haricots rouges

Salades d’hiver

Bientôt, on va pouvoir recommencer à manger des salades sur la terrasse. Histoire de nous projeter vers des plats qui sentent le soleil, le bonheur, la liberté, je te mets ici plusieurs recettes, d’hiver ou d’entre deux saisons, pour pouvoir rêver un peu !

Salade d’inspiration mexicaine

Eplucher et couper 1 mangue en morceaux, ainsi qu’1 avocat. Hacher deux poignées d’épinards. Mélanger le tout avec 200 g de haricots rouges cuits et 2 c à s bombées de quinoa cuit. Servir avec une sauce faite avec 1 c à s de tahini, jus d’1 citron vert, un filet de sirop d’agave, sel et poivre.

Salade croquante d’inspiration thaïe : cette salade est un grand classique pour L. et moi, super rapide si tu achètes un mélange de légumes croquants, et délicieux !

Eplucher et couper en batonnets 2 carottes, 1/4 de chou rouge et 1 concombre (tu peux trouver des mélanges tout faits dans les supermarchés). Ajouter 2 c à s de quinoa cuit, quelques branches de coriandre hachés, une poignée de cacahuètes grillées. Servir avec une sauce faite avec 1 c à s de beurre de cacahuètes, jus d’1 citron, un filet de sirop d’agave, sel et poivre.

Salade de crevettes, mangue, avocat, coriandre et pamplemousse : celle-ci a eu beaucoup de succès sur instagram, super facile et un délice !

Éplucher et couper en morceaux  1 mangue, 1 avocat et 1 pamplemousse. Ajouter une poignée de crevettes cuites, le jus et zeste d’1 citron vert, un peu de coriandre, un peu de sauce soja et de poivre !

Bon ap’ !

Tortillas de patate douce & Refried beans

Avant que L. ne quitte la France, nous avons fait une tortilla party. Si seulement j’avais su dans quoi je me lançais avec un colombien.

J’ai osé sortir du fromage râpé et de la crême fraîche et évidemment, il a poussé des grands cris. Du coup, on a fait un compromis : j’ai fait les tortillas maison, il a fait des refried beans (c’était un gros compromis car il déteste qu’on cuisine ensemble), et sur la table, on a mis à la fois ingrédients français et « authentiques » (mais chacun a sa propre version) comme guacamole et pico de gallo, et puis c’était délicieux.

Ces deux recettes sont assez faciles, mais les quantités sont approximatives, parce qu’essaie de demander à une maman colombienne (ou à son fils) de te donner des indications claires, il te parleront du feeling et de la texture de la pâte… mais en y allant petit à petit, tu vas y arriver sans problème ! Si tu ne connais pas le refried beans, il s’agit de haricots qui ont cuits longtemps et qui ont une texture de purée, souvent laissés froids et réchauffés derrière, et c’est délicieux.

Continue reading “Tortillas de patate douce & Refried beans” »

Les dernières salades de l’été (avec beaucoup de recettes de la flemme)

En ce moment, honnêtement, j’ai un peu la flemme.

Je suis encore un peu dans l’indolence de l’été, je n’arrive pas à me réorganiser et me remotiver. Je fais des recettes rapides, avec des boîtes et des trucs confits qu’on met au four pendant 20min avant de les récupérer, comme celles-ci. Et parfois j’ai même un peu la flemme de les écrire mais j’y reviens toujours, comme à la cuisine.

Salade de blé aux poivrons et tomates confits

Mélanger 100 g de blé cuit, sel, poivre, une poignée d’olives confites, du basilic, des herbes de Provence et des pignons de pin. Ajouter 100 g de tomates cerises et 2 poivrons confits au four (20 min au four à 180°c) (tu peux enfourner les tomates comme ça, juste lavées, mais il faut laver et épépiner les poivrons et les couper en morceaux avant de les mettre au four. Sinon, tu peux utiliser des poivrons confits en boîte.)

 

Salade de blé et de plein de trucs confits

Mélanger 150 g de blé cuit, poivre, du basilic et des amandes. Ajouter 150 g de tomates cerises confites au four (20 min au four à 180°c), une boîte d’aubergines confites marinées, une boîte de piquillos confits, 150 g de tofu fumé grillé à la poêle, 75 g de fromage de chèvre (ou de feta) en morceaux.

Pour la sauce, mélanger 2 c à s de pesto, 1 c à s de jus de citron confit et 2 quartiers coupés en morceaux (tu peux faire ton citron confit maison)

 

Salade d’inspiration mexicaine

Mélanger 100 g de quinoa cuit avec 1 mangue en morceaux, 2 poignées d’épinards hachées, 50 g de haricots rouges et 1/2 avocat. Servir avec une sauce faite d’1 c à s de tahini, 1 c à c de sirop d’agave, un peu d’eau, sel et poivre.

Bon ap’ !

Chili sin carne 2.0 à base de quinoa

Après mon chili sin carne à base de protéines de soja, j’ai voulu tester autre chose, avec du quinoa, parce que parfois c’est galère de se procurer ces fameuses protéines. Et j’en ai profité pour trouver la clé d’un bon chili, qui n’est pas, comme certains l’ont affirmé, un carré de chocolat, mais bien le adobo seasonning, un mix d’épices d’Amérique Latine qui a l’air super chimique mais est délicieux !

Si ces épices sont difficiles à trouver en France, j’ai la chance d’avoir L. qui m’en a ramené illégalement de New York. Oui, car maintenant, on ne peut plus rien transporter de commestible entre les deux pays, même pas un paquet de cookies. Ceci dit je pense que c’est plus flexible dans le sens US -> France.

En effet, pour avoir voulu venir une fois avec un saucisson acheté en duty free (a un prix outrageusement élevé), à chaque fois que je dois passer la douane, je subis maintenant  plusieurs heures de contrôles sans avoir le droit à mon téléphone ou à récupérer mes affaires, pendant qu’on me pose plein de questions hyper précises sur les études que j’ai passé aux États-Unis, ce que fait L. (est-il vraiment Américain ?) et sur mon travail en France.

Pour. Un. Saucisson. Duty. Free.

Respectez les lois, les enfants, c’est la leçon de mon histoire.

Continue reading “Chili sin carne 2.0 à base de quinoa” »

« Steaks » de quinoa, haricots rouges et tomate

J’ai peur de lancer une offensive anti-utiliser-le-mot-steak-s’il-n’y-a-pas-de-viande-dedans mais en même temps on peut difficilement trouver une appellation qui convient mieux, à moins d’utiliser le mot américain « patties ».

Dans la série de mes steaks végés, voici un nouveau venu, qui est également un aboutissement de mes tests de steaks végés avec haricots rouges : j’ai enfin réussi à trouver des steaks qui tiennent et qui n’utilisent pas autant de farine que de haricots rouges. J’ai également voulu qu’ils soient végans et sans gluten, et voilà un bon résultat !

Continue reading “« Steaks » de quinoa, haricots rouges et tomate” »

Rice & Beans et Pico de Gallo

Lors de mon dernier séjour New Yorkais, j’ai pu tester la cuisine colombienne avec L. à Little Colombia, dans le Queens, avant d’avoir l’interprétation personnelle de L. lui-même à la maison. Dans la cuisine colombienne, en général, pas mal d’oeufs, de viande, de haricots rouges et de riz : on retrouve au moins deux de ces éléments dans la plupart des plats, cependant L. m’a expliqué que pour lui, le repas le plus familial et le plus réconfortant, c’était tout simplement un bol de rice and beans. Je l’ai donc observé minutieusement alors qu’il cuisinait, et il en a profité pour m’expliquer comment faire du pico de gallo, un condiment à base de tomates, oignon, coriandre et citron qui est super frais, délicieux dans des tacos ou avec des tortilla chips. Les deux peuvent se servir ensemble, avec un peu d’avocat par exemple : pour moi, c’est la confort food parfaite.

Continue reading “Rice & Beans et Pico de Gallo” »

Chili sin carne

J’ai enfin testé les protéines de soja texturées ! Eh oui, la boboisation ne passe pas que par le quinoa, mais aussi par ces produits bizarres achetés dans les épiceries bios hors de prix (que je fréquente de plus en plus parce que les trucs chelous dont on parle sur internet ne se trouvent que là), dont les PST (eh oui, entre nous on utilise le petit diminutif) font partie. Pour toi, jeune indigent qui ne connaît pas cette denrée exotique pourtant très pratique, très peu chère et très facile à cuisiner, je t’explique : les protéines de soja texturées sont, comme le nom l’indique, des sortes de petites « pâtes » faites à base de farine de soja, qui reproduisent la texture de la viande hachée, avec plein de protéines. Le tofu en moins cher, plus facile à cuisiner et avec une forme qui se prête bien à tous les plats à base de viande hachée. Alors bien sûr, comme le tofu, c’est un peu fade tout seul, mais il suffit de le faire cuire avec des épices ou de la sauce, pas besoin de les faire mariner, il faut juste les faire regonfler dans de l’eau chaude (ça se garde comme de la semoule quoi).

Quel meilleur plat pour tester que le chili con carne devenu pour l’occasion chili sin carne ? Bien sûr, tu peux le faire plus classiquement avec de la viande hachée, mais où serait le fun ?

Pour le coup, le chili con carne fait partie de mes plats doudous, qui évoque les soirées d’hiver à regarder un film. Mon testeur de l’époque m’en faisait souvent, avec du riz et du maïs (mais je crois que c’est un peu sacrilège). Avec le grand débat autour du carré de chocolat (censé rehausser le piment du plat), nous avions même tenté cet ingrédient inavouable mais franchement, perso je ne vois pas la différence et je préfère manger directement le chocolat. Ça, c’est dit.

Continue reading “Chili sin carne” »

Brownie ultra fondant aux haricots rouges

dscf1522 dscf1530

Bientôt le déménagement : dans mon processus de vide des placards, j’ai voulu finir mon Anko congelée (pâte de haricots rouges sucrée). Au départ, j’étais partie sur des dorayakis ou des an-pans, fin bref des pâtisseries japonaises, mais je voulais faire un truc qui puisse se partager facilement pour le théâtre (on joue bientôt !). Donc j’ai fait un brownie. Aux haricots rouges.

Pas de panique ! Encore une fois, ce n’est pas un ingrédient si bizarre que ça : les haricots rouges remplacent la farine et donnent une texture de ouf, et en plus, du coup, il est sans gluten ! (Il y a un tag « sans gluten » par ici mais j’oublie souvent de l’utiliser…) Tous les testeurs l’ont adoré, j’ai eu plein de compliments, bref il a beaucoup plu.

Pour l’info, j’ai découvert qu’il y avait trois types de brownie : le fudgy (peu cuit, bien coulant, comme ici), le chewy (un peu plus cuit, mais qui colle encore aux dents) et le cakey (une texture de moelleux plus que de fondant). Au vu des photos, tu auras compris que je suis une adepte du fudgy, mais en augmentant la cuisson, tu pourras avoir du brownie plus cuit.

Continue reading “Brownie ultra fondant aux haricots rouges” »

Anko, pâte de haricots rouges japonaise

dscf1386dscf1387

Depuis que je suis rentrée du Japon, je te bassine un peu avec ça, je sais. Mais j’adore la bouffe japonaise telle qu’on la trouve en France (grosso merdo, si tu es en province, sushis & brochettes), et encore plus celle qu’on trouve au Japon. A tel point que là bas, je mangeais un truc différent à tous les repas, le bonheur.

Au niveau sucré, on connaît assez peu ce qui se mange au Japon, à part peut être les Dorayakis, quelques Mochis, et ici je t’ai déjà parlé des melon pan. En général, la base d’un dessert japonais, c’est du riz ou de la pâte de riz, du matcha et/ou de l’anko. L’anko c’est de la pâte sucrée de haricots rouges, les azukis. D’habitude, je l’achète toute faite en boîte dans des magasins spécialisés (rue Saint Anne à Paris, rue Jules Guesdes à Lille), mais comme je suis dans un processus de vidange de mes placards, j’ai décidé de cuisiner les azukis qu’il me restait.

Alors c’est long, très long. Pas compliqué du tout (tu fais cuire et tu mixes, grosso merdo) mais c’est long. Si tu as envie d’aventures, et de faire tes pâtisseries japonaises de zéro, lance toi, si tu n’aimes pas trop cuisiner et que tu veux juste prendre un dessert sympa ce soir… évite. Sinon c’est pas cher du tout, ça se congèle très bien, donc ça permet d’en avoir pas mal d’avance. J’ai trouvé toutes les explications par ici, sur le site de cuisine en bandoulière !

Petit point technique : il y a plusieurs styles d’anko. Tsubuan, où on utilise tout les azukis, et Koshian, où on utilise que la pulpe de ses haricots. Là, j’ai plutôt fait du Tsubuan (qui est plus grossier), mais si tu mixes bien ton anko, tu auras plutôt du Koshian.

Continue reading “Anko, pâte de haricots rouges japonaise” »

Huevos Rancheros

DSCF8529

Quand c’est la crise du porte-monnaie et du frigo, en général, les oeufs sont la solution. En Espagne, je faisais souvent des oeufs brouillés avec des pommes au soja (oui, un peu chelou, mais sympa, je t’en reparlerai à l’ocaz), et en baby sit’, les oeufs brouillés ou l’omelette, c’est toujours la solution. Je fais parfois une piperade aussi, ici c’est un peu le même style, mais à la mexicaine, avec des tomates et des haricots rouges, donc plein de protéines pour les végétariens !

Rapide, facile et pas cher, que demande le peuple ?

Continue reading “Huevos Rancheros” »