Asie

Porc thaï à la citronnelle et au basilic thaï

Depuis que L. est revenu à Paris, manger végétarien est devenu très compliqué. En effet, j’aime beaucoup la viande, je ne me réfrène pas par goût mais par conviction écologique ; et L., qui était comme moi, a commencé à faire beaucoup de sport et à manger beaucoup de viande… A chaque repas, j’ai donc l’odeur du jambon, du poulet et autres, et souvent j’ai la flemme de faire du tofu ou un oeuf juste pour moi alors je finis par ne pas manger de protéines… ou par lui en piquer un peu.

Du coup, j’ai cuisiné du porc, que j’adore dans des recettes asiatiques, et je trouve qu’avec un peu de riz c’est le paradis… Ceci dit, je pense que la recette peut être délicieuse avec des PST (protéines de soja texturées) !

(suite…)

Aubergines confites aux oignons nouveaux, au sésame et à la sauce soja

Pour mon anniversaire, mon ami A. m’a envoyé une sauce soja sucrée made in France… rien à voir avec celle qu’on connaît. Très sucrée, presque sirupeuse, avec un goût d’agrumes plus prononcé et une texture super différent… je l’ai testée sur cette recette d’aubergines et d’oignons nouveaux avec un bol de riz blanc et c’était délicieux ! Une fois cette précieuse sauce soja sucrée finie, j’ai retenté la recette avec une sauce sucrée classique du commerce et c’était super aussi alors je te file la recette.

(suite…)

Cabillaud au miso

Depuis que L. est en France, mes suggestions netflix ont changé. Des comédies romantiques et séries fantastiques, je suis passée aux documentaires sur les meurtres, les sectes et autres sombres faits. J’écris donc cette article en écoutant d’une oreille l’histoire de psycopathes, ce qui est très déconcertant.

Je ne poste pas beaucoup de poisson par ici car je manque de nouvelles idées originales pour l’accomoder, mais la marinade au miso qui caramélise en cuisant, c’était l’idée de génie (c’est pas moi qui l’ait eu mais quelqu’un de l’instagram).

C’est super facile à faire alors lâche toi.

(suite…)

Qiang Bing, pain chinois au sésame et aux oignons nouveaux

Après la brioche au pandan, il me restait de la levure boulangère, et c’était un jour de télétravail : parfait pour de la boulange, vu qu’il y a besoin de laisser reposer régulièrement. J’ai donc fait ces pains chinois qui me faisaient de l’oeil depuis longtemps, qui sont assez gros : j’en ai eu pour quelques repas et j’en ai congelé !

Le week-end dernier, j’étais avec le G10, mon groupe d’amis de prépa, à Rome. Nous avions un grand airbnb et 4 jours pour nous balader et manger des pâtes. C’était un week-end de soleil, de marche, de spritz, de danse, de pâtes, de mauvaise pizza, un peu de migraine pour moi aussi, mais surtout ça faisait plaisir de les retrouver pour ce rendez-vous désormais bi-annuel. Le comité d’organisation (dont les membres changent et donc je faisans partie cette fois-ci) avait même prévu une activité surprise : un atelier de fabrication de pâtes (évidemment, mon idée), dont je risque de te reparler bientôt…

(suite…)

Brioche au pandan et au sucre perlé

Kézako le pandan ? C’est une plante qui pousse en Asie (Indonésie notamment) et dont on extrait l’essence sous forme d’une petite bouteille verte, qu’on peut trouver en épicerie asiatique. C’est un goût assez sucré, difficile à décrire et surtout délicieux… Si tu veux en savoir plus, je te renvoie vers wikipédia.

Dès que j’ai entendu parler du pandan, il fallait que je m’en procure. J’ai mis un an, à fureter dans divers magasins, et bim ! Je trouve deux flacons d’un coup. Incapable de dire la différence entre les deux, j’ai pris les deux, et donc j’ai eu de quoi expérimenter (après coup je pense qu’il y avait de l’extrait naturel et artificiel), et je me suis entêtée à en faire une brioche.

Premier essai : on ne sentait pas assez le pandan et la brioche n’avait pas bien monté. Du coup sur le deuxième, j’ai profité d’avoir de la levure boulangère fraîche pour retenter, et du coup j’ai vidé la bouteille de pandan… ce qui a donné un goût trop amer en fin de bouche, mais un beau vert (que tu peux aussi renforcer avec du colorant d’ailleurs, selon le type d’extrait de pandan que tu as). J’ai rectifié le tir, et je te donne la version avec la bonne dose de pandan, et une texture de brioche honnêtement incroyable, que tu peux reprendre sans pandan si tu n’en trouves pas… elle a eu beaucoup de succès au boulot en tous cas !

(suite…)

Protéines de soja texturées cuisinées à la japonaise

Ce titre n’est pas le meilleur que j’aurais pu trouver, mais cette recette est devenue un de mes combos préférés, super simple à faire avec les ingrédients du placard, et avec du riz et des légumes (en boîte ou congelés, si tu as vraiment la flemme) ça te fait rapidement un repas équilibré ! C’est devenu ma façon préférée de cuisiner des pst, et si tu veux en savoir plus et avoir d’autres recettes, va par !

(suite…)

Udons sautés au soja, champignons et tofu

Mes deux dernières recettes d’udons étaient à la cacahuète, mais là je suis partie vers une base plus tradi peut-être, de sauce soja, et c’est un délice !

En ce moment, j’ai décidé de m’attaquer à faire de mon appart, composé d’un assemblage hétéroclites de meubles de nos précédents appartements, un tout un peu plus homogène. J’ai cousu de nouveaux rideaux, j’ai réparé et lavé les canapés, j’ai acheté de quoi tapisser nos meubles moches, j’ai viré la collection de figurines Macdo… J’ai hâte de voir le résultat final !

(suite…)

Aubergines confites au soja et à l’ail

Je reviens de Colombie pour te proposer une recette… asiatique. Des aubergines super fondantes, frites puis napées d’une sauce et servies sur du riz chaud, un délice !

C’était un voyage incroyable, avec des paysages magnifiques, des petits villages, des grandes villes, de la bouffe un peu grasse parfois, des amis, L., de la plage, des montagnes… le retour à la réalité est un peu dur, avec des questions de santé, de famille, d’amis et beaucoup de boulot, et puis l’absence de L. rentré aux États-Unis, mais il faut toujours un peu de temps pour revenir à la réalité après un voyage…

(suite…)

Bouillon de riz aux boulettes de poulet

Le bonheur de ne plus avoir les masques, c’est aussi le bonheur de sursauter dès que quelqu’un tousse sans masque. Parce que j’ai l’impression que tout le monde est malade en ce moment, même si c’est pas le covid (les gens de mon entourage ont déjà donné cet hiver). Alors du coup, je cuisine des plats doudous pour mes malades : du riz en bouillon, bien cocooning, avec des saveurs asiatiques. C’est très simple et délicieux !

(suite…)