Moyen-Orient

Tahchine, Riz safrané iranien au poulet

J’ai trouvé une autre opportunité d’utiliser le safran et les baies d’épine-vinettes que mon papa m’a ramené d’Iran : ce riz safrané sous forme de gateau fourré au poulet ! Si tu ne trouves pas d’épine-vinettes, tu peux utiliser des cranberries, mais le safran est essentiel, il donne toute sa saveur à ce plat ! Pour le manger, tu le découpes en parts comme un gâteau, bien chaud ça fait son petit effet…

(suite…)

Aubergines brulées à la feta et à l’huile pimentée d’Ottolenghi

Après un an et demi de fermeture des frontières, la France s’est enfin réouverte aux étrangers (enfin pas à tous, mais là ça devient politique), et L. a pu me rejoindre en France. On a direct commandé à bouffer et commencé à regarder la saison 2 de Too hot to handle (depuis le temps qu’on l’attendait). Et comme souvent, en attendant la commande, j’ai cuisiné… de quoi déjeuner pour le lendemain.

L’avantage est que cette recette est globalement facile, il suffit de mélanger des ingrédients et de brûler des aubergines : jusque là c’est faisable. Evidemment, Ottolenghi bonifie le plat le plus simple, tu peux y aller les yeux fermés.

(suite…)

Millionaire shortbread… inspiration Moyen Orient, by Ottolenghi

En juillet, nous sommes partis en week-end avec des copains dans une maison… un peu particulière. Une amie m’avait parlé d’une maison pour 10 dans la banlieue de Paris avec piscine et surtout pas chère. J’ai envoyé un texto aux copains, et on a réservé sans réfléchir, et surtout sans regarder les photos ou les commentaires.

Nous sommes tombés sur un ancien pavillon de chasse plein d’animaux empaillés et d’araignées bien vivantes, avec des gardiens tchéques, 3 chiens, 1 chat, 3 chevaux, 1 court de tennis, et plein de bazar et de poussière. Après le choc de l’arrivée dans cette maison super kitch, nous avons passé un super week-end, à profiter de la piscine et du soleil.

Comme toujours, j’avais fait le goûter pour la voiture. J’avais envie de shortbread millionaire, mais comme toujours, je n’aime pas trop refaire des recettes que j’ai déjà faites, donc j’ai fait une version à la Ottolenghi. Honnêtement, cette version contient pas mal de tahini et est peut-être moins accessible qu’un shortbread millionaire classique car on sent bien le sésame, mais c’était délicieux !

Petit détail sur ce week-end : on a fait ça en mode secret story, chacun avait des secrets et on pouvait buzzer. J’ai fini dans le top 3 à garder mon secret, donc je considère ça comme une victoire.

(suite…)

Riz persan croustillant

J’ai l’impression que chaque famille a un peu son féculent fétiche (la base des repas de famille, surtout familles nombreuses comme la mienne) : personnellement, je suis partagée entre ma mère (pâtes à la crème) et mon père (riz basmati par absorbtion).

Avec cette recette, je les trahis tous les deux.

J’étais pas forcément convaincue par cette recette en la lisant, le fait de faire précuire le riz avant de le faire caraméliser me paraissait un peu trop compliqué pour pas grand chose, mais en fait, vraiment, c’est trop bon, et pas si compliqué que ça.

(suite…)

Les premières soupes de l’hiver 2019

Il était temps, en plein froid hivernal doublé de grèves, de publier quelques soupes bien réconfortantes.

Personnellement, les grèves ne me touchent pas trop, vu que je me déplace pas mal en vélo, mais dès que le trajet dépasse deux ou trois arrondissements, avec le froid, c’est un peu difficile. J’ai donc pu voir toute ma vie sociale dégringoler en une semaine (et mon week-end à Avignon être annulé)… Je suis d’autant plus contente d’avoir mes nouveaux colocs pour me tenir compagnie. Un chat, un sapin, Netflix et une bière, ça aide à ne pas déprimer. Tu rajoutes la soupe et tu seras presque content de ne pas avoir de transports.

Soupe patate douce poire

Éplucher et émincer 1 oignon, le faire revenir dans une poêle avec un peu d’huile d’olive. Une fois transparent, ajouter 1 patate douce épluchée et coupée en morceaux, 1 poire épépinée et coupée en morceaux (épluchée si elle n’est pas bio), 1 bouillon cube, du gingembre et de la cannelle. Recouvrir d’eau et laisser mijoter jusqu’à ce que la patate douce soit bien cuite. Mixer. Rectifier l’asaisonnement si nécessaire.

Soupe palestinienne au kale et aux beignets

Il ne faut pas hésiter à avoir la main lourde sur les épices pour que le bouillon soit bien parfumé !

  • 1 botte de kale
  • 1 oignon
  • 1 bouillon cube
  • Sel, poivre, 4 épices

Pour les dumplings :

  • 2 oeufs
  • 10 c à s de farine
  • Sel, poivre, 4 épices, cumin, piment d’espelette
  • 1/2 c à s de crème épaisse
  • 1/2 botte de coriandre hâchée

Éplucher et émincer l’oignon. Le faire revenir avec un peu d’huile d’olive dans une grande casserole. Au bout de 5 min, ajouter le kale lavé et grossièrement haché et le faire tomber comme les épinards. Une fois que le mélange a bien réduit, prélever une grosse c à s pour les dumplings. Ajouter ensuite les épices et le bouillon cube avec 800ml d’eau et faire cuire à feu doux.

Mélanger les ingrédients des dumplings avec le mélange oignon/kale prélevé. On doit obtenir une pâte épaisse et très collante. Avec deux cuillères (si besoin légèrement huilées), former des boulettes et les déposer dans le bouillon, jusqu’à ce qu’elles remontent à la surface. Une fois remontées (5-10min), elles sont cuites. Servir le bouillon avec les dumplings aussitôt.

Soupe de poivrons jaunes

Une soupe étonnante, assez sucrée, et très facile !

Éplucher et émincer 1/2 oignon, le faire revenir avec un peu d’huile d’olive dans une grande casserole. Laver et épépiner 3 poivrons jaunes. Les coupes en lamelles. Les faire revenir avec l’oignon : lorsque l’oignon est transparent, recouvrir tout juste d’eau et ajouter un bouillon cube. Laisser revenir environ 30 min jusqu’à ce que le poivron soit bien cuit. Mixer. Saler et poivrer si nécessaire.

Bon ap’ !

Tajine de boulettes de viande et de citron confit

En déménageant, j’ai vidé en dernier mon frigo des produits frais ; les condiments que je voulais garder, ce dont j’avais besoin pour mon petit déjeuner le lendemain et la bouteille de lait et le café pour tenir tout au long de ce week-end de folie. J’ai donc transporté mon précieux pot de citron confit fait maison, et puis… je l’ai oublié au frigo.

Je l’ai retrouvé deux mois plus tard alors qu’il avait peut-être déjà ou presque dépassé la limite de consommation. Mais comme je crois modérément en ces trucs là, que ça sentait pas bizarre et que je déteste jeter, youplaboum j’ai cuisiné avec ce délicieux tajine, plein de légumes, avec des boulettes que tu peux éventuellement remplacer par des keftas si besoin (home mades ou non, on a le droit d’avoir la flemme). Je ne crois pas qu’il soit très traditionnel ou complètement authentique, mais cela rend la recette plus facile et rapide. Je te conseille de servir ça avec un riz basmati, mon accompagnement favori de toujours, et c’est encore meilleur le lendemain…

(suite…)

Kuku iranien d’Ottolenghi

Récemment, mon père est parti en vacances en Iran. Il est rentré avec plein de trucs : des espèce de sucettes de sucre candi au safran, des petites baies à grignoter qui se sont avérées être de la Marie-Jeanne (et oui), un collier en turquoise, du safran, du safran et un peu de safran.

Perso, je me suis concentrée sur le safran et également les baies d’épine-vinette, que j’ai pû utiliser dans cette fabuleuse recette de gâteau d’aubergine d’Ottolenghi, super facile à découper en petits cubes pour un pique nique ou un tupperware. L. n’a pas voulu goûter parce que c’est trop bizarre pour un américain, mais j’ai adoré ! Pas pour tout le monde donc…

(suite…)

Karniyarik, aubergines farcies à la turque

Pendant la canicule à Paris, je suis tombée malade. Une vraie bonne crève, le genre qui t’empêche à moitié de respirer, te donne des maux de tête affreux, te fais te coucher à 20h, se refile à tes collègues et fait dire à ta boss que tu peux rentrer chez toi si ça va pas.

Pendant la canicule à Paris, je portais donc une écharpe en laine.

Pour me sentir mieux, je me suis fait des petits plats bien chauds (oui), dont ce plat d’origine turc d’aubergine fourrée avec une farce d’agneau et de tomate. C’était bon.

Cet article est donc un cadeau aux enrhumés de cet été.

(suite…)

Boulettes au boeuf et poireaux d’Ottolenghi

Ce début d’année avec mon retour en France est assez occupé de mon côté : je finis mon troisième (et dernier !) mémoire, je vois tous les gens que je n’ai pas vus depuis longtemps, je fais des baby-sittings, je cherche du boulot, en France et à New York, je me remets au sport… et à la cuisine évidemment, après quelques semaines sans accès à une cuisine ! Et quoi de mieux pour reprendre qu’Ottolenghi ? Cette fois-ci, je te propose une recette carnée, issue de son livre Jérusalem (tout comme celle ci d’ailleurs), des boulettes moelleuses et acidulées, une recette que je ne peux que te recommander, évidemment.

(suite…)

Gözleme figues, miel, noix et chèvre

DSCF4099

Ça y est, la débandade a commencé : la saison de « tout le monde part en vacances sauf moi », aussi appelée « Paris se vide » est là. Et elle est aussi d’actualité au travail. Les bureaux sont désertés, et la stagiaire que je suis n’ayant pas de vacances, je vois doucement le boulot et le stress s’accumuler…

Bref, aujourd’hui, j’asfixiais sous le travail, et je rêvais à ce que j’allais manger (mon occupation principale, j’avoue). Et puis en plus, j’ai été au resto avec mes parents dimanche sur Paris. À ce moment là, je rêvais d’un truc bien gras, bien cher, avec de la viande et plein de choses, et puis ça a été une certaine déception. Un resto pas très sympa, et mes parents n’avaient pas faim, même pas de dessert… Bref, je voulais du gras pour me rattraper, du chaud, du sucré-salé, un bon plat doudou qui me permettrait de me vider l’esprit derrière les fourneaux. Et j’ai trouvé. Les gözlemes, ces pains turcs fourrés cuits à la poêle. Après mes premiers essais (un délice) j’ai récidivé en tentant d’obtenir un résultat plus souple : pari réussi avec cette recette ! (j’en ai profité pour reprendre la première). Et après la farce classique épinards feta menthe, quelque chose de plus original, figues (ENFIN), chèvre, miel et noix…

m

(suite…)