champignons

Galettes de haricots blancs et de miso

J’essaie de manger plus de protéines en ce moment, alors que je tente de revenir à mon rythme de sport habituel après avoir été malade pendant longtemps. Parfois j’en ai un peu marre du tofu et des oeufs, donc je reviens aux légumineuses, et à ma vraie passion : les galettes et boulettes végés. Voici donc un nouvel essai assez réussi, une galette assez moelleuse, délicieuse dans un pain à hamburger avec une petite sauce au yaourt.

Si tu cherches d’autres recettes de boulettes et steaks végés :

(suite…)

Udons sautés au soja, champignons et tofu

Mes deux dernières recettes d’udons étaient à la cacahuète, mais là je suis partie vers une base plus tradi peut-être, de sauce soja, et c’est un délice !

En ce moment, j’ai décidé de m’attaquer à faire de mon appart, composé d’un assemblage hétéroclites de meubles de nos précédents appartements, un tout un peu plus homogène. J’ai cousu de nouveaux rideaux, j’ai réparé et lavé les canapés, j’ai acheté de quoi tapisser nos meubles moches, j’ai viré la collection de figurines Macdo… J’ai hâte de voir le résultat final !

(suite…)

Thanksgiving 2021 : la recette de la dinde parfaite, de la gravy et de la farce

Après un Thanksgiving 2020 tristoune, passé isolée en France loin de L., j’ai pu retourner aux US pendant les trois courtes semaines où les frontières ont été ouvertes (merci covid) juste à temps pour Thanksgiving.

Et cette fois-ci, L. et moi avons carrément fait la dinde, et franchement c’était une réussite de fou : pas du tout sèche, super parfumée, grâce à l’utilisation d’une plaque de beurre entière et d’un tissu étamine (cheesecloth en anglais, un genre de tissu très fin qu’on peut utiliser pour faire du fromage, d’où le nom). La recette n’est pas compliquée, il faut juste être à l’aide à l’idée de mettre sa main dans la carcasse et la cuire longtemps.

Au passage, j’ai appris qu’il ne fallait pas cuire la farce (le stuffing) dans la dinde sinon elle allait devenir trop humide, donc on l’a faite à part, avec  une recette pas 100% traditionnelle aux champignons.

Autre indispensable : la gravy, qu’on a faite avec le jus de dinde (tout comme la farce) et qui était délicieuse, même si trouver du vin blanc dans un magasin américain n’était pas évident (souvent les supermarchés n’ont pas l’autorisation, il faut aller dans des boutiques spéciales).

Avec tout ça, j’ai fait de l’apple pie (je te partage la recette bientôt), on avait des mashed potatoes, des mac & cheese et c’était déjà pas mal ! Bref, c’était un super repas avec les copains, et puis le lendemain pour rester dans l’esprit de Noël on est allés faire du patin à glace et voir les illuminations, et j’en ai profité pour acheter un sapin de Noël et l’appeler Pedro.

Autres recettes de Thanksgiving (et le récit de mes Thanksgiving 2018 et 2019)  :

(suite…)

Kasha aux champignons, à la sauge, aux oignons et au parmesan

C’est un plat assez simple que je te propose aujourd’hui après une semaine d’absence (oui, j’exagère) parce que franchement, parfois, ça fait du bien. Il s’est passé plein de choses cette semaine, des trucs cools et des trucs moins cools, et puis l’ambiance anxiogène de fin du monde en ce moment tend à rendre les trucs cools même pas si cools que ça parce qu’on sent quand même qu’on est à bout et qu’on en peut plus, alors ce soir j’avais vraiment envie d’un plat simple et réconfortant. C’est pas la confort food de tout le monde, mais moi les champignons avec des oignons un peu caramélisés et du riz ou du kasha, ça me donne vraiment envie de me mettre sous un plaid près du feu ou devant la télé avec le chat, pour essayer d’arrêter de penser aux trucs pas-cools et cools-mais-quand-même-c’est-la-déprime et de juste apprécier un plat réconfortant qui sent bon l’entre-deux saisons.

(suite…)

Nouilles asiatiques végétariennes en bouillon de lait coco et citronnelle

J’ai fait et refait cette recette des centaines de fois, sans être satisfaite du résultat. Et puis je l’ai faite goûter quelqu’un, qui m’a dit que c’était délicieux, et je me suis rappelée que j’étais parfois un peu trop insatisfaite. Grâce au lait coco, au curry et à la citronnelle, le bouillon est super parfumé ! Tu ajoutes quelques légumes et des nouilles (j’ai utilisé du konjac car tu connais ma passion pour les pâtes cheloues qu’on trouve chez Tang frères) J’ai mis un oeuf mollet pour les protéines mais libre à toi de mettre du tofu, ou de la viande d’ailleurs. Avec le citron vert, les herbes fraîches et les cacahuètes en topping, c’est de la parfaite confort food, meilleure que ce que tu peux commander post couvre-feu et attendre 45 min pour qu’enfin il manque la moitié de ta commande, et ce trois fois de suite (true story).

(suite…)

Mafé végétarien

Je connaissais le mafé depuis mon séjour en Afrique étant enfant, mais je n’avais jamais testé végétarien et c’est un délice ! Avec du riz chaud et un oeuf mollet, c’est un vrai plat doudou (d’où sa présence dans confort food). Et en ce moment, on a besoin de bouffe réconfortante.

Certes il fait froid, mais surtout on atteint notre point de non retour mental par rapport au couvre-feu. Tout le monde pète un câble, on atteint la fin des séries potables sur Netflix, on n’a pas le temps de faire les courses, notre vie c’est boulot, uber eats et déprime. Et de temps en temps maintenant ce sera boulot, mafé et déprime.

(suite…)

Paupiettes de veau à la moutarde et aux champignons

Les paupiettes de veau, c’est mon plat doudou, celui que mes parents font quand je rentre à la maison, et celui auquel je ne m’étais pas encore attaquée parce que je ne suis pas une grande spécialiste de la viande, et puis parce que la nourriture c’est toujours meilleur quand c’est papa et maman qui cuisinent.

Une seule chose pouvait me convaincre : de la viande prête à expirer en promo.

Une de mes résolutions de janvier, que je tiens haut la main, est d’acheter uniquement de la viande et du poisson de très bonne qualité/issus d’élevages ou de pêche responsable… ou alors issus du rayon prêts à être jetés parce que gaspillage. C’est aussi une bonne action.

Du coup, j’achète du saucisson à 7€, et je mange de la viande quasi périmée, mais au moins j’ai pu cuisiner des paupiettes et elles étaient délicieuses.

(suite…)

Soupe de wontons super facile

La soupe de wontons la plus facile mais la plus stylée du monde : des raviolis surgelés, du bouillon en brique, et tu as l’air stylée pour ton dîner de confinement dans les m2 carrés que tu partages comme tu peux H24 avec ton crush/coloc/partenaire/membre de la famille/chat (comment ça le confinement me rend irascible ?) Pour le bouillon, tu peux utiliser une autre sorte selon que tu as chez toi, et tu peux remplacer les raviolis par des nouilles de riz, des udons… Éclate toi.

Rester enfermée était vraiment très compliqué pour moi au début, j’avais du mal à gérer cette frustration par rapport à tous ces plans et ces idées annulées, et face à ce temps vide inutilisable, en tous cas pas comme je le voudrais. Mais maintenant, on trouve une routine (comme quoi), notre nouveau « bar » préféré est la laverie (on amène toujours quelques bières avec notre linge : en attendant que la machine finisse de tourner, on a presque l’impression d’une sortie), on fait le tour de netflix, j’écris des recettes, j’essaie de comprendre comment fonctionnent les SEO, j’utilise L. et ses colocs comme modèles vivants pour dessiner… Comme quoi, on finit toujours par trouver de la normalité dans l’anormalité.

(suite…)

Courge butternut forestière

Dans mes tiroirs, j’ai pas mal de recettes d’automne/hiver qui n’ont toujours pas été publiées. Avant que le printemps ne s’installe, je te partage donc cette courge rôtie super facile avec des champignons et des herbes de Provence.

J’ai récemment eu un gros débat avec des amis au sujet des champignons lors d’un dîner qu’on préparait tous ensemble. Je fais en général le choix de la simplicité (comprendre : flemme), et je les lave rapidement avant des les couper. Une de mes amies, outrée, a expliqué qu’il ne fallait surtout pas les laver, juste les éplucher avant de les couper : cela évite qu’ils deviennent plus humides et débarasse le légume des pesticides extérieurs. Intervient mon ami A., qui déclare dédaigneusement que les pesticides sont le cadet de nos soucis, les champignons étant l’un des légumes qui absorde le plus la radioactivité, et que la partie extérieure du champignon est foutue sur plusieurs centimètres de profondeur, donc enlever la peau est inutile, mieux vaut ne pas les manger.

On a pas vérifié les infos (et de toute façon, le nuage de Tchernobyl s’est arrêté à la frontière donc tout va bien), et on a quand même mangé les champignons. Maintenant, je te laisse faire ton choix.

(suite…)