Gateaux

Gâteau d’enfance de Jean-François Piège

Je t’ai déjà parlé de mes problèmes de santé de la fin d’année dernière, qui m’ont frappé en pleines fêtes. Malgré la douleur qui me vrillait la tête, je m’étais engagée à faire le gâteau de Noël pour chez mon père. Tout était fermé, impossible de faire des courses, et ma capacité de concentration étant très limité, j’ai voulu faire très simple, en matière d’ingrédients nécessaires et de recette.

Je me suis souvenue de ce gâteau, le gâteau d’enfance de JF Piège (le mien, c’est celui-ci), et je me suis lancée. C’était pas vraiment un gâteau de fêtes, mais c’était délicieux ! Il était caramélisé autour, moelleux et parfumé à l’intérieur, et il l’est resté plusieurs jours, bref, une valeur sûre.

(suite…)

Apple pie (tarte aux pommes à l’américaine)

Après notre séminaire au pôle nord et une année covid sans séminaire, nous avons eu le retour du séminaire d’entreprise, au ski cette fois-ci ! En vrai on devait aller en Tanzanie, mais avec la situation actuelle le voyage a été remplacé last minute et on a tous galéré à trouver des vêtements de ski en 4 jours. Et c’était un séminaire de folie.

Tout ça pour expliquer pourquoi j’ai du retard dans les publications du blog, dans les dernières recettes de Thanksgiving, celles de bredele, des repas de fêtes… et puis en parallèle j’écris le best of de l’année ! Bref je m’excuse platement et je te partage ma dernière recette de Thanksgiving, la fameuse apple pie ! C’est une recette que j’ai faite plusieurs fois, qui a été approuvée et dont la clé tient à me recette de pâte sablée et à la proportion pâte / pommes. (suite…)

Cake aux fruits de la passion

L’année dernière, juste avant le confinement n°2, une de nos amies atteignait les 10 000 jours en plein Haloween, et nous avions donc décidé de fêter ça. Ma coloc M. avait proposé de nous organiser un escape game flippant d’Haloween dans la maison en construction de son père, dans la banlieue parisienne, ce qui est sûrement la meilleure façon de fêter 10 000 jours… Et puis finalement, la veille, il y a eu un confinement. On a dû reporter.

Il nous aura donc fallu 1 an pour réussir à le reprogrammer, et nous sommes allés, sous une pluie battante, dans le boue, jusqu’à cette maison en construction en haut d’une colline, dans le noir complet, à 5, pas trop sûrs de dans quoi on s’engageait, et un peu flippés.

Et c’était GÉNIAL. D’un seul coup, ma coloc s’est levée, a verrouillé le frigo et la porte et a lancé une musique d’alarme en coupant la lumière. Armés de nos téléphones, on s’est lancés dans un escape game de folie, une histoire un peu surnaturelle où nous étions pourchassés par un genre de bébé tueur enfermé dans la cave qui cherchait à s’enfuir, à grand renfort de caméras live, de polaroïds chelous, de machine à fumée et de voix flippante de bébé qui appelait à l’aide.

Moi dans tout ça, j’avais un rôle : faire un gâteau. Il fallait qu’il soit flippant, mais en fait j’avais envie de manger des fruits de la passion (et puis mon essai de gâteau flippant avec du faux sang de l’année dernière avait très moyennement marché donc). J’ai donc craqué mon PEL pour en acheter un paquet (ça coûte cher ces trucs) et j’ai fait ce cake, un peu pimpé par l’ajout du mascarpone crémeux et du sirop au dessus : le mien a mis longtemps à cuire donc j’ai un peu rectifié les quantités, mais n’hésite pas à me dire comment ça marche chez toi !

(suite…)

Gâteau amandes citron myrtilles d’Ottolenghi

Chaque année, on fête un triple anniversaire en septembre (oui, en plus du triple anniversaire de juillet) : celui de mes petits frères n°2 et n°3 (nés le même jour à 7 ans d’écart) et de mon beau-père. Ce n’est pas moi qui fait le gâteau (même si ça m’est arrivé), mais mon beau-père pâtissier. Pourtant, j’ai quand même cuisiné un gâteau, d’Ottolenghi évidemment (je me demande si je ne fais pas un peu trop d’Ottolenghi en ce moment… en même temps ça trend sur le blog donc tant mieux j’imagine mais après les nouveaux venus vont penser que je fais que ça…)

Ce n’est pas la première fois que j’utilise le mélange myrtilles et citron, classique et efficace, mais le glaçage ajoute une texture top (si tu n’es pas très glaçage, tu peux aussi t’en passer) et il est super fondant, donc je te le recommande vivement !

(suite…)

Triple anniversaire partie 3 : Le fondant au cholat de Donna Hay

Et enfin, pour la 3e partie du Triple anniversaire, Mady (partie 1 au citron par ici et partie 2 pistache framboise par là), qui, tu le sais peut-être, est mon nouveau coloc mais aussi un ami d’enfance né le même jour que moi la même année, ne savait pas vraiment ce qu’il voulait. Alors mon autre coloc a décidé de choisir pour lui, et évidemment, elle voulait du chocolat.

Je n’avais pas fait de chocolat depuis longtemps, et souvent quand j’en fais, c’est pour amener quelque part, donc je dois me limiter sur les textures fondantes. Du coup, cette fois-ci, je me suis lâchée et j’ai tenté le fameux fondant de Donna Hay. Je n’aime pas trop les gâteau cuisson bain marie au départ car il faut un grand four et plusieurs plats et c’est compliqué, mais j’étais chez mes parents (qui ont un grand four et plusieurs plats) donc j’ai tenté le coup, et c’est vrai que ça donne une texture incomparable.

(suite…)

Triple anniversaire partie 2 : Le gâteau d’Harry Potter, version pistache/framboise

La suite du Triple anniversaire, moi : comme chaque année, je suis partie avec mes parfums préférés de gâteau, et le meilleur des twists, j’allais faire le glaçage du gâteau d’Harry Potter 1… Après moult plans, calculs (j’ai notamment eu le droit à un cours hyper précis de mon beau-père sur la ganache, avec des pourcentages hyper compliqués) , heures de pâtisserie, réflexion sur le jeu de mot… il était enfin fini, magnifique. Je le sors du frigo, et là, je réalise… que je me suis trompée dans les couleurs.

C’était le drame.

Quelques heures plus tard, la dégustation arrive : heureusement, il était très bon, du coup je te partage la recette, en corrigeant bien les quantités pour que toi tu t’épargnes mon moment de solitude. J’ai utilisé la même base que le naked cake de l’année dernière, mais tu peux utiliser n’importe quelle recette de ton choix, en adaptant les quantités. L’important, c’est le glaçage !

(suite…)

Triple anniversaire partie 1 : cake ultime au citron de Bernard

Cette année encore, et probablement pour la dernière fois, nous avons fait un gros anniversaire chez mes parents. Et pour la première fois depuis de nombreuses années, on fêtait de nouveau l’anniversaire de trois personnes, qui ont chacune eu leur gâteau, et je vais d’abord te présenter celui d’Eden (vu que dans l’ordre de naissance, c’est la première)/

Il y a quelques années, je lui avait fait un brownie praliné délicieux, donc j’ai été un peu surprise que cette fois-ci, elle me demande du citron… J’ai tout de suite pensé au cake ultime de Bernard, qui a été trendy il y a plusieurs années dans la blogosphère (je suis toujours en retard sur les tendances de manière artistiquement calculée).

Eh bien la tendance était justifiée : il était délicieux ! Le glaçage est fin et croquant, le cake incroyablement moelleux et vraiment citronné, et la recette est assez simple, mais il y a quelques astuces qui font la différence : ne pas blanchir le sucre, enrouler le cake sorti du four dans du film plastique, et faire « sécher » le glaçage au four…

(suite…)

Tartelettes à la pistache, fraise et au yuzu

Ce week-end, mes copains du lycée et moi avons réservé… un château.

OK, c’était un tout petit château mais il était sur une colline (un talus), il y avait des vaches autour, un grand parking, une vue sur les champs, assez de chambres pour nous tous : c’était parfait ! On a pas fait grand chose, mais a on a beaucoup mangé, perdu au molky, dansé, joué aux jeux de societé, fait un barbecue, perdu au molky… bref c’est un de ces week-ends de glande où l’on mange beaucoup, et ça faisait du bien.

Je ne vais pas prétendre que j’avais fait ces tartelettes pour ce week-end là (tout ce que j’ai cuisiné ce week-end là était des pancakes ratés transformés en banana bread) mais avec les beaux jours, c’est le moment parfait pour cette recette. J’achète mon jus de yuzu dans des magasins asiatiques, et ça se marie parfaitement avec la fraise et la pistache mais si tu préfères, tu peux faire du lemon curd !

(suite…)

Couronne de choux pistache framboises comme un Paris-Brest

Pour son anniversaire, l’année dernière, P. m’avait demandé de la pistache et des framboises. Comme c’est MON association préférée que je fais toujours pour mon anniversaire, je lui avait fait un gâteau amandes fruits rouges, suffisamment proche pour avoir l’air de respecter son voeu mais sans vraiment le faire.

Cette année cependant, elle a réussi à me convaincre. Après m’être pas mal creusé la tête, je suis partie sur cette couronne un peu comme un Paris-Brest, qui a connu un grand succès à sa soirée sur le thèmes des comédies musicales. Si tu veux tout savoir, j’étais déguisée en Sandy de Grease, version badass, évidemment, et ma Danny et moi étions d’ailleurs le meilleur couple Sandy/Danny (il faut savoir qu’il y avait 3 couples Grease et pas moins de quatre Lalaland).

(suite…)

Gâteau au gianduja avec pépites fondantes

Dernier dans ma série du gianduja, après le fantastik et les cookies, un cake qui atteint vraiment le bon équilibre entre mousseux et fondant. J’y ai incorporé, en plus de ma traditionnelle (grosse) pincée de sel, des pépites de gianduja, qui fondent sous la langue quand le gâteau est encore chaud. Un délice, et super simple une fois qu’on a le gianduja (qui, je te rappelle, est facile, et demande juste un bon mixeur).

Je l’ai ameené au travail pour l’anniversaire d’un collègue : il avait beau être italien, il n’a pas réussi à prononcer gianduja. A vrai dire, personne n’a réussi, jusqu’à ce que ma boss, italienne elle aussi, se moque un peu de nous et finisse par nous expliquer comment le dire. Je pourrais t’expliquer mais j’ai pas écouté les cours de phonétique.

(suite…)