About Celle qui a faim

Etudiante sur Lille, j'aime manger, tester des trucs, et torturer mes amis, ma famille et mes colocs Jaune et Marron [noms de code] avec plein de petits plats, plus ou moins mangeables et expérimentaux.

Posts by Celle qui a faim:

Salade thaïe de légumes croquants

Un grand classique à la maison, mais que je n’avais jamais présenté parce que… c’est vraiment trop moche. Pourtant, c’est super facile, et ça fait une bonne salade fraiche en ces températures qui font monter l’éco anxiété au maximum. Ces derniers jours, c’est devenu tellement étouffant à Paris qu’on se réfugie dans notre appartement sans soleil (pour une fois que c’est un point positif) et on essaie de bouger au minimum…

(suite…)

Reeses homemade en 4 ingrédients

Je ne sais pas si tu te souviens, mais l’année dernière, en plein milieu de mes vacances, j’avais choppé le covid, et perdu une semaine sur trois. Eh bien là, j’ai eu un peu plus de chance, c’est arrivé avant mes vacances, et même si j’ai passé une mauvaise semaine, je vais pouvoir partir comme c’était prévu.

Pendant cette semaine de covid, après deux jours de maladie totale, j’ai commencé à rester un peu éveillée et à m’ennuyer (évidemment), alors j’ai pâtissé avec ce que j’avais au fond du placard, et je me suis lancée dans cette recette de seulement 4 ingrédients. Et depuis le temps que je te parle des reeses, ces peanut butter cups à l’américaine que j’achète dès que je suis dans un aéroport, il était temps que j’essaie de les faire. Le résultat n’est pas identique à l’original mais franchement très proche, et c’est un vrai bonheur !

(suite…)

Cabillaud au miso

Depuis que L. est en France, mes suggestions netflix ont changé. Des comédies romantiques et séries fantastiques, je suis passée aux documentaires sur les meurtres, les sectes et autres sombres faits. J’écris donc cette article en écoutant d’une oreille l’histoire de psycopathes, ce qui est très déconcertant.

Je ne poste pas beaucoup de poisson par ici car je manque de nouvelles idées originales pour l’accomoder, mais la marinade au miso qui caramélise en cuisant, c’était l’idée de génie (c’est pas moi qui l’ait eu mais quelqu’un de l’instagram).

C’est super facile à faire alors lâche toi.

(suite…)

Saumon rôti au zaatar et sauce au tahini et épinards d’Otoolenghi

Ca faisait longtemps que tu n’avais pas lu de recette d’Ottolenghi ici hein ? En vrai, ce n’est pas de ma faute si mes proches m’offrent ses livres et qu’en suite je suis OBLIGEE de faire toutes les recettes ! En vrai, mon panel de recettes à te proposer s’est un peu rétréci depuis que L. est arrivé à Paris et qu’il s’est mis à cuisiner à fond… on ne va pas faire double dose juste pour le plaisir, du coup je cuisine moins et je m’adonne à mes autres passions, principalement customiser les meubles de la maison et essayer de faire survivre mes plantes.

Mais du coup j’ai quand même fait cette recette de saumon d’Ottolenghi qui était évidemment délicieuse et hyper simple. Si tu as déjà vu passer cette racette tu sais qu’elle se fait dans une poêle en fonte qui passe au four mais je n’en ai pas, donc j’ai bidouillé la recette pour ne pas avoir de problème.

(suite…)

Tarte au citron comme Jacques Génin

Mon père collectionne les citrons séchés ; si tu as déjà oublié un peu trop longtemps un citron dans ton bol de fruits, tu as peut-être remarqué qu’il évolue ensuite selon une de ces deux tendances :

1. Moisir et contaminer tout le reste du bol de fruits

2. Devenir tout sec et rabougri et léger léger léger

Les citrons de mon père prennent tous le deuxième chemin, et ce depuis plus de 30 ans. Il a donc un saladier de citrons séchés qu’il transporte au gré des déménagements et qui ne pèse rien du tout, c’est assez impressionnant. Et apparemment, c’est de famille, car mes citrons prennent aussi ce chemin. Du coup, quand j’essaie de prendre en photo une recette au citron, je me sers de cette collection (qui sert aussi de balle au chat, qui les adore), comme tu peux le voir sur cette recette…

Et si faire sécher des citrons ne t’intéresse pas, tu peux toujours faire cette délicieuse tarte.

(suite…)

Concombres smashés, ou une nouvelle technique pas forcément révolutionnaire mais pourquoi pas

Est-ce que les concombres smashés sont une future nouvelle lubie d’instagram ? Probablement que non. Est-ce que ça révolutionne le goût de ce légume ? Pas vraiment. Est-ce que c’est rapide et plutôt marrant à faire ? Oui, j’avoue.

Contrairement au titre et à ce que pourrait laisser présager le nom, c’est honteusement facile, et ça se marie très bien avec du riz et un oeuf pour un repas rapide et la petite sauce pimpe parfaitement le tout… je te laisse juger.

(suite…)

Empanadas faciles à la riste d’aubergine

Je ne sais pas à quel point ces empanadas sont authentiques, mais en tous cas la pâte est bien friable et beurrée, et cette recette est facile et se congèle hyper facilement, donc elle est totalement approuvée ! J’ai déjà approuvé la riste d’aubergine comme farce toute faite par ici et par , et ça marche hyper bien en empanadas.

L’été arrive, et si j’ai bien dépensé 400000 euros en billets de train, tout n’est pas encore organisé. J’aime bien quand tout est prévu à l’avance donc ça me demande un peu de flexibilité de me dire « on verra bien ». Il y a même une possibilité cette année que je passe un peu de mes vacances à Paris, ce qui est extrêmement inhabituel ; je préfère profiter pour partir au maximum, mais peut-être que ça me fera du bien de rester posée à la maison.

(suite…)

Pâtes maison comme à Rome

Il y a quelques semaines, je suis allée à Rome avec mon groupe de potes de prépa. Nous faisons ça deux fois par an, avec un comité d’organisation (ou khomité, ceux qui ont fait prépa connaissent) qui prévoit notamment une activité surprise. Et cette fois-ci, nous avions prévu… un cours de pâtes ! Évidemment, en bons habitués des concours (prépa, j’ai dit), on s’est pris à fond au jeu de qui ferait les meilleures pâtes, et de retour à Paris, on a voulu tester nos nouvelles compétences.

Du coup, je te rapporte la technique, pas trop compliquée mais un peu chronophrage. C’est sans laminoir, mais évidemment si tu en as un la recette est la même, excepté que la partie étalage est beaucoup plus facile et rapide.

Tu as peut-être remarqué que je publiais moins en ce moment : mes symptômes de cet hiver ont repris, et la ronde des médecins recommence. De temps en temps j’ai espoir qu’on découvre ce que j’ai et que tout rentre dans l’ordre, parfois pas du tout, et ma motivation à publier suit ces vagues…

(suite…)

Rösti géant de patate douce et cilbir (oeuf poché au yaourt à la turque)

Je t’avais déjà parlé du cilbir, et j’ai découvert il y a peu que c’est délicieux sur un rösti chaud ; bon, comme je suis toujours pas super douée en oeufs pochés, je les ai fait mollets, mais on peut considérer que du coup je t’ai simplifié la recette et donc you’re welcome.

Une chose n’est pas coutume, je vais utiliser ce blog comme une tribune pour un sujet de société : non, il ne s’agit pas des élections (#sendnupes) mais bien d’un fait bien plus grave et omniprésent dans la (ma) vie : les gens qui vivent sur cour, dorment les fenêtres ouvertes, et laissent leur réveil sonner.

Chaque été, je fais face à cette gangrène de notre société moderne : forcée par la chaleur à ouvrir mes fenêtres, je suis réveillée dès 6h30 du matin par l’énergumène que, malgré tous mes efforts, je n’ai pas réussi à localiser. Après l’avoir éteint au bout de cinq de minutes de sonnerie, il le laisse ensuite resonner à 6h45, puis 7h, puis 7h15, et ne s’arrête qu’à 7h30. Mais pourquoi ?? Pourquoi s’infliger ça, et m’infliger ça ?

J’ai bien envisagé de laisser un mot à l’entrée de l’immeuble mais je me suis dit que j’avais 27 ans et pas 70 et que je voulais rester une meuf sympa, n’empêche que tous les matins, alors que la sonnerie perce dans mon réveil, je maudit cet inconnu de la cour qui m’empêche de dormir.

(suite…)