Recette de chef

Poulet aux deux citrons d’Ottolenghi

Evidemment, j’ai eu un nouveau livre d’Ottolenghi pour Noël. Et évidemment, je l’adore. J’essaie de ne pas trop poster de ses recettes mais j’en teste souvent, et ce poulet aux deux citrons est vraiment un délice, même si évidemment il faut aimer les recettes assez citronnées. Perso je l’ai fait avec les citrons confits faits maison du fond de mon frigo, mais tu peux aussi trouver sur l’intranet (comme absolument personne ne l’appelle) sa version d’origine avec des citrons confits express que tu peux improviser rapidement.

(suite…)

Gâteau d’enfance de Jean-François Piège

Je t’ai déjà parlé de mes problèmes de santé de la fin d’année dernière, qui m’ont frappé en pleines fêtes. Malgré la douleur qui me vrillait la tête, je m’étais engagée à faire le gâteau de Noël pour chez mon père. Tout était fermé, impossible de faire des courses, et ma capacité de concentration étant très limité, j’ai voulu faire très simple, en matière d’ingrédients nécessaires et de recette.

Je me suis souvenue de ce gâteau, le gâteau d’enfance de JF Piège (le mien, c’est celui-ci), et je me suis lancée. C’était pas vraiment un gâteau de fêtes, mais c’était délicieux ! Il était caramélisé autour, moelleux et parfumé à l’intérieur, et il l’est resté plusieurs jours, bref, une valeur sûre.

(suite…)

Salade de pamplemousse et mangue d’Ottolenghi

J’essaie de me calmer un peu sur les recettes d’Ottolenghi, mais en même temps c’est impossible de résister à ce genre de mélanges… je te présente une salade froide un peu spicy, délicieuse en entrée pour cet automne pas vraiment chaud et pas vraiment froid, où on ne sait pas trop quoi manger car le temps change sans arrêt…

Et c’est la même chose niveau fringues ! En ce moment, j’acceuille mon ancienne coloc allemande de New York, et on a dû adopter la stratégie des couches de vêtements car le temps n’arrête pas de changer. En tous cas, cette visite est super et me permet de découvrir Paris sous un jour nouveau : on fait des trucs de touristes, du batobus, de la tour Eiffel, des brunchs et du shopping… Emily in Paris en mieux.

(suite…)

Pâtes à l’aubergine, anchois et origan d’Ottolenghi

Cet été, on voulait aller à Copenhague. Le coloc de L. et une de ses copines qui a épousé une italienne et a déménagé là-bas voulaient s’y retrouver pour l’anniversaire de L. Mais qu’est-ce que c’est compliqué d’organiser un voyage avec 5 personnes vivant toutes à des endroits différents, avec toutes des contraintes financières, de passeport, de vaccination et de tests différentes !

Au vu du prix de la manoeuvre, on s’est rabattus sur Triestre, puis Barcelone, et puis finalement tant pis on essaiera de se voir à un autre moment. Je fêterai l’anniversaire de L. à Barcelone, avec mes amis à moi, et ça me va. Avant de prendre l’avion pour ces vacances bien méritées, on a englouti ce plat hyper rapide, auquel j’ai ajouté des pâtes, d’Ottolenghi, toujours ma valeur sûre, qu’on voit pas mal sur le site en ce moment car je me suis replongée dans mes livres de cuisine et je n’ai pratiquement que du Ottolenghi (et un Clea, comme quoi). Les anchois ne plaisent pas à tout le monde mais l’association avec aubergine et origan fonctionne très bien !

(suite…)

Aubergines brulées à la feta et à l’huile pimentée d’Ottolenghi

Après un an et demi de fermeture des frontières, la France s’est enfin réouverte aux étrangers (enfin pas à tous, mais là ça devient politique), et L. a pu me rejoindre en France. On a direct commandé à bouffer et commencé à regarder la saison 2 de Too hot to handle (depuis le temps qu’on l’attendait). Et comme souvent, en attendant la commande, j’ai cuisiné… de quoi déjeuner pour le lendemain.

L’avantage est que cette recette est globalement facile, il suffit de mélanger des ingrédients et de brûler des aubergines : jusque là c’est faisable. Evidemment, Ottolenghi bonifie le plat le plus simple, tu peux y aller les yeux fermés.

(suite…)

Fantastik gianduja noisettes

Il y a quelques quelques années, nous avons créé un book club avec une copine. Depuis, le book club a bien changé, beaucoup sont parties, beaucoup sont arrivées, on est restées uniquement des filles, et à chaque fois on parle de plein de bouquins différents (et de pas mal d’autres trucs), on boit du cidre et on prend l’apéro.

Évidemment, pour notre première pyjama-party (couvre-feu oblige) je me devais de cuisiner : après les cookies au gianduja, j’ai fait un fantastik à la Michalak ! J’avais déjà fait pistache framboises : je crois que j’ai préféré la version fruitée, mais ça envoyait quand même du pâté. La ganache et la base sont à faire la veille mais à part ça, c’est pas très complqiué !

(suite…)

Gianduja de Michalak

Pour mon dernier week-end chez mes parents la vieille du troisième confinement (enfin techniquement au début), j’ai décidé d’anticiper les semaines à venir : j’ai récupéré de l’ail des ours, j’ai fait des courses de produits difficiles à trouver à Paris et j’ai utilisé leur mixeur surpuissant en faisant du gianduja, dans le but d’en faire des pâtisseries une fois rentrée à la maison. C’était un pari sur l’avenir (rien que ça) car le gianduja se conserve plusieurs semaines, voire mois, et la recette est super simple (mais si tu n’as pas de bon mixeur, pas la peine). Je reviens bientôt avec des idées recettes pour l’utiliser mais du peux même le manger comme ça en petits cubes comme dans les boîtes de chocolat de Noël.

Et dans ce même week-end, j’ai découvert les joies de Koh Lanta. Marron et Jaune, mes anciennes colocs de Lille, m’ont en effet « forcé » à une soirée pizza, bières, coups de soleil et immunité. Et j’ai adoré. Après les anges de la téléréalité, séduction haute tension et selling sunset, j’ai trouvé ma nouvelle addiction régressive. Et c’est nécessaire parce que depuis le début du covid, on regarde beaucoup (trop) la télévision, faute de pouvoir sortir et même d’avoir un horizon pour de quelconques projets…

(suite…)

Gâteau à l’amande et à la clémentine d’Ottolenghi

La maison de mon grand-père en Bretage a finalement été vendue, et il est temps de dire au revoir à 26 ans de souvenirs (oui t’as bien compté, j’ai 26 ans). Ca se passe toujours plus rapidement qu’on aimerait, et ça m’a fait un petit coup au coeur quand je l’ai appris. J’ai récupéré des petits souvenirs comme un rouleau de papier peint de ma chambre préférée, un tissu à fleurs vintage et de la vaisselle arcopal. Malheureusement il ne restait qu’une seule tasse entière, donc j’ai complété avec des tasses trouvées sur le bon coin (motis lotus si tu veux tout savoir), mais maintenant j’ai de quoi servir le thé à mes invités, accompagné d’une part de gâteau.

Et j’ai enfin pu prendre en photo ce gâteau d’Ottolenghi que j’ai déjà fait 4 fois, mais que je n’avais jamais réussi à photographier ! Honnêtement ce gateau est tellement délicieux qu’à chaque fois il disparaît en moins de deux. J’ai diminué un peu le sucre et j’ai supprimé le glaçage croquant au chocolat (m’enfin tu peux le rajouter si tu veux) pour qu’il soit exactement à mon goût, mais Ottolenghi marche toujours, et surprend sur un parfum qu’on retrouve pas souvent en pâtisserie.

(suite…)

Brioche feuilletée au chocolat de Michael Bartocetti

Alors que les fêtes arrivent, je suis toujours dans le sprint  maison-et-papiers-à-terminer-beaucoup-trop-de-boulot-vacances-de-janvier-à-organiser-cadeaux-de-Noël-à-faire, et je n’ai toujours pas commencé de bredele ni de stollen. Et pour être honnête, je ne sais pas si j’aurais le temps d’en faire, et ça me brise un peu le coeur.

Heureusement, pendant ce second confinement, je me suis lancée dans le petit défi pâtissier que représente cette brioche au chocolat de Michel Bartocetti et c’est une super recette de Noël. J’avais déjà fait de la pâte feuilletée inversée, mais là c’est feuilleté non-inversé et brioché donc un peu plus compliquée. N’aie aucune crainte cependant, je t’ai tout expliqué en petits dessins ! C’est une recette qui prend un peu de temps mais elle est délicieuse, donc fonce !

La recette complète inclut un nappage à la poudre de caramel mais je ne l’ai pas fait car ça demande un bon mixeur et franchement je n’étais pas convaincue par l’intérêt.

(suite…)

Le retour des soupes avec Ottolenghi : lentilles et tomates / courgettes et petits pois

La saison des soupes revient, et Ottolenghi change le game. Après avoir pas mal fêté la victoire de Biden, on mange un peu plus sainement avant le départ de L. (qui a légèrement tendance à nous faire commander tout le temps pendant ce confinement 2.0.) et je profite de Simple, Plenty More et NOPI, les seuls livres de cuisine que j’utilise (avec Veggie de Cléa). Merci Ottolenghi pour ces deux soupes délicieuses et que – incroyable – même L. a aimées.

En ce moment, je réfléchis pas mal à l’avenir du blog, et à rafraîchir son design, à bosser un peu plus sérieusement sur l’index aussi, qu’il soit plus accessible. Tu devrais bientôt voir des changements par ici…

(suite…)