About Celle qui a faim

Etudiante sur Lille, j'aime manger, tester des trucs, et torturer mes amis, ma famille et mes colocs Jaune et Marron [noms de code] avec plein de petits plats, plus ou moins mangeables et expérimentaux.

Posts by Celle qui a faim:

Tofu laqué à l’orange

Toujours dans la perspective de mon gros article sur « Que faire avec le tofu, tempeh, seitan et autres bizarreries », j’ai testé une nouvelle manière de le faire mariner, qui est délicieuse ! En fait, aux États-Unis -ou en tous cas à New-York-, le tofu est incroyablement peu cher.  De manière générale, le prix du bio est très semblable au prix du pas bio, cela se joue à quelques dizaines de centimes. Je lutte donc contre mes instincts de radine qui me poussent presque toujours à prendre le moins cher (excepté pour certains produits clés comme le beurre, les carottes ou le chocolat), et je mange de plus en plus bio.

Paradoxalement, les États-Unis sont le royaume du sur-emballage : certains fruits sont emballés individuellement PUIS mis dans une boite en carton elle même plastifiée. Lorsque j’arrive avec mes tote-bags et que je refuse les (doubles) sacs en plastique, je récolte soit des regards mécontents (oui), soit des regards franchement étonnés qui conduisent à des félicitations. Tout est loin d’être parfait en France évidemment, mais le vrac est quand même bien plus répandu, et surtout le fait de devoir payer des sacs en plastique décourage beaucoup plus…

Continue reading “Tofu laqué à l’orange” »

Banana bread au dulce de leche

Pendant mes vacances en Bretagne, j’ai pu profiter du fait que A. avait ramené un pot de dulce de leche d’Argentine ; comme j’avais déjà fait des alfajores de maicena et que de toute façon la cuisine familiale bretonne n’était pas assez équipée pour des biscuits, je me suis lancée dans un banana bread marbré au dulce de leche avec quelques pépites de chocolat noir… Deux histoires marrantes à propos de ce banana bread (enfin marrantes, je m’avance peut-être un peu) :

La première fois que j’ai tenté un banana bread, il y a quelques années de cela, bien avant le blog, Petit Frère N°1 était devenu extatique. Il avait déclaré que c’était la meilleure recette que j’avais jamais faite (depuis, je me suis un peu améliorée quand même) et en avait dévoré une bonne partie. Alors quand j’ai retenté l’expérience, il y a un an et demi, il était là, prêt à avaler l’imprudent gâteau séance tenante. Manque de pot, en regardant s’il était cuit, j’ai tiré la grille du four trop brusquement et il s’est écrabouillé au fond du four. En panique, Petit Frère N°1 et moi nous sommes jetés dessus ; j’étais désespérée, mais il a tout simplement ramassé la bouillie à la cuillère, l’a remis dans le moule et a relancé la cuisson. Ni vu ni connu. J’étais convaincue par son idée de génie qui m’évitait de jeter le gâteau, mais en fait c’était franchement pas terrible, pas seulement à cause de cette étrange double cuisson mais car la texture était trop molle, pas assez aérée.

Alors quand j’ai voulu retenter un banana bread, avec le fameux dulce de leche de A., j’ai essayé une autre recette. Mais vu le dépouillement de la cuisine, on s’est arrangés : on a bidouillé les quantités en diminuant drastiquement le sucre, viré le buttermilk parce qu’on en avait pas, adapté à ce qu’on avait sous la main, et puis on se dit qu’on s’en souviendrait. GROSSIÈRE ERREUR. Au moment de commencer cet article, j’ai dû appeler A. en urgence pour savoir s’il avait toujours les captures d’écran qu’il avait fait de la recette de base, et s’il se souvenait si on avait eu assez de farine ou si on avait juste compensé avec des bananes, si on avait mis assez de lait ou si j’en avait rajouté pour le fun… Bref, heureusement qu’il était là, et que j’ai pu reconstituer cette délicieuse recette, UNE TUERIE ! Le banana bread est juste assez aéré et juste assez sucré, les becs sucrés peuvent rajouter le reste de dulce de leche, et les autres le manger comme ça, ou griller une tranche au grille-pain et laisser fondre un peu de beurre salé dessus… Il a disparu aussitôt et a été validé par la communauté de testeurs. Si tu veux supprimer le dulce de leche, tu peux rajouter un peu de sucre dans la pâte, si tu veux le remplacer par du Nutella, tu peux supprimer les pépites de chocolat…

Continue reading “Banana bread au dulce de leche” »

Pêches pochées dans du sirop de verveine

Je t’avais déjà parlé de la verveine du jardin de ma tante (on dirait le titre d’un roman de Proust). Cette année, malheureusement, je n’ai pas pu avoir ma cargaison habituelle, mais j’ai profité de ce qui me restait avant de déménager de Paris, en l’utilisant dans cette recette super simple (trouvée sur Gastelovore, dont les titres sont toujours aussi inspirants, ici, « les pêches savantes »), qui permet de faire un dessert un peu fancy avec trois fois rien. Et pour le coup, je me retrouve en effet avec trois fois rien (pour cuisiner, je ne parle pas de mon assurance maladie, même si on pourrait en parler de cette blague) aux États-Unis. Je ne voulais rien acheter et me contenter de ce qui était fourni dans ma maison (il y a tout de même un blender et un extracteur de jus dernier cri), mais j’ai craqué et j’ai acheté un batteur à oeufs, une balance (les cups, cette invention incompréhensible) et un unique plat pour tous mes gâteaux à venir (attends toi à le voir beaucoup sur les photos). De même, je n’arrive toujours pas à trouver certains ingrédients (adieu crème fleurette) même si j’en découvre des nouveaux (coucou le beurre de macadamia), et si certains sont beaucoup moins chers (les oléagineux) d’autres le sont beaucoup plus (j’ai trouvé du vrai beurre salé qui coûte un rein mais je ne regrette rien). Bref, les États-Unis, une découverte culinaire permanente.

Continue reading “Pêches pochées dans du sirop de verveine” »

Chirashi à la mangue et à l’avocat

Après mon chirashi au saumon et à l’avocat, assez classique, j’ai décidé de twister les choses sur les conseils de mon ancienne collégue au nom de fleur. J’ai voulu réitérer l’exploit des roses et j’ai foiré celle d’avocat mais c’est pas grave ! Le twist d’utiliser la mangue au lieu d’un poisson permet de véganiser le plat sans effort, et la mangue dans les plats salés fait toujours son ptit effet.

Je t’ai souvent raconté comment mes tupperwares à midi attiraient les regards et les questions ; ici, à NY, c’est bien pire. Je suis souvent la seule à avoir mon tupperware au boulot ou à l’université, et mes colocs me regardent préparer mes repas pour la semaine, impressionnés mais en même temps très étonnés que je n’aille pas tout simplement prendre un truc à emporter. En effet, j’ai l’impression que tous les midis, les new-yorkais vont acheter leur salade, leur bagel ou autre, et je ne peux pas m’empêcher de me dire que ça doit représenter un budget énorme, surtout associé au latte du matin (bu dans le métro ou sur la route vers le travail) et au take-out du soir (je ne compte même plus le nombre de tupperwares de take-out stockés dans les placards de la maison (j’en profite pour préciser que si tes colocs ont tendance à commander du riz simple quand ils commandent du take-out japonais qu’ils ne finissent jamais, c’est l’occasion parfaite pour faire ce plat (ou un Tamago-Kake gohan))). En même temps, il y a une si grande variété de plats que ça donne envie de tout goûter… Bref, j’ai envie de finir par « à méditer », mais après on va croire que c’est un blog sérieux et que la question du chirashi dans les tupperwares est une question de société…

Continue reading “Chirashi à la mangue et à l’avocat” »

Bibimbap végétarien tout vert

Mais si, tu sais, le Bibimbap, ce truc coréen super joli avec plein d’ingrédients différents rassemblés dans un bol sur un lit de riz et avec un oeuf au milieu ! Comment ça ça ressemble au Buddha Bowl et autre Poke Bowl ? Peut-être, mais pour le coup, c’est un plat traditionnel coréen ; cette version est végétarienne, mais l’originale contient en général du boeuf. En Corée, je n’avais malheureusement pas eu l’occasion d’y goûter, et cela reste un de mes grands regrets, mais je me rattrape à New York, car inutile de te dire que Koreatown et Chinatown font partie de mes endroits préférés ici !

Est-ce que c’est bon ? Évidemment sinon je ne le publierai pas. Est-ce que c’est long ? Oui, un peu, parce qu’il faut faire cuire tous les ingrédients séparément (et en plus après tu mélanges tout donc ça n’a servi à rien). Est-ce que ça en jette ? Grave. Est-ce que je dois publier cette recette depuis des années mais je ne l’ai pas fait parce que c’est vachement long à écrire ? Grave.

Continue reading “Bibimbap végétarien tout vert” »

Gâteau super moelleux aux myrtilles

Cette année, comme chaque année, je suis allée passer des vacances familiales en Bretagne. Je pourrais de nouveau te rabâcher à quel point ces séjours iodés me sont essentiels, et à quel point j’aimerais pouvoir y passer plus de temps, mais tu vas commencer par en avoir marre de mon radotage. Alors je vais aller droit au point de mon article : la bouffe. En Bretagne, on mange BEAUCOUP (trop). Pendant, évidemment, le long d’interminables apéros, repas et autres auberges Espagnoles (je n’ai pas encore tout mis en ligne, mais cette année j’ai notamment cuisiné cette salade de pommes de terres et poivrons rôtis avec du chorizo, mes fameuses pizzas d’aubergine, un crumble aux pommes, un gâteau cramé que tu ne verras jamais, un délicieux banana bread au dulce de leche que tu verras prochainement…), mais aussi avant, car il faut se donner des forces pour survivre à un covoit de 6h dû à l’annulation des trains venant de la gare Montparnasse…

J’ai donc fait une salade pour A. et moi, et puis j’ai trouvé ce gâteau sur Cake in the city… Un délice : il est TELLEMENT moelleux ! A. n’arrête pas de m’en reparler, il a été dévoré à toute vitesse ! Le secret, c’est le lait ribot qui lui donne cette texture…

Continue reading “Gâteau super moelleux aux myrtilles” »

Calamars aux poivrons et aux tomates

Si le temps en France (ou en tous cas à Paris et à Lille), est rarement clément en septembre, à New York, c’est clairement l’été indien. On profite encore des cinés en plein air, des cours de yoga dans les parcs, des rooftops et des barbecues dans la rue. Du coup, moi, je profite encore des légumes d’été, tout en attendant les courges avec impatience (le Pumpkin Spice Latte a déjà fait son apparition dans les Starbucks, c’est un évènement tellement énorme ici qu’on en a parlé en cours !) Je te présente donc une recette de tapas, délicieuse à l’apéro sur du pain ou en plus grosse quantité en plat principal. Cela me fait penser que je n’ai jamais fait tous les plats que j’avais imaginé pouvoir figurer dans mes classiques espagnols quand j’habitais en Espagne… Un jour, je publierai des patatas bravas et autres hornazos.

Continue reading “Calamars aux poivrons et aux tomates” »

Pesto de betteraves

Pour transformer ton plat de pâtes en un joli tourbillon tout rose, voilà la recette parfaite. La betterave apporte beaucoup de fraîcheur, et ne prend pas le dessus comme le pesto normal ; perso j’en mets presque autant que de pâtes.

De ce côté de l’océan Atlantique, mes colocs américains ont commencé à comprendre que j’adorais cuisiner des trucs chelous. Et moi je commence à avoir le vocabulaire pour leur expliquer en détail tout ce que je fais. Ca s’appelle de la mixité interculturelle.

Continue reading “Pesto de betteraves” »

Aubergines farcies à l’orientale et à l’oeuf

Cette recette est un mix entre les aubergines imam bayildi (dont j’ai refait les photos récemment d’ailleurs !) et la shakshouka : des oeufs cuits dans une sauce épicée… avec de l’aubergine. Un plat épicé bien réconfortant et délicieux, pour dire au revoir aux légumes d’été ! À vrai dire, je suis pressée de voir arriver les courges, surtout que la saison de la pumpkin pie arrive à grands pas aux États-Unis… Je prépare des articles sur mes découvertes culinaires américaines, donc attends toi à plein de gras ! (mais pas que)

Continue reading “Aubergines farcies à l’orientale et à l’oeuf” »

Salade de pommes de terres rôties, poivrons confits, tomates, oignons rouges et chorizo

Avec les copains cet été, nous avons pris les sacs, la crème solaire, les clés de la voiture de location et nous sommes partis dans le Vercors. Certes, ce n’est pas la première destination à laquelle on pense pour quatre jeunes ayant la vingtaine et pas beaucoup d’argent, mais c’était la destination parfaite ! Une ancienne école convertie en maison dont les baies vitrées donnaient sur une magnifique vue du plateau, la tranquillité parfaite pour faire des barbecues et prendre l’apéro, des paysages à couper le souffle, des lacs, et des marchés pleins de bons produits.

Face à la perspective de pouvoir cuisiner tout mon soûl pour 4 personnes pendant 5 jours, autant te dire que j’étais… aux anges ! Même si j’étais limitée en termes d’ingrédients et d’accessoires de cuisine (il y avait un piano de cuisine complètement dingue qu’on a galéré à allumer chaque soir), j’ai pu improviser plein de choses avec les moyens du bord, dont cette salade (recette également approuvée par mes cousins Bretons et mes amis Lillois) qui a fait l’unanimité ! Elle est plutôt à préparer à l’avance, mais elle se fait avec des ingrédients de base (promis) et est très facilement adaptable. Tu peux remplacer le chorizo par des restes de poulet rôti, ou par des tomates confites si tu es végé.

Continue reading “Salade de pommes de terres rôties, poivrons confits, tomates, oignons rouges et chorizo” »