parmesan

Gratin d’aubergines à la mozzarella et aux olives noires

Les révisions ont commencé donc on veut des plats fatos bien réconfortants de l’hiver, mais le gala n’est pas encore passé donc faut rester un minimum sain si on veut pouvoir rentrer dans notre robe… Du coup j’ai voulu faire un truc avec du fromage quand même mais peut être pas trop d’huile non plus et bref tu vois le style. Du coup j’ai fait… des aubergines.

Marron n’aime pas trop les aubergines, mais apparemment celles-ci lui ont plu : c’est un plat bien consistant, super bon, qui rappelle presque des lasagnes en plus sain d’après Jaune (fromage + sauce tomate). Bref, recette validée, mais un peu longue, heureusement (non) que je devais réviser en même temps…

Continue reading “Gratin d’aubergines à la mozzarella et aux olives noires” »

Gnudi, ou les raviolis sans pâte

Rassure toi, comme toi, je n’avais aucune idée de ce qu’étaient les gnudis jusqu’à ce que je tombe sur ça. C’est des genres de raviolis sans pâte à base de ricotta d’origine toscane, au niveau de la texture ça fait un peu gnocchis / quenelles…

Aprés avoir monstrueusement raté et fait cramé un cake marbré avec les gamins que je baby sitte le mercredi, j’étais contente de me jeter sur un bon plat bien fat et, -ultime bonus- réussi.

C’est un peu long à former et à cuire mais c’est super bon, introuvable dans le commerce, moins chiant à faire que les raviolis normaux, et super bon avec une sauce tomate ou -comme moi- avec de la crème et encore un peu de parmesan.

Pour deux personnes : 

  • 250 g de ricotta
  • 50 g de pousses d’épinards fraiches
  • 40 g de parmesan
  • 5 c à s de farine + de quoi enrober les gnudis
  • 1 c à s de chapelure
  • 1 œuf

Hacher les épinards et les faire revenir quelques minutes (vraiment rapidement) dans une poele pour que les feuilles tombent.

Dans un saladier, mélanger ricotta, les épinars, le parmesan, la farine, la chapelure et l’oeuf. Bien mélanger, ajouter sel et poivre.

Laisser une heure au frigo.

A l’aide de petites cuillières, former des genres de petites quenelles. Les rouler dans la farine et les déposer espacés au fur et à mesure sur une planche à découper pour éviter que les gnudis collent entre eux.

Faire bouillir de l’eau dans une casserole. Faire cuire les gnudis dans l’eau, en les retirant à l’écumoire une fois qu’ils remontent à la surface (2-4 minutes). Met pas tout dedans en même temps sinon ils vont tous se coller entre eux. Les déposer sur une assiette / planche, espacés pour pas qu’ils ne collent.
Là techniquement, les gnudis sont cuits, mais comme ça c’est vraiment pas top, donc juste avant de les manger, fait les revenir 5-10 min dans une poêle avec un peu de matière grasse.
Voilà, bon appetit !

Gnocchis en bouillon de parmesan aux abricots secs

J’adore cette recette pour les gnocchis, elle met un peu de temps mais rien que pour pouvoir manger les abricots secs en cuisinant, ça vaut le coup. Et c’est plutôt classe comme plat, si t’invites tes parents à manger mais que t’as pas de sous pour acheter de la viande…

Pour deux personnes :

  • Un bouillon-cube de volaille
  • 400 ml de lait
  • 150 g de parmesan
  • Le zeste d’un citron
  • 60 g d’abricots secs
  • Une boite de gnocchis pour deux
  • Quelques feuilles de basilic

Dans une casserole, faire frémir le lait avec le bouillon-cube jusqu’à ce que celui-ci soit bien dilué. Ajouter les 3/4 du parmesan et le zeste de citron. Bien mélanger.

Faire cuire quelques minutes les gnocchis dans de l’eau bouillante. Les mettre dans une poêle avec la moitié du bouillon : les gnocchis vont absorber le bouillon et finir de cuire. Une fois le bouillon absorbé, les faire revenir un peu pour qu’ils grillent légérement.

Servir avec le bouillon restant, les abricots coupés en dés, des lanières de basilic et le parmesan restant

Lasagnes butternut – ricotta – mozzarella

Pour l’instant, dans notre nouvel appart, nous n’avons pas internet. Je suis sûre que tu conçois la douleur que cela représente, qui m’oublie donc à écrire mes articles en cours d’anglais. On fait ce qu’on peu avec ce qu’on a… Mais du coup, ça met longtemps, il me faut les photos et les recettes sous la main, bref si je publie peu en ce moment c’est pas ma faute.

Pourtant, on cuisine dans cette fameuse coloc ! Toujours des tests, pas toujours bons (exemple pris au hasard : de la pâte à macarons de Nancy, qui a fini étalée sur une plaque et raclée à la cuillère. Grande classe), et finalement on mange beaucoup. Et comme on est toutes les trois fans du gras, et que l’hiver arrive, c’était le moment parfait pour des lasagnes bien fat d’hiver, inspirées d’ici.

Edit : j’ai refait cette recette, que j’ai un peu allégé par rapport à la version de base, qui était très lourde, c’est toujours aussi bon et cocooning ! J’étais toute seule cette fois-ci donc j’avais divisé les doses par deux et fait ça dans un moule à cake : c’est une super technique.

Continue reading “Lasagnes butternut – ricotta – mozzarella” »

La vraie recette des pâtes à la Carbonara

 

La fête de la musique, c’est toujours un peu limite ; on galère à trouver des groupes sympas, il fait moche, t’as des gens bourrés partout… Mais cette fête de la musique là a révolutionné ma vie. J’ai en effet appris la vraie recette des pâtes à la Carbonara, qu’en fait nous les français on fait n’importe comment.

Alors déjà t’as pas de crème.

Ni de lardons.

Gros choc culturel. J’en ai même révé pendant la nuit. Du coup, petit frère n°2 et moi, ce midi, on a mangé des carbos. Et des vraies ! Interdiction de rajouter/enlever des ingrédients, il faut tout suivre à la lettre.

Pour deux personnes :

  • 200 g de tagiatelles fraiches (au rayon frais du supermarché donc, pas avec le reste des pâtes)
  • 1 oeuf + 2 jaunes (un oeuf pour le plat et un jaune par personne)
  • Du parmesan Parmigiano Reggiano, non rapé
  • Pancetta (arrotolata ou affumicata), voire du guanciale (joue de cochon) mais ça a priori, tu ne le trouveras pas en supermarché
  • sel, poivre, huile d’olive
  • Eventuellement un peu d’ail
Faire cuire les tagiatelles al dente dans un grand volume d’eau salée. Et pas la peine de mettre de l’huile dans l’eau !
 
Pendant ce temps, battre ensemble l’oeuf et les jaunes jusqu’à ce qu’ils soient mousseux. Puis, ajouter le parmesan rapé à la main, avec une rape à fromage comme dans l’ancien temps, et battre encore quelques minutes. Poivrer.
Dans une poele, faire revenir la pancetta avec un peu d’huile d’olive (un tout petit peu !) jusqu’à ce qu’elle ait doré.
Egoutter les pâtes, ajouter les oeufs et le parmesan, a mélanger directement sinon les oeufs vont cuire et ça va faire des bouts d’omelette partout dans tes pates, ça sert à rien et c’est moche. Rajoute la pancetta et mélange ! Tu peux rajouter un peu de parmesan avant de manger.
Bon ap’. Et vive le gras.