Relativement sain (enfin j’essaie)

Le lundi de février des soupes : du réconfort à la louche (de soupe) (tu l’as ?)

L’hiver, très froid à Paris (on critique le Nord mais en fait…), se finit doucement. Comme chaque hiver, il a été accompagné de moult moult soupes ; je t’ai déjà parlé de mes difficultés à obtenir des bonnes soupes, d’où ces articles pour donner des associations réussies, afin de t’aider si tu es aussi paumé que moi (je suis comme ça, de rien). Eh bien je suis fière de t’annoncer que je me suis carrément améliorée, et que mes soupes sont de plus en plus réussie ! J’en fais même quand j’ai des invités ou que j’amène à manger chez quelqu’un, c’est dire… Voilà donc les bonnes recettes de février.

Soupe thaï aux lentilles corail et à la patate douce

Mon chouchou absolu de cet hiver. Une soupe super douce, un peu piquante, bien assaisonnée. Un peu la version soupe du dahl… Avec le citron vert pour servir, c’est un délice.

Edit : je l’ai faite à mon père, il a adoré ; il n’en revenait pas, à croire qu’il n’a pas confiance en mes capacités culinaires…

  • 2 c à c de pâte de curry (rouge, verte ou jaune… tout dépend de à quel point tu aimes le piquant)
  • 200 g de lentilles corail
  • 3 carottes
  • 1 patate douce
  • 1 oignon
  • 1 bouillon cube (ou du bouillon maison)
  • 200 ml de lait coco
  • Sel, poivre, curry, curcuma, paprika, gingembre, cumin
  • Coriandre et jus de citron vert pour servir
  • Dans les soupes j’aime bien ajouter les légumes qu’on ne sait pas comment utiliser : le « tronc » du brocolis en morceaux, les feuilles de chou-fleur, les carottes trop molles, les fanes de radis… ça rajoute de la verdure et permet d’utiliser les trucs qu’on en sait pas trop utiliser, et puis souvent, ça épaissit la soupe sans en changer le goût.

Éplucher et émincer l’oignon. Le faire revenir dans un peu d’huile d’olive dans une grande cocotte. Une fois l’oignon transparent, ajouter la patate douce épluchée et coupée en morceaux, les lentilles, les carottes épluchées et coupées en rondelles, la pâte de curry, le bouillon cube, le curry, curcuma, paprika, gingembre, cumin et le lait coco. Et puis les légumes « bonus » si tu en as. Oui, tout d’un coup. Izi les soupes. Si le lait coco ne recouvre pas tout (et c’est probablement le cas), ajouter de l’eau pour couvrir les légumes.

Couvrir la casserole et laisser mijoter 20-30 min, en remuant de temps en temps, et en ajoutant de l’eau si nécessaire.

Mixer. Goûter et rectifier l’assaisonnement si nécessaire. Servir avec de la coriandre hachée et du jus de citron vert.

Soupe d’Ottolenghi au potimarron, orange, safran et graines caramélisées

Je pense que maintenant, pour les recettes d’Ottolenghi, je ne vais rien ajouter d’autre que : Ottolenghi = perfection. C’est toujours des recettes pas trop compliquées, avec un twist qui fait toute la différence et en fait une cuisine hyper parfumée.

  • 1 potimarron
  • 1 gros oignon
  • Zestes d’1 orange bio
  • 2 carottes
  • 1 capsule de pistils de safran (ça se trouve en supermarché sous forme de capsule, c’est un peu cher mais personnellement j’en utilise assez peu donc folie raisonnable je trouve)
  • 1 bouillon cube

Pour les graines :

  • 1 poignée de graines de courge et de tournesol. Personnellement, je n’avais que du tournesol.
  • 1 c à s de sirop d’érable (ou de sirop d’agave si tu es vegan)
  • 1 c à c d’huile d’olive.
  • 1 c à c de sucre roux
  • Sel, poivre

Commencer par la soupe : Enlever les extrémités et les pépins de la courge avant de la couper en morceaux. Éplucher et émincer l’oignon, éplucher et couper les carottes en rondelles. Dans une grande casserole, faire revenir l’oignon avec un peu d’huile olive. Une fois qu’il est devenu transparent, ajouter de l’eau, le bouillon cube, le potimarron, le safran et les carottes. Laisser cuire 25 min, puis ajouter les zestes, et laisser 5 min de plus jusqu’à ce que les légumes soient fondants. Mixer.

Pendant ce temps là, préparer les graines : préchauffer le four à 180°c. Mélanger tous les ingrédients à part les graines dans un bol, et y ajouter les graines. Le tout fait une mixture collante, qu’il va falloir étaler au mieux sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé. Enfourner pour 10 min, puis retirer la feuille de la plaque pour laisser refroidir : les graines caramélisées vont durcir, et on va pouvoir hacher grossièrement.

Servir la soupe avec les graines à disposition.

Soupe de carottes au tahini et aux pois-chiches grillés

J’adore les carottes. Je pense que je t’en parle tout le temps, d’ailleurs je ne les marque jamais sur ma liste de courses vu que de toute façon j’en achète à chaque fois. Sauf qu’à force de remettre des nouvelles carottes dans le bac, il y en a toujours qui restent au fond et qui deviennent vieilles et molles… Mais pas besoin de les jeter ! Comme les troncs de brocolis ou les feuilles de chou-fleur (ici j’ai d’ailleurs ajouté un reste de brocolis), il suffit d’en faire une soupe ! En ajoutant une bonne cuillère de tahini, et des pois-chiches grillés pour le côté croquant (c’est facultatif of course), plein de protéines et une soupe originale alors qu’en vrai c’est les restes du frigo.

Éplucher et émincer 1 oignon, éplucher et couper 5-6 carottes en rondelles. Dans une grande casserole, faire revenir l’oignon avec un peu d’huile olive. Une fois qu’il est devenu transparent, ajouter de l’eau, 1 bouillon cube, un peu de cumin et de jus de citron et les carottes. Laisser cuire 20 min, puis ajouter 1 grosse c à s de tahini. Laisser cuire 5min de plus, mixer et rajoutant de l’eau si nécessaire. Servir avec des pois-chiches grillés aux herbes, qui peuvent se faire pendant que la soupe cuit !

Bon ap’ !

Shakshouka thaïe aux amandes et à la feta

Si tu me suis depuis un moment, tu remarqueras peut-être que cet article est une republication d’un ancien article : ayant grandement amélioré la photo et surtout la recette, et ayant reçu plusieurs messages sur instagram à la suite d’une story sur ce plat, je me suis décidée à le remettre en avant.

La Shakshouka est un plat d’origine tunisienne ou algérienne, qui rappelle un peu le gratin d’oeufs, dans laquelle les œufs cuisent dans une sorte de ratatouille épicée.“Shakshouka” veut dire “tout mélangé” (comme quoi, ma LV5 sert). J’ai fait ma version avec des épices et des condiments thaï, de la feta et des amandes pour une petite touche perso, et c’était le twist parfait à mon goût !  C’est un plat très bien pour un brunch, avec un pain pita par exemple…

Continue reading “Shakshouka thaïe aux amandes et à la feta” »

Kébbé (ou kibbé) végétarien au sarrasin, potimarron et oignons confits

Pour finir la saison des courges, j’ai fait une razzia de potimarron, butternut et potiron, que tu vas voir déferler sur le blog et sur instagram, parce que je suis quelqu’un de tout à fait normal et que je ne fonctionne pas du tout par périodes. Même si j’ai hâte de revoir les fruits d’été, les melons, tomates etc, ça va me faire bizarre de ne pas revenir de courses le dos plié en deux sous le poids des courges. Je pourrais écrire un pavé sur le temps qui passe et la vieillesse et les saisons et le réchauffement climatique mais c’est pas mon style (tmtc).

Passons donc à la nourriture, et à ce que j’ai fait de ces fameuses courges : le kébbé/kibbé est un plat libanais, qui dans sa version traditionnelle a une farce de viande hachée (remplacée ici par des oignons rouges confits et épicés avec des noix) entre deux couches de boulgour (remplacé ici par du potimarron/kasha). Ici, les oignons confits ajoutent un parfum plus doux et qui contraste mieux avec le potimarron et le kasha à mon goût. J’ai trouvé cette variante sur la blogosphère et elle a beaucoup plu à mes testeurs : le temps de réchauffer le kibbé, une odeur délicieuse se répandait dans l’appartement. On avait beau s’être déjà goinfrés en commençant par le dessert, on a tout mangé à même le plat…

Continue reading “Kébbé (ou kibbé) végétarien au sarrasin, potimarron et oignons confits” »

Steaks végétariens de courge butternut et kasha

Quand tu manges peu de viande, même si tu n’es pas végé, tu te retrouves face à des réactions étonnées, amusées, outragées, dont la première est : « Ah moi je ne pourrais pas me passer de viande ».

Mais en fait, en mangeant moins de viande, on se force souvent à être plus créatif, et on découvre des nouveaux goûts géniaux ! C’est le cas notamment pour tout ce qui est boulettes, galettes et steaks, et c’est pour ça que j’adore ça ! Voilà donc mon nouveau venu dans la série : des steaks végétariens à base de courge et de kasha (du sarrasin grillé qu’on trouve facilement en épiceries bios), qu’on a mangés dans un sandwich avec le reste de chèvre, des épinards frais et un filet de miel. Un délice, que j’ai déjà refait deux fois, et qui plaît aux carnivores !

Continue reading “Steaks végétariens de courge butternut et kasha” »

Choux de Bruxelles et courge butternut rôtis, noix de pécan, feta et cranberries

J’avoue, je ne respecte pas toujours les saisons quand il s’agit de faire mes courses. Autant je suis sérieuse pour les fruits et la plupart des légumes (type courge), mais je suis tellement habituée à manger des tomates et courgettes toute l’année que j’ai du mal à les éliminer l’hiver… Même au marché, on trouve toujours de tout !

Mais là, j’ai décidé d’être ultra sérieuse. Je te présente donc un plat 100% hiver, super facile, avec des légumes d’hiver, des cranberries et une sauce à l’orange qui relève les légumes rôtis !

J’en profite pour tous vous remercier pour vos messages post-Nouvel an, c’était fort sympathique. Rien ne me fait plus plaisir que de lire vos messages (ça et manger, on va pas se le cacher).

Continue reading “Choux de Bruxelles et courge butternut rôtis, noix de pécan, feta et cranberries” »

Rösti géant orange de patate douce, carotte et courge avec des petits pois, de la roquette et de la feta comme Jamie Olivier

J’ai réalisé ce plat à l’occasion d’un repas de retrouvailles avec mes ex-colocataires à Lille. Jaune et Marron, ces carnivores, ont carrément apprécié et n’ont même pas fait remarquer qu’encore une fois il n’y avait pas de viande, une vraie victoire pour le peuple (et le végétarisme) (et la planète).

Ce rösti géant est délicieux, croustillant à l’extérieur et fondant à l’intérieur, et les légumes qui accompagnent sont un vrai plus ! Bref, une recette validée par le comité de la flemme mais uniquement si tu as un robot. Franchement, c’est chiant à râper à la main .

La recette de base utilise des pommes de terre mais je préfère largement les patates douces : du coup, les röstis manquent d’amidon pour tenir, donc n’hésites pas à ajouter un œuf si ça ne tient pas. Si tu préfères les pommes de terre (ou que tu as la flemme de sortir faire les courses), tu peux enlever 1 œuf. Tu peux aussi varier les légumes selon ton goût (panais, navets, carottes…) et tu peux en faire des petites galettes pour burgers par exemple.

Continue reading “Rösti géant orange de patate douce, carotte et courge avec des petits pois, de la roquette et de la feta comme Jamie Olivier” »

Boulettes potimarron-marrons à la chapelure de noisettes

Enfin le retour de la boulette végé ! (zéro référence musicale ici) Comme tu as dû t’en rendre compte, je suis complètement fan des boulettes et galettes végétariennes, mais je n’avais jamais testé celles de Clémence Catz. Jusqu’à aujourd’hui… j’ai découvert d’ailleurs qu’elle avait carrément écrit un livre sur le sujet ! (c’est pas bientôt mon anniversaire mais je pose ça là quand même)

Le plus intéressant ici, c’est la chapelure de noisette, qui grille au four, c’est un délice… Tu peux évidement remplacer les noisettes par les oléagineux de ton choix. J’ai dévoré ça avec du chutney de pommes, mais une sauce au yaourt et à la menthe irait aussi parfaitement ! Et pour une fois, la cuisson au four les laisse fondantes…. bref, à tester absolument.

D’autres recettes de boulettes végés :

Continue reading “Boulettes potimarron-marrons à la chapelure de noisettes” »

Navets rôtis au miel

Dans ma série « légumes d’hiver rôtis » et « détox de janvier » (moyennement réussie maintenant qu’on en parle), voilà les navets. Tout comme le chou rouge et les choux de Bruxelles, ça ne fait pas rêver, mais ça peut être vraiment délicieux. J’ai mangé ça au lendemain du nouvel an, avec les restes de foie-gras et de saumon fumé, voilà. La vie est trop dure.

Comme dans cette tarte tatin, le miel rend les navets fondants et délicieux ! Ils caramélisent avec le miel et la sauce soja, tu peux aussi ajouter du sésame et servir avec de la coriandre par exemple !

Continue reading “Navets rôtis au miel” »

Chou rouge à cuisson lente aux raisins secs

Te voilà face au plat le moins sexy de l’année, le moins food porn, celui qui va faire le moins baver tes amis, bref celui qui ne fait pas rêver. Mais te voilà aussi face à la technique pour manger du bon chou rouge cuit. Sans l’odeur ni le goût du chou bouilli de la cantine. De rien.

Personnellement je mange surtout le chou rouge cru en salade, pour son croquant et sa couleur (comme ici par exemple), et j’ai eu beaucoup de mal à trouver une bonne recette de chou rouge cuit. La clé, c’est la cuisson très lente, qui donne un plat très doux et qui s’accommode avec tout… Donc que tu sois en pleine détox ou non, tente le coup, tu verras !

Tu peux servir ce plat avec un peu de riz ou une purée de légumes, ou encore une viande rouge.

Continue reading “Chou rouge à cuisson lente aux raisins secs” »

Chou frisé rôti : comment survivre à janvier

La reprise post-fête est difficile. On a tous trop mangé, on a beaucoup dormi, on a pris des résolutions bizarres qu’on tiendra rarement, et on doit retourner au boulot en ayant aucune envie de quitter le monde enchanté de Noël, où on est entourés de sa famille et de ses amis, pour retourner dans une dure routine. Et en plus il fait moche.

Janvier est un mois un peu bizarre : tout le monde dit qu’il va manger moins, mieux, faire du sport… et puis il faut finir les chocolats, faire la galette des rois… mais quand même manger sain, et tout le monde grimace en achetant des tonnes de légumes sans savoir quoi en faire. Et moi je reçois d’autant plus de messages, et je vois des amis qui se forcent à manger des trucs sans goût parce que c’est « sain ». Mais non franchement, c’est pas difficile de manger des légumes et de se faire plaisir sans manger de trucs trop gras (et puis comme ça on peut prendre un des chocolats restants en dessert) ! Le tout est dans l’assaisonnement, l’accompagnement, et surtout la cuisson desdits légumes.

Arrive alors mon kiff absolu, dont je te parle tout le temps : rôtir les légumes au four. Ce qui pimpe absolument tout. Exemple du jour : le chou frisé, tu sais ce truc que tu n’achètes jamais car c’est carrément pas inspirant et dont tu ne sais jamais quoi faire. Bah tu le fais rôtir avec des épices et du jus de citron, et tu le manges avec du riz basmati ou du kasha. BIM.

Tu admireras mes chaussettes.

Continue reading “Chou frisé rôti : comment survivre à janvier” »