Boulange

Empanadas faciles à la riste d’aubergine

Je ne sais pas à quel point ces empanadas sont authentiques, mais en tous cas la pâte est bien friable et beurrée, et cette recette est facile et se congèle hyper facilement, donc elle est totalement approuvée ! J’ai déjà approuvé la riste d’aubergine comme farce toute faite par ici et par , et ça marche hyper bien en empanadas.

L’été arrive, et si j’ai bien dépensé 400000 euros en billets de train, tout n’est pas encore organisé. J’aime bien quand tout est prévu à l’avance donc ça me demande un peu de flexibilité de me dire « on verra bien ». Il y a même une possibilité cette année que je passe un peu de mes vacances à Paris, ce qui est extrêmement inhabituel ; je préfère profiter pour partir au maximum, mais peut-être que ça me fera du bien de rester posée à la maison.

(suite…)

Qiang Bing, pain chinois au sésame et aux oignons nouveaux

Après la brioche au pandan, il me restait de la levure boulangère, et c’était un jour de télétravail : parfait pour de la boulange, vu qu’il y a besoin de laisser reposer régulièrement. J’ai donc fait ces pains chinois qui me faisaient de l’oeil depuis longtemps, qui sont assez gros : j’en ai eu pour quelques repas et j’en ai congelé !

Le week-end dernier, j’étais avec le G10, mon groupe d’amis de prépa, à Rome. Nous avions un grand airbnb et 4 jours pour nous balader et manger des pâtes. C’était un week-end de soleil, de marche, de spritz, de danse, de pâtes, de mauvaise pizza, un peu de migraine pour moi aussi, mais surtout ça faisait plaisir de les retrouver pour ce rendez-vous désormais bi-annuel. Le comité d’organisation (dont les membres changent et donc je faisans partie cette fois-ci) avait même prévu une activité surprise : un atelier de fabrication de pâtes (évidemment, mon idée), dont je risque de te reparler bientôt…

(suite…)

Brioche au pandan et au sucre perlé

Kézako le pandan ? C’est une plante qui pousse en Asie (Indonésie notamment) et dont on extrait l’essence sous forme d’une petite bouteille verte, qu’on peut trouver en épicerie asiatique. C’est un goût assez sucré, difficile à décrire et surtout délicieux… Si tu veux en savoir plus, je te renvoie vers wikipédia.

Dès que j’ai entendu parler du pandan, il fallait que je m’en procure. J’ai mis un an, à fureter dans divers magasins, et bim ! Je trouve deux flacons d’un coup. Incapable de dire la différence entre les deux, j’ai pris les deux, et donc j’ai eu de quoi expérimenter (après coup je pense qu’il y avait de l’extrait naturel et artificiel), et je me suis entêtée à en faire une brioche.

Premier essai : on ne sentait pas assez le pandan et la brioche n’avait pas bien monté. Du coup sur le deuxième, j’ai profité d’avoir de la levure boulangère fraîche pour retenter, et du coup j’ai vidé la bouteille de pandan… ce qui a donné un goût trop amer en fin de bouche, mais un beau vert (que tu peux aussi renforcer avec du colorant d’ailleurs, selon le type d’extrait de pandan que tu as). J’ai rectifié le tir, et je te donne la version avec la bonne dose de pandan, et une texture de brioche honnêtement incroyable, que tu peux reprendre sans pandan si tu n’en trouves pas… elle a eu beaucoup de succès au boulot en tous cas !

(suite…)

Tang yuan au sésame noir (petites boules de riz gluant fourées dans un sirop de gingembre)

Je continue dans mes découvertes sur le nouvel an chinois avec ces tang yuan, qui apparemment  sont censés être servis pour la fête des lanternes, qui clôt les festivités. La rondeur des boulettes symbolise la plénitude, la famille, la satisafaction des besoins (on a l’impression que je sais des choses de ouf mais j’ai regardé sur le internet). Ils peuvent être à la pâte de haricots rouges, pâte d’arachide ou pâte de sésame.

C’est la première fois que je me lance dans ce genre de recettes, mais maintenant que j’ai investi dans les ingrédients, je vais continuer ! Il faut préparer la farce un peu en avance, et surtout les manger tout de suite, parce que ça se réchauffe bofi bof. Le sésame noir a un petit côté peanut butter, avec un arrière goût un peu salé, et c’est délicieux !

(suite…)

Brioche au mascarpone et au chocolat

J’ai passé tellement de temps à chercher du sucre perlé… J’ai dû arpenter tout Paris, et j’avais presque laissé tomber quand finalement, Lille m’a apporté la réponse (enfin le sucre quoi).

Ni une ni deux, j’ai lancé une brioche. Et elle était vraiment délicieuse, en plus ça faisait longtemps que je t’avais pas parlé de ma passion brioche, donc c’est un bonus.

(suite…)

Couronne de choux pistache framboises comme un Paris-Brest

Pour son anniversaire, l’année dernière, P. m’avait demandé de la pistache et des framboises. Comme c’est MON association préférée que je fais toujours pour mon anniversaire, je lui avait fait un gâteau amandes fruits rouges, suffisamment proche pour avoir l’air de respecter son voeu mais sans vraiment le faire.

Cette année cependant, elle a réussi à me convaincre. Après m’être pas mal creusé la tête, je suis partie sur cette couronne un peu comme un Paris-Brest, qui a connu un grand succès à sa soirée sur le thèmes des comédies musicales. Si tu veux tout savoir, j’étais déguisée en Sandy de Grease, version badass, évidemment, et ma Danny et moi étions d’ailleurs le meilleur couple Sandy/Danny (il faut savoir qu’il y avait 3 couples Grease et pas moins de quatre Lalaland).

(suite…)

Brioche tressée au sucre

Le sucre en grains est plus difficile à trouver à Paris que ce qu’on pourrait penser. 4 magasins et 2h de recherches plus tard, j’ai laissé tomber et j’ai posté un appel à l’aide sur insta : la solution se trouve dans les auchans des Hauts-de-France (merci Jo pour cette info cruciale), mais en attendant, j’ai testé cette brioche sans, et c’était délicieux !

J’ai réussi en effet à reprendre le rythme d’une pâtisserie par week-end; avec le couvre-feu, notre sociabilité se réduit de plus en plus à déjeuners et à des goûters, donc autant qu’ils soient bons ! J’ai inauguré avec cette brioche pour le traditionnel brunch du dimanche ; une meilleure réussite que le banana bread réalisé pour le brunch suivant, dont j’ai honteusement abandonné les restes avant de partir parce qu’il était tout pateux et trop fort en cannelle… Oups.

(suite…)

Pain à burger moelleux

Avec mes colocs, nous avons fait une soirée burgers veggies. Mon coloc s’occupait des steaks de haricots rouges et des oignons confits donc il ne me restait qu’une option : faire les pains.

Je ne suis pas hyper douée en pain, mes essais du confinement n°1 (eh oui, j’ai fait comme tout le monde au premier confinement, j’ai fait des essais de pain) n’ont pas super bien fonctionné, donc je n’étais pas très en confiance… Je me suis basée sur la recette de Bernard, et c’était franchement pas mal ! Un peu d’entraînement serait encore mieux, surtout au niveau de la cuisson, mais mon four pourri n’est vraiment pas l’idéal pour ça (et aussi j’étais en réunion donc j’ai laissé pousser la pâte trop longtemps lors de la deuxième pousse…)

(suite…)

Brioche feuilletée au chocolat de Michael Bartocetti

Alors que les fêtes arrivent, je suis toujours dans le sprint  maison-et-papiers-à-terminer-beaucoup-trop-de-boulot-vacances-de-janvier-à-organiser-cadeaux-de-Noël-à-faire, et je n’ai toujours pas commencé de bredele ni de stollen. Et pour être honnête, je ne sais pas si j’aurais le temps d’en faire, et ça me brise un peu le coeur.

Heureusement, pendant ce second confinement, je me suis lancée dans le petit défi pâtissier que représente cette brioche au chocolat de Michel Bartocetti et c’est une super recette de Noël. J’avais déjà fait de la pâte feuilletée inversée, mais là c’est feuilleté non-inversé et brioché donc un peu plus compliquée. N’aie aucune crainte cependant, je t’ai tout expliqué en petits dessins ! C’est une recette qui prend un peu de temps mais elle est délicieuse, donc fonce !

La recette complète inclut un nappage à la poudre de caramel mais je ne l’ai pas fait car ça demande un bon mixeur et franchement je n’étais pas convaincue par l’intérêt.

(suite…)

Tortillas de patate douce & Refried beans

Avant que L. ne quitte la France, nous avons fait une tortilla party. Si seulement j’avais su dans quoi je me lançais avec un colombien.

J’ai osé sortir du fromage râpé et de la crême fraîche et évidemment, il a poussé des grands cris. Du coup, on a fait un compromis : j’ai fait les tortillas maison, il a fait des refried beans (c’était un gros compromis car il déteste qu’on cuisine ensemble), et sur la table, on a mis à la fois ingrédients français et « authentiques » (mais chacun a sa propre version) comme guacamole et pico de gallo, et puis c’était délicieux.

Ces deux recettes sont assez faciles, mais les quantités sont approximatives, parce qu’essaie de demander à une maman colombienne (ou à son fils) de te donner des indications claires, il te parleront du feeling et de la texture de la pâte… mais en y allant petit à petit, tu vas y arriver sans problème ! Si tu ne connais pas le refried beans, il s’agit de haricots qui ont cuits longtemps et qui ont une texture de purée, souvent laissés froids et réchauffés derrière, et c’est délicieux.

(suite…)