japonais

Omerice

DSCF3724

L’Omerice, c’est un peu comme nos pâtes au jambon pour les japonais : c’est le plat familial de la flemme. On peut le faire avec les fonds de placard, des restes de riz, de poulet, des fonds de légumes surgelés… Le principe est celui d’Omelet et Rice : c’est une omelette fourrée au riz avec des légumes et du poulet/tofu !

Le pire dans cette histoire, c’est que je n’en ai jamais mangé au Japon, parce que du coup, à part peut-être dans certaines cantines ou self-service, on en trouve pas trop dans les restos… Mais je peux remercier mon cousin, qui a lui aussi voyagé au Japon, qui m’en a fait une délicieuse l’été dernier, merci <3

Continue reading “Omerice” »

Carottes laquées au miso

DSCF3470

Est-ce que c’est une recette de Pâques ? Non. Est-ce que j’aurais dû la publier maintenant ? Non. Est-ce que c’est une recette estampillée #passionmiso ? Oui. Est-ce qu’elle réunit facilité et rapidité ? Oui. Comment qu’on fait ? on fait rôtir les légumes avec une petite sauce, comme ces poireaux.

Aller go.

Continue reading “Carottes laquées au miso” »

Soupe miso au saumon faite maison

DSCF3391

Me voilà enfin installée sur Paris, dans un ravissement petit studio, avec beaucoup trop de matos de cuisine et de livres pour l’espace disponible… Et une nouvelle table pour les photos !

Profitant donc de ma nouvelle vie parisienne, mais restant provinciale dans mon coeur, je me suis refusée à aller bruncher pour mon premier dimanche. Trop cliché. Du coup, je me suis rabattue sur un autre cliché, et je suis allée avec des amis manger rue Sainte Anne. Pour le dessert, on est passés dans la grande épicerie de la rue (tu connais probablement ma passion pour les desserts japonais, dont les melon-pan : on en trouve à Aki, mais ils sont moins bons que les vrais…). Je commence à faire ma razzia : kimchi, sobas, onigiris… M. me demande :

« Dis, tu ne saurais pas où trouver de la soupe miso, mais pas en sachet ? »

« Facile, tu peux la faire toi même ! ».

Monsieur n’ayant pas été convaincu, je m’attelle à prouver que le plus dur, dans ce genre de cuisine, c’est de trouver les ingrédients, parce qu’après… C’est un bouillon avec des choses dedans. Super facile, et ultra rapide. Et puis tellement bon !

Continue reading “Soupe miso au saumon faite maison” »

Anko, pâte de haricots rouges japonaise

dscf1386dscf1387

Depuis que je suis rentrée du Japon, je te bassine un peu avec ça, je sais. Mais j’adore la bouffe japonaise telle qu’on la trouve en France (grosso merdo, si tu es en province, sushis & brochettes), et encore plus celle qu’on trouve au Japon. A tel point que là bas, je mangeais un truc différent à tous les repas, le bonheur.

Au niveau sucré, on connaît assez peu ce qui se mange au Japon, à part peut être les Dorayakis, quelques Mochis, et ici je t’ai déjà parlé des melon pan. En général, la base d’un dessert japonais, c’est du riz ou de la pâte de riz, du matcha et/ou de l’anko. L’anko c’est de la pâte sucrée de haricots rouges, les azukis. D’habitude, je l’achète toute faite en boîte dans des magasins spécialisés (rue Saint Anne à Paris, rue Jules Guesdes à Lille), mais comme je suis dans un processus de vidange de mes placards, j’ai décidé de cuisiner les azukis qu’il me restait.

Alors c’est long, très long. Pas compliqué du tout (tu fais cuire et tu mixes, grosso merdo) mais c’est long. Si tu as envie d’aventures, et de faire tes pâtisseries japonaises de zéro, lance toi, si tu n’aimes pas trop cuisiner et que tu veux juste prendre un dessert sympa ce soir… évite. Sinon c’est pas cher du tout, ça se congèle très bien, donc ça permet d’en avoir pas mal d’avance. J’ai trouvé toutes les explications par ici, sur le site de cuisine en bandoulière !

Petit point technique : il y a plusieurs styles d’anko. Tsubuan, où on utilise tout les azukis, et Koshian, où on utilise que la pulpe de ses haricots. Là, j’ai plutôt fait du Tsubuan (qui est plus grossier), mais si tu mixes bien ton anko, tu auras plutôt du Koshian.

Continue reading “Anko, pâte de haricots rouges japonaise” »

Onigirazu

dscf1002dscf0998

Après les onigiris, je continue dans ma lignée des souvenirs culinaires japonais (j’ai hâte de passer au sucré !). Les Onigirazu sont des genres de sandwichs ou le pain est remplacé par du riz à sushis, enveloppé dans des feuilles de nori. Tu peux en acheter facilement au konbini au Japon, et c’est vraiment un délice. Ici, j’en ai fait des classiques, au tonkatsu (porc pané à la japonaise, très facile à faire) mais tu peux le faire à « l’européenne » en mode BLT ou végé avec des légumes ou de l’omelette…

Ce n’est pas très compliqué, peut-être un peu long mais le riz et le tonkatsu peuvent se préparer à l’avance, et franchement ça fait classe dans ton bento (spéciale cassdédi à M., qui était avec moi au Japon, et à I., qui ont tous les deux de magnifiques boîtes à bento Totoro. De quoi ruiner notre crédibilité de master 2).

Continue reading “Onigirazu” »

Il paraît qu’il y a trop de légumes sur ce blog… Salades d’aubergines, de poivrons rôtis, de haricots verts, de chou-fleur…

152014034690

Petit frère numéro 1 m’a envoyé un message il y a quelques jours avec ce gif. Genre je ne sais pas trop comment le prendre, mis à part le fait qu’ils n’ont pas retenu tous les bons petits gâteaux plein de chocolat et de sucre que je leur fait, mais seulement le fait que je les bourre de légumes… Bande d’ingrats.

Aller c’est tipart pour le traditionnel rendez-vous des salades, avec les dernières nectarines et figues de l’été notamment…

Continue reading “Il paraît qu’il y a trop de légumes sur ce blog… Salades d’aubergines, de poivrons rôtis, de haricots verts, de chou-fleur…” »

Onigiris

dscf0741

Le Japon, c’était trop top. J’en ai balancé quelques photos sur Instagram, c’était beau, trop sympa, et culinairement, la folie. J’ai mangé tellement tellement de trucs bons, beaucoup de choses étonnantes au niveau des desserts, et je mangeais différemment tous les jours. Excepté pour les onigiris. Chaque jour, avant le dîner (voire même aussi avant le déjeuner), je me prenais un petit onigiri pour m’ouvrir l’appétit dans un konbini (les épiceries/mini-supermarchés pas chers du tout ouverts 24h/24). Et ça me manque tellement que j’ai essayé d’en refaire maison.

Si tu ne connais pas, les onigiri sont des boules/triangles de riz, en général avec une petite farce, enrobés dans une feuille de nori croquante. Au Japon, ils ont la technique, avec un emballage de plastique à retirer selon un ordre précis (oui, je me suis foirée au début) pour avoir la feuille isolée et qu’elle ne soit pas ramollie par le riz : du génie. Bon, cette recette, j’avoue, c’est comme pour les melon-pan, ce n’est pas aussi bon qu’au Japon. Mais je ne désespère pas. En attendant, à chaque fois que je vais rue Saint Anne, je m’en achète…

Continue reading “Onigiris” »

Rouleaux de nori au saumon fumé, avocat, concombre et fromage

DSCF8444

J’avais déjà réalisé ici des rouleaux de nori, et j’avais vraiment aimé l’idée : une feuille de nori, des légumes croquants, des graines de sésame, quelque chose de trés rapide, beaucoup plus que des vrais sushis, de plus croquant aussi. Tu peux les découper en « makis » ou non, en faire plusieurs pour un vrai repas ou les servir à l’apéro !

Je suis tombée récemment sur une autre variation de Piment Oiseau, qui y mettait du saumon fumé et du fromage à tartiner à l’intérieur, en restant dans l’idée de quelque chose de plus rapide et de plus sain que les vrais makis. J’avais pas de fromage à tartiner mais j’avais un bon petit chèvre acheté au marché, tant que le fromage n’est pas trop fort, je pense que ça passe.

Continue reading “Rouleaux de nori au saumon fumé, avocat, concombre et fromage” »

Donburi d’aubergines caramélisées

Encore une semaine et je prendrais mes billets pour le Japon, j’ai déjà fait ma liste des trucs que je voulais goûter, et en attendant je me prépare en cuisinant…

Cette recette a l’avantage de ne pas nécessiter trop d’ingrédients compliqués et surtout de ne pas être chère (c’est la fin du mois ma petite dame…) ; un riz de fond du placard, 2 oeufs, 1 aubergine (la notre était à moitié pourrie, je l’ai rattrapée comme j’ai pu, c’est pour ça qu’elle n’est pas trés belle…).

Pour deux personnes :

  • 2 oeufs
  • 1 aubergine
  • 1 c à s de maïzena (ou fécule de pomme de terre)
  • du riz pour 2 personnes (selon l’appetit…)
  • 2 c à s de sauce soja
  • 4 c à s de mirin
  • 2 c à s de viniagre de riz
  • 1 c à c de sucre
  • Graines de sésame
  • Gingembre (frais émincé ou en poudre)

Lancer la cuisson du riz (je te fais pas de dessin, fais comme sur le paquet, avec un peu de sel dans l’eau). Je préfére le faire par absorbtion, je le trouve meilleur comme ça, mais pas de sectarisme.

Pendant ce temps, préparer les oeufs mollets. Faire cuire 5 min les oeufs dans de l’eau bouillante, puis les passer immédiatemment sous l’eau froide pour arrêter la cuisson. Enlever avec précaution la coquille. réserver.

Laver l’aubergine et la découper en rondelles d’environ 1 cm d’épaisseur. On peu tles recouper en deux mais c’est plus joli comme ça. Mettre dans un sac plastique avec la fécule, bien secouer pour que les aubergines soient couvertes.

Faire chauffer une poêle avec de l’huile et faire cuire une dizaine de minutes les aubergines des deux cotés. Ajouter la sauce soja, le mirin, le sucre et le gingembre dans la poêle et faire revenir à feu doux jusqu’à ce que la sauce épaississe et que les aubergines soient bien dorées. Ajouter les graines de sésame.

Une fois le riz cuit, mélanger au vinaigre de riz. Servir dans des bols, recouvrir des aubergines et de la sauce et de l’oeuf mollet.

Bon ap’ les enfants.

DSCF7201

Nira Tsukune, galettes de poulet japonaises

 

Encore une fois, je suis dans l’overdose japonaise… Tu auras remarqué, cette recette ressemble beaucoup aux Tsukune de la semaine dernière : en fait c’est plus ou moins la même recette ; Tsukune vient de Tsukunero qui veut dire « malaxer puis modeler ». L’idée est donc de faire des galettes avec les petites boulettes de poisson ou de poulet malaxées avec ce qu’on veut.

J’ai récupéré la recette (et l’explication, j’avoue roooh c’est bon), sur Beau à la Louche, un de mes blogs préférés ; il y a de moins en moins de publications récentes mais les archives sont pleines de bons trucs, et d’ailleurs je cuisine souvent ses plats (Entremet, Gateau de croques, Courges de toutes sortes ou Gnocchis)

La recette est assez simple, comme d’habitude avec ce genre de galettes,
le seul truc un peu chiant est de les faire cuire une à une…

  • Quelques brins de Nira (remplacable par de la ciboulette ou de l’oignon nouveau)
  • 50 g de farine
  • 300 g de poulet cru haché ou mixé
  • 1/2 tasse de lait
  • 1 c à s de sauce soja
  • 1 oeuf
  • 1/ c à c de purée de gingembre

Pour la sauce :

  • 2 c à s de sauce soja
  • 2 c à s de miel liquide

Ciseler les brins de Nira. Dans un grand saladier, mélanger basiquement tous les ingrédients de la pâte.

Faire chauffer une poêle avec un peu de matière grasse. Faire cuire des petits paquets de pâte recto verso.

Servir avec la sauce, faite en mélangeant miel et sauce soja.

Bon ap’ !