dans un bol à part et les incorporer à la sauce au fromage en battant tout du long pour que les oeufs ne coagulent pas.

Tapisser un moule à cake de papier sulfurisé, et remplir le fond de pain (découper si cela ne passe pas bien). Verser un peu de crème au fromage et l’étaler pour que ça rentre dans le pain. Ajouter une couche de jambon et saupoudrer de parmesan.

Continuer jusqu’en haut du moule, finir par une couche de pain, une de crème et une de parmesan.

Cuire 30 à 40 min, le dessus doit avoir bien grillé et le couteau doit ressortir propre. 

Servir tiède et tout dévorer vite fait. Bon apéro !

Gratin d’aubergines à la mozzarella et aux olives noires

 
Les révisions ont commencé donc on veut des plats fatos bien réconfortants de l’hiver, mais le gala n’est pas encore passé donc faut rester un minimum sain si on veut pouvoir rentrer dans notre robe… Du coup j’ai voulu faire un truc avec du fromage quand même mais peut être pas trop d’huile non plus et bref tu vois le style. Du coup j’ai fait… des aubergines.

Marron n’aime pas trop les aubergines, mais apparemment celles-ci lui ont plu : c’est un plat bien consistant, super bon, qui rappelle presque des lasagnes en plus sain d’aprés Jaune (fromage + sauce tomate). Bref, recette validée, mais un peu longue, heureusement (non) que je devais réviser en même temps…

  • 3 aubergines
  • 2 boules de mozzarella
  • 1 poignée de pignons de pin
  • Parmesan rapé
  • 500 g de coulis de tomates
  • 1 c à c de concentré de tomates
  • 1 oignon
  • 2 gousses d’ail
  • 1 grosse poignée d’olives noires dénoyautées
  • Sel, poivre, thym

D’abord, faut faire précuire les aubergines, et ça prend longtemps, surtout si t’as qu’une grille de four comme moi. Tu les laves, les coupes en rondelles pas trop épaisses, tu met ça à 180°c sans que les rondelles d’aubergines se superposent et tu les fait cuire jusqu’à ce qu’elles soient tendres !

Préchauffer le four à 180°c.

Préparer la sauce tomate : éplucher et émincer l’oignon et éplucher et écraser l’ail. Les faire revenir dans une poele avec un peu d’huile d’olive jusqu’à ce que les oignons soient transparents. Ajouter le coulis de tomates et le concentré. Ajouter sel, poivre et thym. Laisser mijoter 5 minutes et ajouter les olives. Faire revenir les pignons dans une poele sans graisse. Les ajouter à la sauce tomate. Laisser mijoter encore 5 min.

Couper la mozarella en tranches.

Dans un plat à gratin mettre un peu de sauce au fond, puis un tiers des aubergines, un tiers de la sauce et un tiers de mozzarella. Refaire une deuxième fois. Pour la dernière couche, mettre les aubergines et la sauce tomate, mais réserver la mozzarella. Saupoudrer de parmesan.

Mettre à cuire 25 min. Ajouter la mozzarella et faire cuire 5-10 min de plus.

Ca dégouline de fromage, ça fait des fils, c’est parfait. Bon ap’ !

Gnudi, ou les raviolis sans pâte

Rassure toi, comme toi, je n’avais aucune idée de ce qu’étaient les gnudis jusqu’à ce que je tombe sur ça. C’est des genres de raviolis sans pâte à base de ricotta d’origine toscane, au niveau de la texture ça fait un peu gnocchis / quenelles…

Aprés avoir monstrueusement raté et fait cramé un cake marbré avec les gamins que je baby sitte le mercredi, j’étais contente de me jeter sur un bon plat bien fat et, -ultime bonus- réussi.

C’est un peu long à former et à cuire mais c’est super bon, introuvable dans le commerce, moins chiant à faire que les raviolis normaux, et super bon avec une sauce tomate ou -comme moi- avec de la crème et encore un peu de parmesan.

Pour deux personnes : 

  • 250 g de ricotta
  • 50 g de pousses d’épinards fraiches
  • 40 g de parmesan
  • 5 c à s de farine + de quoi enrober les gnudis
  • 1 c à s de chapelure
  • 1 œuf

Hacher les épinards et les faire revenir quelques minutes (vraiment rapidement) dans une poele pour que les feuilles tombent.

Dans un saladier, mélanger ricotta, les épinars, le parmesan, la farine, la chapelure et l’oeuf. Bien mélanger, ajouter sel et poivre.

Laisser une heure au frigo.

A l’aide de petites cuillières, former des genres de petites quenelles. Les rouler dans la farine et les déposer espacés au fur et à mesure sur une planche à découper pour éviter que les gnudis collent entre eux.

Faire bouillir de l’eau dans une casserole. Faire cuire les gnudis dans l’eau, en les retirant à l’écumoire une fois qu’ils remontent à la surface (2-4 minutes). Met pas tout dedans en même temps sinon ils vont tous se coller entre eux. Les déposer sur une assiette / planche, espacés pour pas qu’ils ne collent.
Là techniquement, les gnudis sont cuits, mais comme ça c’est vraiment pas top, donc juste avant de les manger, fait les revenir 5-10 min dans une poêle avec un peu de matière grasse.
Voilà, bon appetit !

Gnocchis en bouillon de parmesan aux abricots secs

J’adore cette recette pour les gnocchis, elle met un peu de temps mais rien que pour pouvoir manger les abricots secs en cuisinant, ça vaut le coup. Et c’est plutôt classe comme plat, si t’invites tes parents à manger mais que t’as pas de sous pour acheter de la viande…

Pour deux personnes :

  • Un bouillon-cube de volaille
  • 400 ml de lait
  • 150 g de parmesan
  • Le zeste d’un citron
  • 60 g d’abricots secs
  • Une boite de gnocchis pour deux
  • Quelques feuilles de basilic

Dans une casserole, faire frémir le lait avec le bouillon-cube jusqu’à ce que celui-ci soit bien dilué. Ajouter les 3/4 du parmesan et le zeste de citron. Bien mélanger.

Faire cuire quelques minutes les gnocchis dans de l’eau bouillante. Les mettre dans une poêle avec la moitié du bouillon : les gnocchis vont absorber le bouillon et finir de cuire. Une fois le bouillon absorbé, les faire revenir un peu pour qu’ils grillent légérement.

Servir avec le bouillon restant, les abricots coupés en dés, des lanières de basilic et le parmesan restant